Cameroun

  1. Accueil
  2. Afrique
  3. Cameroun
  4. Les Incontournables

Cameroun : Les Incontournables

Ce qu'il ne faut pas manquer au Cameroun

Lieux à visiter au Cameroun : les meilleures curiosités, les sites historiques, les villes... 

Yaoundé

Yaoundé, jadis ville coloniale assoupie, s'est transformée en une métropole animée, striée d'un enchevêtrement de rues qui serpentent sur ses collines. Étonnamment tempérée, elle renferme des musées passionnants et dans un autre genre, elle est passée maître dans l'art du poulet grillé ! L'avenue Kennedy, la principale artère commerçante, débouche au nord sur la place Kennedy et le centre artisanal, immense tente où les artisans locaux viennent exposer leurs articles. Très animés, les quartiers de Messa, Mokolo et de la Briqueterie, à quelques kilomètres au nord-ouest du centre-ville, regorgent de petits restaurants qui préparent le meilleur poulet grillé du pays.
Ne manquez pas la visite du musée d'Art camerounais dans le monastère bénédictin, situé à quelques kilomètres au nord du centre-ville. Bien que relativement petit, il présente l'une des plus belles collections d'art camerounais au monde, avec notamment des masques, des bols et des pipes bamoums en bronze. La chapelle du monastère s'orne également de magnifiques pièces de tissu et d'objets artisanaux. Proche du mont Fébé le monastère est acccessible en bus ou en taxi depuis le centre-ville.
À quelques kilomètres à l'ouest du centre, le quartier Melen abrite le musée d'Art nègre, qui expose des pipes bamoums du nord-ouest du pays, des tissus baoulés ivoiriens et des masques congolais-zaïrois, ainsi que des objets d'Algérie et d'Éthiopie. Ce quartier renferme aussi la paroisse de N'Djong Melen, une église où le dimanche matin sont célébrées des messes en plein air qui méritent le détour : l'office, en ewondo, se déroule pendant plus de 2h au rythme des tambours, des danses et des chants.
Au sud-ouest du pays, Yaoundé se situe à quelque 200 km de la côte atlantique et de la frontière sud.

Douala

Accablée par la chaleur humide, Douala, dotée d'une architecture quelconque et en proie à la criminalité et aux troubles économiques, ne présente vraiment pas beaucoup d'intérêt, hormis le fait qu'elle soit proche de sites remarquables. Elle permet de rejoindre notamment Kribi, Limbe et le mont Cameroun en quelques heures à peine. Dans la mesure où la ville est aussi une importante plate-forme aérienne, vous devrez sans doute y passer quelques temps.
Douala possède quand même quelques bâtiments qui méritent un détour. L'Hôtel Akwa Palace, en plein centre-ville, à quelques mètres au sud-est du Wouri, s'avère idéal pour savourer un petit déjeuner en terrasse, en jetant un œil nonchalant sur les autres voyageurs. Un kilomètre plus au sud-ouest, le musée de Douala, dans les locaux de l'hôtel de ville, n'offre pas de pièces exceptionnelles. La visite, gratuite, vous donnera toutefois le loisir de détailler les objets bamoums et bamilékés afin de pouvoir ensuite mieux apprécier ceux qui sont vendus dans la rue.
Pour dénicher de belles pièces artisanales, faites un tour au Centre artisanal de Douala, un marché en plein air à mi-chemin entre l'Akwa Palace et l'hôtel de ville.
Douala, au centre du littoral atlantique et à quelques kilomètres de la rive sud du Wouri, se tient à 200 km à l'ouest de Yaoundé. Elle est accessible par avion, train, bus et taxi-brousse.

Foumban

Bien que devenue quelque peu touristique, Foumban n'en demeure pas moins l'un des principaux sites du pays et un centre important pour l'art traditionnel africain. Sa fierté réside dans son Palais royal, siège du pouvoir bamoum. Les ancêtres du chef bamoum, ou sultan, remontent à 1394. Ce palais, terminé en 1917, s'agrémente de tourelles évoquant un peu celles d'un château médiéval. Il renferme le Musée royal, où sont exposés parures royales, armoiries, instruments de musique, statues, bijoux, masques et trônes richement décorés, sculptés à la taille de leur illustre propriétaire.
À une centaine de mètres au sud du palais, voyez le musée des Arts et des Traditions bamoums. Consacré à l'histoire et à l'art bamoums, il expose une très riche collection d'ustensiles de cuisine, d'instruments de musique, de pipes, de statues, de masques, de gongs, ainsi qu'un xylophone finement sculpté. Reliant les deux musées, la rue des Artisans est le lieu des sculpteurs, vanniers, tisseurs et brodeurs. On peut y dénicher les plus belles sculptures en bois de toute l'Afrique centrale. À 250 km au nord-ouest de Yaoundé Foumban est accessible en associant bus et taxi-brousse.

Buea et mont Cameroun

À une heure au nord-ouest de Douala, Buea, point de départ de l'ascension du mont Cameroun (4 094 m), jouit d'un climat plus frais. Elle connut autrefois des heures de gloire. Capitale du protectorat allemand en 1901, elle vécut huit années prestigieuses. Peu après l'indépendance, elle devint la capitale du Cameroun occidental, position qu'elle conserva 11 ans, jusqu'au moment où la fédération se mua en république et où Yaoundé s'imposa comme l'unique capitale. Cette belle endormie constitue aujourd'hui une étape idéale avant de se lancer sur les pentes du mont Cameroun. Seule originalité de la ville, le Mountain Hotel distille un charme vieillot à l'anglaise. N'hésitez pas à entrer pour vous détendre autour d'une boisson bien fraîche.
Les sentiers du mont Cameroun traversent tout à la fois d'épaisses forêts équatoriales et de vastes prairies subalpines. L'ascension n'est pas particulièrement difficile. L'aller-retour, de 27 km, peut s'effectuer en une journée pour un bon marcheur. La plupart des voyageurs passent toutefois une nuit dans l'un des chalets situés au-delà de 2 000 m. N'oubliez pas que même si le thermomètre avoisine les 20°C en plaine, il peut facilement tomber au-dessous de zéro au sommet. Prévoyez un équipement en conséquence. Des taxis-brousse relient régulièrement Buea et Douala.

Parc national du Waza

Bien que situé dans une région plate et broussailleuse sans cachet particulier, ce parc national figure parmi les plus spectaculaires de l'Afrique centrale. Des centaines de pachydermes se rassemblent régulièrement autour de la fameuse mare aux éléphants. On a aussi parfois la chance d'apercevoir des lions, des girafes, des hippopotames, des antilopes, des colobes, des babouins et d'autres singes. Le parc abrite aussi de nombreuses espèces ornithologiques, calaos, autruches, grues couronnées, hérons ou autres cigognes. La période d'observation la plus propice se situe entre mars et mai, autrement dit pendant les mois les plus chauds. Comptez au moins 3h de route pour rejoindre la mare aux éléphants depuis l'entrée nord-ouest, à quelques kilomètres au sud du village de Waza. Celui-ci se trouve à l'extrême nord du pays, tout proche de la frontière nigérienne (à l'ouest) et tchadienne (à l'est). Pour vous y rendre, optez de préférence pour le train de Douala ou Yaoundé à N'Gaoundéré (trajet respectivement de 12 ou 18h), puis louez une voiture ou un taxi-brousse pour terminer la route. Il est interdit de dormir dans le parc. On peut camper à l'entrée ou se loger à Waza.

Kribi

Dotée de longues plages de sable blanc, Kribi, station balnéaire très prisée des expatriés de Douala, n'offre que quelques restaurants et une discothèque. Poussez jusqu'aux charmants petits villages de pêcheurs voisins, qui servent en outre d'excellents plats de fruits de mer. Arrêtez-vous en particulier à Eboundja (20 km au sud) et Londji (24 km au nord). Ce dernier borde une immense baie de sable immaculé ponctuée de palmiers. Ils ne proposent aucune possibilité d'hébergement, mais offrent quelques heures d'oisiveté paradisiaques qui peuvent se conclure par un poisson grillé et un verre de vin de palme partagés avec les habitants. Depuis Douala, on peut gagner Kribi en 2h en taxi-brousse.

Parc national de Korup

Dernier né des parcs nationaux camerounais, il couvre la partie la plus ancienne et la plus diversifiée de la forêt équatoriale du pays. Outre le nombre impressionnant d'espèces de primates et d'oiseaux qui y vivent, il recèle une faune exceptionnelle et multiples variétés de plantes, certaines découvertes très récemment. On peut admirer des nuées de papillons multicolores dans les rais de lumière qui percent à travers les arbres, tandis que des singes sautent tranquillement de branche en branche. Prévoyez un équipement résistant à l'humidité car le taux d'hygrométrie avoisine 100%. Situé à l'extrême ouest du pays, le long de la frontière nigérienne et non loin de Mundemba, il se trouve à 150 km au nord-ouest de Douala. On s'y rend en taxi-brousse.

Mora

Capitale des Wandalas, Mora accueille des marchés très animés où se retrouvent les différentes ethnies de la région, toutes parées de leurs plus beaux atours, notamment les Kirdis animistes ou les musulmans, vêtus généralement plus simplement. Ils vendent récipients peints, articles en cuir, bijoux, grigris, millet, légumes, ainsi que des animaux vivants, des ânes par exemple. À l'extrême nord du pays, Mora n'est qu'à une trentaine de kilomètres de la frontière nigérienne. Des taxis-brousse au départ de N'Gaoundéré s'y rendent en une journée.