1. Accueil
  2. Magazine
  3. Astuces voyage
  4. Stopover : deux voyages en un grâce aux escales !
Astuces voyage

Stopover : deux voyages en un grâce aux escales !

Texte par

Malvina Hamon

Mis à jour le : 11 juillet 2018

Carte

Il existe tellement de lieux à découvrir et de tentations, qu’il devient parfois difficile de choisir sa prochaine destination. Et si opter pour une escale était la solution ? Ce n’est pas un mais deux voyages que vous aurez ainsi l’opportunité de vivre lors de votre prochaine escapade.

Une pause ensoleillée à Dubaï. Une visite culturelle à Amsterdam. Une soirée festive à Miami. Un choc culturel à Bangkok. Quels que soient vos goûts et la destination de votre prochain voyage, un stopover vous attend pour agrémenter vos vacances d’un soupçon d’aventure et de découverte.

Souvent perçue comme une contrainte par les voyageurs, une escale peut s’avérer extrêmement intéressante. Bon moyen de faire des économies, elle permet de faire une pause dans un long voyage, de s’acclimater en douceur au décalage horaire et surtout… de découvrir une seconde destination lors de son séjour. En chemin vers l’Australie, pourquoi ne pas profiter d’une escale pour descendre de l’avion et visiter une grande ville d’Asie ? En route vers l’Amérique latine, pourquoi ne pas se laisser tenter par le dynamisme d’une métropole des Etats-Unis ? Des lieux inconnus, des villes diamétralement opposées, des destinations incongrues… il y a tant à découvrir en un seul voyage en devenant maître de ses escales !

Comment profiter d’une escale pour découvrir une nouvelle destination ?

De plus en plus de voyageurs se laissent aujourd’hui tenter par la possibilité de faire une pause dans leur trajet en allongeant la durée d’une escale incontournable ou en décidant dès le départ de faire un stopover dans une destination choisie. Comment ? Souvent en se rapprochant de la compagnie aérienne avec laquelle ils voyagent pour leur demander de décaler leur second billet, leur laissant ainsi plus de temps sur le lieu de l’escale. Mais aussi en regardant avec elle quelles destinations desservies par la compagnie peuvent être intéressantes pour un stopover. En restant fixé à une seule compagnie aérienne, l’offre peut toutefois être limitée et des extras peuvent vite s’ajouter. Acheter deux billets, choisir une compagnie qui propose des escales rallongées sans frais comme Icelandair mais aussi opter pour plusieurs compagnies peut donc s’avérer être une meilleure idée.

adobestock_89708772.jpeg

Pour un stopover réussi, préparez votre escale en amont !

Plusieurs comparateurs de vols flairant la tendance et misant sur la flexibilité offrent la possibilité de combiner plusieurs voyages en un. C’est le cas de Skyscanner, Kayak, Opodo, Momondo ou encore de Bourse des Vols qui proposent tous une option multi-destinations. D’autres sites comme AirWander se sont quant à eux spécialisés dans ce type de voyage. Fonctionnant comme un comparateur de vol ordinaire, ce site créé par deux voyageurs adeptes des vols multi-villes souhaite simplifier les recherches pour obtenir les billets les moins chers tout en découvrant plusieurs destinations. En entrant sa ville de départ, celle d’arrivée et la durée de l’escale souhaitée, plusieurs stops vous sont proposés. Certains permettent de faire des économies sur le tarif initial du vol, d’autres nécessitent d’ajuster le prix. Tous font rêver ! Pour un vol Paris-Sydney par exemple, AirWander propose différentes escales. En s’arrêtant à Jakarta, Bangkok ou Hong-Kong pendant 3 jours, le billet d’avion revient moins cher que le prix initial !


« Dans 40% des cas, faire une escale permet d’économiser de l’argent »

« Les escales les plus plébiscitées par nos utilisateurs ? Amsterdam, Londres, Hong Kong, Singapour et Paris », affirme Ela, l’une des fondatrices d’AirWander. De San Francisco à Tokyo, les possibilités sont infinies et les longues escales toujours plus attrayantes. « Vous pouvez même choisir de faire plusieurs stopovers à l’aller comme au retour ! Pour nous, l’idéal est de rester 3 jours sur place pour vraiment profiter mais dès 10h, partir à la découverte d’une ville devient possible. »
Une option intéressante donc lorsque l’on part assez longtemps : « l’objectif n’est pas de se frustrer en ayant peu de temps sur notre destination finale » rappelle Ela. « Mais voyager plus en payant moins reste toujours une bonne idée. Dans 40% des cas, faire une escale permet d’économiser de l’argent. Ce serait dommage de ne pas en profiter. »

adobestock_70330670.jpeg

Dans la mesure du possible, essayez de ne pas vous encombrer de gros bagages pendant ces quelques jours d'escale.

5 conseils pour optimiser votre stopover

  • Soyez flexible sur les dates : d’un jour à l’autre les destinations proposées pour votre escale et les prix peuvent varier. Etudiez bien les différentes possibilités.

  • Renseignez-vous sur les formalités douanières : selon les destinations, un visa payant peut être demandé. De plus en plus de pays s’adaptent toutefois à cette nouvelle façon de voyager. La Chine, par exemple permet de passer 72h maximum dans certaines grandes villes sans visa.

  • Vérifiez la facilité d’accès : si l’aéroport est très excentré de la ville et que vous ne disposez que d’une courte durée pour votre escale, il peut s’avérer complexe de sortir.

  • Préparez votre escale en amont : transports pour rejoindre la ville, hôtel où se loger, incontournables à visiter… lors d’un stopover votre temps est précieux et doit être optimisé au maximum pour bien profiter de cette expérience.

  • Ne vous encombrez pas de vos bagages : selon la compagnie aérienne et la durée de l’escale, les bagages peuvent rester en soute. Si ce n’est pas le cas, les déposer aux consignes de l’aéroport reste l’idéal pour profiter de votre stopover en toute légèreté.


Guide de voyage

Du camping au bateau stop en passant par l'échange de maison, un guide Lonely Planet avec des centaines de conseils pour préparer son départ de façon astucieuse, économique et novatrice

Paramètres des cookies