1. Accueil
  2. Magazine
  3. Idées de voyage
  4. Les stades les plus originaux du monde
Idées de voyage

Les stades les plus originaux du monde

Mis à jour le : 10 février 2017

Carte

Nul besoin d'être un fan pour s'émerveiller devant ces géants où les foules s'embrasent.
 

1. Stade Municipal de Braga (Portugal)

Finie, l'époque où les stades de football étaient de simples lieux sportifs : depuis quelques années, la tendance architecturale y est à la mise en scène. À Braga, dans le nord du Portugal, l'architecte Eduardo Souto de Moura a conçu un stade « paysager » dans une ancienne carrière de granit sur les pentes du Monte Castro. L'Estádio Municipal (30 000 places, construit pour l'Euro 2004), à l'originalité saluée dans le monde entier, n'est pas fermé. Ses deux tribunes rectilignes se font face, le terrain est au centre et ses deux extrémités ont été laissées ouvertes, derrières les buts. D'un côté on voit une haute paroi de granit et, de l'autre, la ville en contrebas. Soit un lieu unique ne faisant pratiquement qu'un avec la montagne dans laquelle il a été creusé.
Le SC Braga joue en première division et rivalise souvent pour les plus grands titres. Si vous ne pouvez pas assister à un match, visitez le stade pour 6 € (www.scbraga.pt).

2. Stade Chivas, Guadalajara (Mexique)

Passionnés, fidèles et… bruyants, les supporters du Deportivo Guadalajara, surnommé l'équipe Chivas, disposent d'un nouveau stade, à leur image. Baptisé Le Volcan, clin d'œil à son design surprenant, ce stade d'une capacité d'accueil de 45 000 personnes semble se fondre dans le paysage ondulé et verdoyant. S'élevant à partir d'une structure recouverte de pelouse, il est doté d'un toit blanc qui semble flotter, tel un rond de fumée, au-dessus de lui. De quoi impressionner l'équipe adverse. Pour l'inauguration du stade, le 31 juillet 2010, le Deportivo a d'ailleurs triomphé (3–2) de Manchester United.
Avec 4 millions d'habitants, Guadalajara (État de Jalisco) est la 2e ville du pays et dispose d'un riche patrimoine culturel. La saison du football se répartit sur deux périodes : août à décembre, puis janvier à mai.

3. Le Nid d'Oiseau, Beijing (Chine)

Joyau des Jeux olympiques de 2008, ce stade national, signé des architectes suisses Jacques Herzog et Pierre de Meuron, est un ouvrage titanesque de 250 000 m2. Sa construction a nécessité plus de 40 000 tonnes d'acier et le recrutement de milliers d'ouvriers, pour un coût total de plus de 300 millions d'euros. Le résultat est à la hauteur : de l'extérieur, l'enchevêtrement de traverses donne à cette immense structure une puissance extraordinaire… et son célèbre surnom. L'enceinte a connu un succès immédiat auprès du public chinois, avec 30 000 visiteurs défilant chaque jour pour découvrir ce stade de 80 000 places.
Comme tout un chacun à Beijing (Pékin), visitez le stade national pour 50 Y par personne (www.n-s.cn).

4. Le Float@Marina Bay (Singapour)

Les Singapouriens sont passés maîtres dans l'art de repousser les limites de leur petite île, via une politique de mise en valeur des terres. Trouver un espace pour un stade multifonction n'était donc pas un problème : il suffisait de l'aménager sur l'eau ! Le Float@Marina Bay est une plate-forme en acier aussi vaste qu'un terrain de football, située au cœur du quartier chic et branché de la ville, l'Esplanade. Dominé par des hôtels 5 étoiles et par la grande roue Singapore Flyer, il peut accueillir 30 000 spectateurs dans son unique tribune. Le Float@Marina Bay affichait complet lors du Grand Prix de Formule 1, pendant les célébrations de la fête nationale et lors des Jeux olympiques d'été de la jeunesse en 2010.
Rejoignez l'Esplanade et le Float@Marina Bay en prenant le métro du réseau MRT – station Raffles Place, City Hall, Promenade ou Esplanade.

5. Gospin Dolac, Imotski (Croatie)

À Imotski, petite ville de Dalmatie, dans la chaîne de Biokovo, l'équipe de foot locale – le NK Imotski – s'entraîne au stade Gospin Dolac. Dans cette région montagneuse, il était bien difficile de trouver une étendue suffisamment plane pour aménager un stade. La petite arène de 4 000 places s'étend sur un promontoire rocheux, en contrebas d'une forteresse médiévale. Ici, les ramasseurs de ballon n'ont pas la tâche facile, puisque le stade est au bord d'un à-pic de 500 m de haut, qui donne sur le lac Bleu.
La chaîne de Biokovo se situe près de la frontière bosniaque et Imotski est à environ 60 km de Split (et à 280 km au sud de Zagreb) ; l'équipe de la ville joue en 2e division (www.nk-imotski.hr).

6. Veltins-Arena, Gelsenkirchen (Allemagne)

À notre époque où le sponsoring rapporte gros, les grands stades modernes doivent mettre les bouchées doubles pour assurer leur train de vie. Une tâche à laquelle la Veltins-Arena, à Gelsenkirchen, en Rhénanie du Nord-Westphalie, s'astreint assidûment. C'est ici que joue l'équipe de football du FC Schalke 04, pour le bonheur de 62 000 spectateurs passionnés. Outre les grands rendez-vous du ballon rond (finale de la Ligue des champions, rencontres de la Coupe du monde), la Veltins-Arena accueille également des manifestations de boxe, de hockey sur glace ou de biathlon d'hiver, et même des spectacles d'opéra ! Avec une aire de jeu amovible et un toit en fibre de verre, voici un vrai stade du XXIe siècle.
Le football allemand est l'un des moins chers d'Europe ; le prix d'une place pour un match du FC Schalke 04 (www.schalke04.com) commence à 15 €.

7. Stade Alberto J. Armando, Buenos Aires (Argentine)

Surnommé La Bombonera (« la boîte de chocolats ») en raison de son architecture particulière (une forme rectangulaire avec de hauts gradins), ce stade est le centre névralgique du quartier de La Boca, dans la capitale argentine. C'est aussi et surtout le domicile de la célèbre équipe du Boca Juniors. Lors des matchs, l'ambiance est si trépidante, même au regard des critères locaux, que l'on affirme que l'enceinte oscille. Aucun doute, La Bombonera est l'un des plus grands stades du monde. C'est là que Diego Armando Maradona, le « gamin en or », a fait ses débuts avec la sélection nationale d'Argentine le 27 février 1977, à l'âge de 16 ans, contre la Hongrie !
Le Superclásico, qui oppose les deux grandes équipes rivales (Boca Juniors et River Plate), est l'un des matchs les plus importants du football argentin.

8. Stade National de Kaohsiung (Taïwan)

C'est le premier stade 100% solaire ! Avec son toit recouvert de 8 844 panneaux solaires, il produit l'énergie nécessaire à ses systèmes d'éclairage et de sonorisation et, lorsqu'il n'accueille pas de manifestation, l'électricité générée sert à alimenter les quartiers alentour. Quant à son design futuriste, il évoque une queue de dragon qui s'enroule sur elle-même, pour dévoiler 55 000 sièges. Inauguré pour les Jeux mondiaux 2009, ce monumental « bâtiment vert »a été conçu par l'architecte japonais Toyo Ito.
La ville de Kaohsiung se trouve dans le sud de Taïwan. La liaison avec Taipei est assurée par un train à grande vitesse (www.thsrc.com.tw) qui roule à 300 km/h (soit 90 minutes pour un trajet de 345 km), gare de Kaohsiung-Zuoying.

9. HPCA Stadium, Dharamsala (Inde)

Passionnés de cricket, les Indiens s'enorgueillissent de posséder le plus grand terrain du monde : l'Eden Gardens, à Calcutta, d'une capacité de 82 000 places. Mais le plus beau de la catégorie est sans conteste le stade de l'Himachal Pradesh Cricket Association, à Dharamsala, dans le nord du pays. Plus commodément appelé le HPCA Stadium, ce petit bijou, situé à plus de 1 450 m au-dessus du niveau de la mer, est encadré de paysages de toute beauté. On découvre en effet, en arrière-plan, les sommets enneigés du Dhauladhar et la belle vallée de Kangra.
En 2010, le HPCA Stadium a connu les feux de la rampe en accueillant le tournoi indien de cricket de première ligue (www.iplt20.com). Des bus effectuent de nuit le trajet de 13 heures depuis Delhi.

10. Stade Maracanã, Rio de Janeiro (Brésil)

Assister à un match au Maracanã est généralement une expérience d'une intensité unique : l'ambiance est parmi les plus enfiévrées au monde, en particulier lors des matchs de championnat ou des rencontres entre deux grands clubs de Rio – Flamengo, Vasco da Gama, Fluminense ou Botafogo. Réouvert en avril 2013 après 2 ans et demi de travaux, le temple brésilien du futebol fut construit pour la Coupe du monde 1950. Il accueillait alors 250 000 spectateurs, mais des travaux controversés ont réduit sa capacité par la suite. Elle n'est plus aujourd'hui « que » de 80 000 personnes. Sa superficie en fait néanmoins l'un des plus grands stades au monde.
Le stade accueille également un musée du sport, qui expose photographies, posters, coupes et maillots historiques.


Paramètres des cookies