Lonely Planet

Belize

  1. Accueil
  2. Amérique
  3. Belize
  4. Comment circuler

Belize : Comment circuler

Transports au Belize

Le pays se parcourt surtout en petit avion (Twin Otter, Cessna...), moyen de transport le plus rapide et le plus fiable. Belize City compte deux aéroports : le Philip SW Goldson International Airport (BZE) est réservé aux vols internationaux, le Municipal Airport (TZA), aménagé sur le rivage à 2,5 km du centre-ville, assurant les vols intérieurs.
La majorité des bus béliziens (d'anciens cars scolaires nord-américains...) sillonnent les grandes routes du pays.
Si vous préférez louer une voiture (impossible à sortir du territoire, toutefois, sauf accord spécial de la société de location), sachez que le pays ne compte que deux bonnes routes asphaltées : la Northern Highway, qui relie Belize City à Corozal, près de la frontière mexicaine, et la Western Highway, qui va de Belize City à la frontière guatémaltèque. La plupart des autres routes étant en fait des pistes étroites, impraticables après de fortes pluies, un 4x4 est préférable. Des bateaux assurent la circulation entre Belize City et Caye Caulker.

Avion

Les deux compagnies béliziennes locales, Maya Island Air (www.mayaislandair.com) et Tropic Air (226-2012 ; www.tropicair.com), proposent des vols intérieurs fiables à des tarifs raisonnables dans de petits avions. Elles desservent toutes deux plusieurs destinations nationales, avec de nombreux vols quotidiens sur les principaux axes :

  • Belize City–Dangriga– Placencia–Punta Gorda
  • Belize City–Caye Caulker–San Pedro
  • Belize City–San Pedro–Sarteneja–Corozal
  • Belize City–Belmopan (Tropic Air uniquement)
  • Belmopan–Placencia (Tropic Air uniquement)
  • Belize City–Cayo

Les vols pour Belize City arrivent soit à l’aéroport international Philip Goldson, soit sur la piste d’atterrissage municipale, à une vingtaine de kilomètres de l’aéroport international ; les vols utilisant la piste municipale sont généralement 20-40 $BZ moins chers que ceux utilisant l'aéroport international.

Vélo

Le Belize – dont ses 3 principaux axes routiers – est un pays majoritairement plat, ce qui en fait un endroit agréable pour faire du vélo. La circulation sur les grandes routes est cependant assez rapide ; assurez-vous d’être suffisamment visible. Les Béliziens ont l’habitude de se déplacer à vélo – souvent de type beach cruiser avec rétropédalage – sur de petits trajets, mais beaucoup moins sur de longues distances, à moins que ce ne soit dans le cadre d’une course.
Dans la plupart des grandes destinations touristiques, vous pourrez louer un vélo pour environ 20 $BZ/jour (généralement sans caution). Pour une utilisation prolongée, voyez auprès des loueurs s’ils ne disposent pas de vélos d’occasion à vendre.

Bateau

Il existe plusieurs liaisons maritimes entre le continent et les îles (principalement Caye Caulker et Ambergris Caye). Sur les îles plus petites, les lodges et les complexes hôteliers assurent généralement le transport de leurs hôtes.
Trois possibilités pour faire le tour des îles et des récifs du pays : les circuits organisés ou excursions de plongée et de snorkeling, les sorties en bateau proposées par les hébergements des îles, et la location d’un bateau avec capitaine. En règle générale, la location d’un bateau avec capitaine coûte autour de 200 $BZ/15 km. On en trouve presque partout sur la côte et sur les îles principales.
Entre autres liaisons courantes :
Belize City–Caye Caulker–San Pedro Lors de notre passage, 3 compagnies couvraient cet itinéraire chacune 4 à 5 fois par jour, offrant ainsi un grand choix d’horaires. La principale est la Caye Caulker Water Taxi Association, mais les 2 autres proposent des tarifs et un service similaires.
Corozal–Sarteneja–San Pedro La compagnie Thunderbolt, qui est la seule à couvrir cet itinéraire, assure le trajet une fois par jour dans chaque sens en haute saison et plusieurs fois par semaine en basse saison (en fonction de la demande).
Dangriga–Central Cayes Pas de liaisons vraiment régulières sur ce trajet, mais des bateaux-taxis font fréquemment la navette – un moyen de transport flexible et avantageux à plusieurs.
Placencia–Independence La compagnie Hokey Pokey Water Taxi assure la liaison entre Placencia et Independence, évitant ainsi aux voyageurs un long détour par la route entre Placencia et Punta Gorda.

Bus

Vu de l’extérieur, le réseau de bus bélizien peut sembler assez confus. Tout ce qu’il faut retenir est que des bus réguliers couvrent encore les principaux axes, tous plus ou moins au même prix.
Il existe 3 grands itinéraires de bus, tous au départ de Belize City :
Northern Highway De Belize City à Orange Walk et Corozal (et jusqu’à Chetumal, au Mexique). Au moment de nos recherches, 6 compagnies couvraient cet itinéraire, assurant au total entre 25 et 30 trajets par jour dans chaque direction.
Western Highway De Belize City à Belmopan, San Ignacio et Benque Viejo del Carmen. Plusieurs compagnies couvrent cet itinéraire : départs dans les 2 sens toute la journée, toutes les demi-heures environ.
Hummingbird Highway et Southern Highway Toutes les heures environ, des bus au départ de Belize City et de Belmopan s’engagent sur la Hummingbird Highway, s’arrêtant à Dangriga avant de rattraper la Southern Highway pour rejoindre Independence et Punta Gorda. D’autres bus réguliers assurent le trajet de Dangriga à Hopkins et Placencia.
La plupart des bus béliziens sont d’anciens bus scolaires américains. Les bus standards s’arrêtent n’importe où pour déposer et récupérer des passagers. Les bus express, parfois climatisés et généralement moins bondés, assurent un nombre d’arrêts limité et sont donc plus rapides. S'ils sont un peu plus chers, ils permettent de gagner un temps précieux, en particulier sur les longs trajets.
Plusieurs petites compagnies de bus desservent les villages du pays. Leurs horaires sont souvent adaptés aux travailleurs et aux écoliers : les véhicules partent pour la ville le matin et reviennent au village dans l'après-midi.
Si les cas de pannes et d’accidents existent, ils sont plutôt moins fréquents que dans les autres pays d'Amérique centrale. Le vol de bagages était jadis fréquent sur certains trajets. Prenez vos objets de valeur avec vous dans le bus ; ne confiez vos autres bagages qu’au chauffeur et gardez un œil sur eux jusqu’à ce qu’ils soient mis en soute ; et soyez présent dès l’ouverture de la soute pour récupérer vos affaires.

Voiture et moto

Le fait d’avoir un véhicule au Belize offre une grande flexibilité et permet d'atteindre des localités et des sites à l’écart des grands axes sans être dépendant des tour-opérateurs et d'autres moyens de transport plus onéreux. Bien que louer une voiture au Belize coûte cher, cela n’est pas si exorbitant par rapport à d’autres alternatives, en particulier si vous pouvez partager les frais à 3 ou 4 personnes.
Le Belize compte 4 routes à 2 voies goudronnées : la Northern Highway entre Belize City et la frontière mexicaine au nord de Corozal ; la Western Highway entre Belize City et la frontière guatémaltèque près de Benque Viejo del Carmen ; la Hummingbird Highway de Belmopan à Dangriga ; et la Southern Highway, qui part de la Hummingbird Highway à quelques kilomètres de Dangriga et file au sud jusqu’à Punta Gorda. La Manatee Highway, route non goudronnée faisant la jonction entre la Western Highway, au sud de Belize City, et la Southern Highway, à l’ouest de Dangriga, permet de gagner quelques kilomètres mais est déconseillée si vous ne disposez pas d’un 4x4.
La plupart des autres routes comportent une ou 2 voies et ne sont pas goudronnées. Les axes les plus fréquentés sont en assez bon état, mais sont parfois difficilement praticables du fait des fortes pluies. S’il n’est pas forcément nécessaire d’avoir un 4x4 pour s’éloigner des grands axes, vous devrez disposer d’un véhicule avec haute garde au sol (par ex. un Chevy Geo Tracker).

Permis de conduire

Pour pouvoir conduire au Belize, vous devrez être muni d’un permis de conduire valide de votre pays d’origine.

Carburant et pièces détachées

Les stations-service sont nombreuses dans les grandes villes et au bord des principaux axes routiers. Lors de notre passage, un litre d’essence ordinaire coûtait environ 3 $BZ (prix en hausse). Le super (sans plomb) est quelques cents plus cher. C’est à Belize City que l’offre de pièces détachées et de mécaniciens est la plus importante, mais l’on trouve aussi des fournisseurs à San Ignacio, Belmopan et Orange Walk Town. Consultez les Pages Jaunes (www.yellowpages.bz).

Location

Les conditions pour louer une voiture sont généralement d’être âgé d’au moins 25 ans, d’être titulaire d’un permis de conduire valide et de régler par carte bancaire.
La plupart des loueurs de voitures sont présents à l'aéroport international Philip Goldson et à Belize City ; ils proposent aussi souvent un service de dépose/réception de véhicules à la piste d’atterrissage municipale de Belize City ou dans le centre-ville de cette dernière. S'il est plus difficile de trouver une voiture hors de Belize City, il y a cependant quelques loueurs à San Ignacio et Placencia.
Pour un véhicule économique avec 4 roues motrices et climatisation, comptez au moins 160 $BZ/jour, taxes, assurance et kilométrage illimité inclus. Pour les locations de 6 jours, le 7e jour est souvent offert.
La plupart des agences de location n’autorisent pas le franchissement des frontières. Crystal Auto Rental (%223-1600 ; www.crystal-belize.com ; Mile 5 Northern Hwy), à Belize City, est l’une des rares agences à autoriser l’utilisation de ses véhicules au Guatemala.

Assurance

L’assurance responsabilité civile est obligatoire au Belize. Il y a parfois des contrôles de police sur les grands axes, lors desquels on peut vous demander d’en présenter un justificatif – sous peine d’arrestation. Pour rentrer au Belize avec son propre véhicule, il est obligatoire de souscrire une assurance bélizienne à la frontière. Pour les véhicules de location, les agences se chargent des formalités pour vous.

État des routes et dangers

À part à Belize City, la circulation est très faible dans l’ensemble du pays. Il convient cependant d’être vigilent sur certains points :
Sur les grands axes, méfiez-vous des conducteurs imprévisibles et trop pressés. Soyez toujours aux aguets.
Faites attention aux ralentisseurs : ils sont parfois bien signalisés, mais parfois pas du tout.
En dehors des grands axes, la plupart des routes ne sont pas goudronnées : attention aux nids-de-poule !
Après de fortes pluies, certaines routes deviennent impraticables ; renseignez-vous sur l’état des routes avant de partir. En cas de doute sur un tronçon, ne vous engagez pas dessus.
Ayez toujours avec vous de l’eau et une roue de secours et faites systématiquement le plein avant de vous enfoncer dans la campagne profonde (et faites demi-tour avant d’être arrivé à la moitié du réservoir !).

Code de la route

La conduite se fait à droite.
La vitesse est limitée à 55 mph (88 km/h) sur les grandes routes et à 40 mph (64 km/h) ou 25 mph (40 km/h) dans les villages et les villes.
La ceinture de sécurité est obligatoire pour les conducteurs et les passagers à l’avant.
Les distances sont indiquées en miles et les limitations de vitesse en miles par heure sur les bornes et les panneaux, mais de nombreux véhicules sont équipés de compteurs en kilomètres.

Voiturettes de golf

Si vous passez du temps à la plage et que la marche à pied n’est pas votre fort, vous pouvez louer une voiturette de golf. Relativement peu onéreuses à la location (comparé à une voiture), elles permettent de faire des allers-retours à la plage sans se fatiguer. On en voit beaucoup à Placencia, à San Pedro et – à un degré moindre – sur Caye Caulker. Elles fonctionnent soit à l'essence, soit avec une batterie : les premières sont plus puissantes et rapides, les secondes plus écologiques. Comptez environ 130 $BZ/jour pour une voiturette 4 places.

Auto-stop

 Quel que soit le pays, l’auto-stop n'est jamais complètement sûr. Au Belize comme ailleurs, il est primordial d'écouter son instinct et de faire preuve de bon sens. Si vous décidez de faire de l’auto-stop, vous admettez que vous prenez un risque, certes faible, mais bien réel. Le mieux est de voyager avec quelqu’un d’autre et de ne jamais faire du stop la nuit. N’oubliez pas que les bus au Belize sont fiables et bon marché, et peuvent donc constituer une alternative plus sure et confortable.
Les Béliziens se déplacent assez souvent en auto-stop. Le nombre de propriétaires de véhicules étant faible et les transports publics étant peu fréquents hors des grands axes routiers, il est courant de voir des gens le pouce levé aux arrêts de bus ou au niveau des ralentisseurs, où la circulation est plus lente. Si vous aussi vous vous postez à un endroit où aucun bus n’est sensé passer au cours des 3 prochaines heures, que vous faites un signe clair et que vous êtes souriant, il y a des chances pour que quelqu’un s’arrête rapidement. Proposer de participer un peu aux frais d'essence est toujours apprécié. Mais n’oubliez pas, restez vigilant !

Articles récents