Centre-ville

Le centre de Montréal bourdonne d’activités. De larges boulevards, des galeries marchandes et des gratte-ciel de verre résolument nord-américains côtoient de nombreux espaces verts, des monuments historiques et des églises du XIXe siècle rappelant l’Europe. Il regroupe les meilleurs musées de la ville et constitue un lieu de sortie prisé des Montréalais.
© Pascal Dumont

L’essentiel en un jour

M Commencez la journée au marché Atwater pour faire le plein de produits du terroir québécois. Vous en profiterez pour vous promener à pied ou à vélo sur les rives du canal de Lachine, berceau de l’industrialisation montréalaise. Revenez ensuite vers le centre, et faites du lèche-vitrines dans les nombreuses boutiques de mode des cours Mont-Royal et les grands magasins avoisinants comme Holt Renfrew et Ogilvy. Pour le déjeuner, profitez d’une assiette de viande fumée, plat juif montréalais typique, chez Reuben’s.
R La visite du musée des Beaux-Arts peut prendre quelques heures. Féru d’art mais moins friand de musées ? Vous lui préférerez l’exploration du Belgo où le contact avec les artistes est plus probable. Les passionnés d’histoire iront directement au musée McCord. Pour vous alléger l’esprit, prenez ensuite une bouffée d’air sur le campus de l’université McGill, au pied du Mont-Royal.
N En début de soirée, flânez dans le quartier des Spectacles, notamment sur la place des Festivals, autour d’œuvres d’art interactives ou de l’une des scènes des festivals de l’été. Puis dînez au café du Nouveau Monde qui ne vous décevra pas, avec ses grands classiques français bien maîtrisés. Terminez la soirée dans l’une des salles du quartier.

À ne pas manquer

Pavillon Desmarais

Ultramoderne, conçu par l’architecte Moshe Safdie, il abrite les collections d’art européen et américain de l’époque médiévale à l’époque contemporaine avec notamment Rembrandt, Picasso et Matisse pour la peinture et Moore, Giacometti et Calder pour la sculpture. Le sous-sol est consacré aux arts graphiques.

Pavillon Bourgie

On retrouve les collections canadiennes dans cette église presbytérienne de style néoroman : l’art inuit, principalement des sculptures de pierre serpentine, mais aussi des objets cérémoniaux provenant de la côte ouest. Les bronzes d’Alfred Laliberté et de Suzor-Coté représentent des scènes rurales du tournant du siècle. Un style typiquement canadien se définit dans l’art moderne, à travers des paysages d’Emily Carr, de Marc-Aurèle Fortin et du Groupe des Sept. À voir : les peintures monumentales de Riopelle et de Borduas, signataires en 1948 du manifeste du Refus Global.

Pavillon Horstein

De style néoclassique, il concentre les collections des cultures du monde : arts asiatique, islamique, précolombien, art sacré africain et antiquités méditerranéennes, ainsi que les expositions temporaires payantes.

Pavillon Steward

La collection d’art décoratif compte 700 objets couvrant six siècles, dont 3 000 boîtes à encens japonaises et autres collections d’arts asiatiques (textiles, jades, verreries, céramiques, bronzes). Le design du XXe siècle, du milieu des années 1930 à nos jours, est très bien représenté.