San Francisco : Gay et Lesbien

Lister les meilleurs endroits gay de San Francisco est presque superflu. Bien que Castro soit le QG gay et que Mission soit un aimant à lesbiennes, la ville entière est gay friendly. Ce qui explique sans doute le nombre d’élus ouvertement homosexuels à la mairie.

Soirées LGBT

Certes, la vie nocturne prend fin plus tôt qu’à New York. Mais c’est parce qu’à San Francisco, les drag-queens déguisées en religieuses ont besoin de repos entre les soirées et l’organisation de leur campagne électorale. La plupart des clubs ne sont situés ni dans le Mission lesbien ni dans le quartier gay historique de Castro, mais dans les entrepôts de SoMa, où les noctambules et les amateurs de cuir s’en donnent à coeur joie. Dans les années 1950, les bars qualifiaient avec euphémisme de “thés dansants” les fêtes du dimanche après-midi pour homosexuels (afin de rentabiliser cet horaire normalement creux), et la tradition perdure aujourd’hui, notamment lors des rares journées chaudes.

Gay Pride

Personne ne fête la Gay Pride comme San Francisco. Les festivités durent tout le mois de juin, avec notamment le Gay and Lesbian Film Festival (www.frameline.org), qui offre 200 projections de films au Castro Theatre. Environ 50 000 femmes convergent au Dolores Park à 19h30 le dernier samedi de juin pour le Dyke March & Pink Saturday (www.dykemarch.org, www.sfpride.org). Le tout atteint son paroxysme le jour suivant à la Lesbian, Gay, Bisexual and Transgender Pride Parade (www.sfpride.org) : 1,2 million de personnes, 7 scènes et des tonnes de paillettes.

Bars historiques

The Stud. Des bears en cuir, de l’art et des dragqueens, des soirées de rock féminin et des comiques paillards.
Upper Polk Street. La rue historique des bars pour marins gay n’a pas dit son dernier mot
Twin Peaks Tavern. Le premier bar gay avec fenêtres ; désormais avec un néon arc-en-ciel. Portez un toast au progrès.

Clubs lesbiens

  • Lexington Club. Bar lesbien à temps plein : billard, flipper, tatouages et bière.
  • Cat Club. Soirées années 1990, Bondage A Go Go et 80’s déjantées le jeudi.
  • El Rio. Huîtres en happy hour, air hockey et dimanches salsa torrides.
  • Harlot. Libérez la gourgandine qui est en vous aux soirées mensuelles Fem Bar.
  • DNA Lounge. Les concours de dragkings et les soirées gothiques défient les lois du genre.

Discothèques

  • EndUp. Dansez de la soirée Ghettodisco du samedi jusqu’au bout du week-end.
  • Rebel Bar. L’hospitalité légendaire du Sud au bar et des rebelles sur la piste de danse.
  • Rickshaw Stop. Un peu de tout pour tout le monde : soirées lesbiennes, mashups Bollywood, énergie latino.

Cabarets et boîtes de drag queens

  • Aunt Charlie’s. Extravagance garantie dans ce recoin à l’état brut.
  • Beach Blanket Babylon. Drag-queens satiriques et sans pitié coiffées de chapeaux gigantesques.
  • AsiaSF. Homme ou femme ? La réponse sur la piste de danse au sous-sol.

En journée

  • Under One Roof. Contribuez à une bonne cause : des créations et des échantillons donnés par des créateurs pour récolter 11 millions de dollars pour la lutte contre le VIH/sida.
  • GLBT History Museum. Le musée de l’histoire gay en Amérique, en plein coeur historique du Castro.

Articles de fête

  • Madame S & Mr S. Colliers de chien, PVC, et cuir à volonté.
  • Piedmont Boutique. Des pantalons en fourrure orange, des jambières, un boa et voilà !

Bonnes oeuvres

  • Concilier sadomasochisme et bonne cause ? C’est possible à la Folsom Street Fair (www.folsomstreetfair.com). Ce festival pour amateurs de cuir et de fessées reverse ses bénéfices à des associations locales. Le dernier dimanche de septembre.
  • Consultez le calendrier des Sisters of Perpetual Indulgence (tél. 415-820-9697 ; www.thesisters.org) pour des collectes de fonds animées par des drag-queens, dont le concours Hunky Jesus le dimanche de Pâques.
Mis à jour le : 28 juillet 2014

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Une collection pour partir à l'aventure le long de routes mythiques

Paramètres des cookies