Le Centre

Le centre du Mozambique (provinces de Sofala, Manica, Tete et Zambézie) a bien perdu de sa superbe. C’est pourtant là que des négociants originaires d’Inde ou d’Indonésie se réunissaient au XVe siècle, dans le vieux port de Sofala, pour partir en quête d’or ; que sont nés quelques uns des plus puissants empires de la région, dont les confédérations karanga (shona), le long de la frontière zimbabwéenne, et le légendaire royaume de Monomotapa, au sud-ouest de Tete ; et que des explorateurs et commerçants ont foulé pour la première fois le vaste arrière-pays mozambicain, le long du fleuve Zambèze, organisant des feiras (foires) jusqu’à Zumbo, à la frontière avec la Zambie, aux XVIIe et XVIIIe siècles.
Depuis, la situation a bien changé. Dans les brochures touristiques, c’est tout juste si le Centre est mentionné. Cette région, qui ne possède pas les plages facilement accessibles du Sud, ne manque pourtant pas d’atouts. Outre l’observation de la faune dans le parc national de Gorongosa, le Centre invite à randonner au fil des montagnes brumeuses de Chimanimani et des plantations de thé de Gurué, à pêcher et à se délasser au bord du lac Cahora Bassa, ou encore à jouer aux ornithologues amateurs.
Cette région est aussi une importante zone de transit, flanquée par les couloirs de Beira (qui relie l’enclave zimbabwéenne à la mer) et de Tete, qui connecte le Zimbabwe au Malawi. À ce titre, elle fournit un itinéraire fort pratique aux voyageurs qui associent la visite du Mozambique à celle de pays voisins.

Mis à jour le : 1 août 2014
Paramètres des cookies