1. Accueil
  2. Magazine
  3. Idées de voyage
  4. 6 bars et restos complètement loufoques
Idées de voyage

6 bars et restos complètement loufoques

Mis à jour le : 19 janvier 2017

Carte

Savourer un plat perché, siroter une bière à l'envers ou danser six pieds sous terre... Rien n'est impossible. La preuve avec ces endroits pour le moins décalés !

1. REM eiland, Amsterdam


Il fallait être sacrément perché pour imaginer faire d’une ancienne plate-forme d’émissions télévisées pirates, montée sur pilotis en pleine mer du Nord dans les années 1960, un restaurant. Mais les Néerlandais, qui ont gagné plus de la moitié de leur territoire sur l’eau, en ont vu d’autres, et à présent ce sont les clients qui sont perchés à 22 mètres au-dessus de l’eau. Non pas au large des Pays-Bas, mais bien dans le port d’Amsterdam, où la structure a été intégralement démontée et remontée, mais toujours sur pilotis, en 2011. La cuisine, de type brasserie, est ouverte toute la journée, mais c’est le soir que l’expérience est la plus fantastique, lorsque l’on dîne en surplombant les lumières du port industriel. Vous pourrez prolonger le plaisir en montant, par les escaliers métalliques, sur le toit de la plate-forme avec votre verre de vin, pour admirer le coucher du soleil sur Amsterdam. 
REM eiland (Haparandadam 45 ; 12h-16h et 18h-22h) se trouve au bout d’une digue de Houthaven, un quartier de l’ouest d’Amsterdam en pleine transformation, qui accueille désormais logements trendy et bureaux de designers.Vous n’aurez aucun mal à localiser la silhouette de la structure qui se profile de loin, en venant à vélo ou en bus.

2. Madame Claude, Berlin


Il faut aller dans la capitale allemande pour donner tout son sens à l’expression française "sens dessus dessous" : dans ce bar de Kreuzberg, ce qui devrait être au-dessus est littéralement dessous, et vice versa. Le mobilier – tables, chaises, tapis, coussins et autres accessoires ne défiant habituellement pas la loi de la gravité – est accroché au plafond tandis que les moulures, sont, elles, au sol. Rassurez-vous, il est possible de trouver un siège conforme aux découvertes de Newton… s’il en reste toutefois un de libre, tant Madame Claude – qui doit son nom à l’ancienne qualité de maison close du lieu, mais aussi à ses trois fondateurs français – fait facilement salle comble. Ses bières bon marché, sa programmation de concerts et de sets de DJ, mais aussi ses quiz, font les belles soirées des afficionados de culture alternative du quartier – quartier qui est lui-même une référence en la matière à Berlin.
Venez dès l’ouverture pour être sûr de trouver une place assise, ou de pouvoir disputer une partie de ping-pong ou de babyfoot (Lübbener Strasse 19 ; 19h-tard).

3. Apothèke, New York


Il arrive qu’une soirée copieusement arrosée fasse, le lendemain, passer par la case pharmacie. Apothèke vous fera gagner du temps : non seulement ce bar a l’irrésistible cachet des boutiques d’apothicaire du XIXe siècle, alignant, sur les rangées de son laboratoire, séduisantes bouteilles et bocaux aux étiquettes cabalistiques et inspirantes, mais l’art du cocktail se double ici d’une science. Les "ordonnances" ou "prescriptions" préparées sous vos yeux par les chimistes en blouse blanche ressortissent d’une véritable médecine douce, à l’inspiration latino-américaine ou asiatique, sollicitant mezcal mexicain, pisco péruvien, sel rose de l’Himalaya et pléthore d’herbes et de fruits exotiques. Tous les ingrédients employés sont naturels, cultivés sur le toit même de l’immeuble ou provenant du marché bio de Chinatown. L’accent sur le nom Apothèke est un hommage à l’âge d’or des bars à absinthe français, et le vaste espace dévolu à la dégustation se pare du charme de la fée verte. Bref, de quoi se faire volontiers porter pâle.
Ancien repaire d’opiomanes, le local (9 Doyers St ; 18h30-2h lun-sam, 20h-2h dim), dépourvu d’enseigne et situé dans une petite rue de Chinatown, n’est pas facile à localiser : repérez la fiole dessinée au-dessus de la porte…

4. Shelter, Shanghai


Une descente au Shelter vous permettra d'apprécier la culture underground de Shanghai, au propre comme au figuré : il faut, pour gagner la principale salle du club, emprunter un long tunnel s’enfonçant profondément sous terre. À six mètres sous la surface, très exactement. S’ouvre alors devant vous un vaste espace en béton brut, à partir duquel un réseau de couloirs mène vers d’autres salles, voûtées comme il se doit pour un abri antibombes datant de la Seconde Guerre mondiale… Fondé par deux DJ en 2007 – une longévité rarissime à Shanghai – le Shelter doit son succès autant à l’originalité de son local qu’à sa programmation avant-gardiste, techno et hip-hop, attirant aussi bien les Chinois que les expatriés (un gage de qualité). L’avantage de prendre un verre dans un abri souterrain – outre que vous aurez la vie sauve en cas de bombardement intempestif – c’est qu’il n’y a pas de problème de voisinage : vous aurez tout le loisir d’apprécier les soirées à réveiller un mort.
Bonne nouvelle, les consommations sont bon marché, pour Shanghai (5 Yongfu Road ; 21h-4h)

5. Beach Blanket Babylon, Londres


Ainsi, Barry Lyndon a traversé le miroir de Lewis Carroll, et a atterri dans l’un des fauteuils Louis XV du Beach Blanket Babylon. Il y boit depuis des cocktails au nom évocateur, comme "Porn Star Martini", en compagnie d’Alice et du Chapelier fou, à la lueur des centaines de chandelles placées dans tous les coins par Stanley Kubrick. Fait peu connu des lecteurs et des cinéphiles, mais évident pour les habitants de Notting Hill, qui connaissent bien cette adresse aussi discrète de l’extérieur qu’excentrique à l’intérieur. Que ce soit dans la salle de restaurant installée dans une crypte dominée par deux atlantes ou la chapelle ayant piqué ses sièges à Gaudí, dans la salle de bal qui ferait passer le style rococo pour un modèle de sobriété ou le salon dont le feu de cheminée est prodigué par Vulcain himself, on se dit qu’il n’y a que les Britanniques pour parvenir ainsi à faire rimer décadence avec élégance.
Parez-vous de votre plus belle tenue de bal : le Beach Blanket Babylon (45 Ledburry Road, W11 ; 12h-0h) est notamment fréquenté par le prince Harry. Une autre adresse, un poil moins excentrique, a ouvert à Shoreditch.

6. Restaurante Quinta de Boa Vista, Rio de Janeiro


Si les serveurs de ce restaurant vous accueillent en chemise à jabot, jaquette rutilante et chapeau bicorne, c’est à cause de Napoléon. En 1808, en pleine conquête bonapartiste de l’Europe, la famille royale portugaise s’exila à Rio de Janeiro ; ni une ni deux, le fils du roi du Portugal fit de la colonie brésilienne un empire à part entière, choisit Rio pour capitale, et occupa dans cette dernière une résidence à sa mesure. Pour fêter le bicentenaire de l’arrivée de la famille royale portugaise, le personnel du restaurant se para de costumes d’époque ; le succès fut tel que l’accoutrement devint la norme, et acheva de donner au lieu son étrange parfum d’empire tropical : situé au cœur d’un vaste parc, il est installé dans l’ancienne chapelle du palais, un splendide bâtiment doté de sept mètres de hauteur sous plafond et d’un mobilier des XVIIIe et XIXe siècles, où l’on déguste du filet d’autruche, du lait de bufflonne et différentes spécialités régionales brésiliennes, sous le regard de Pedro I do Brasil.
Partie intégrante du parc Quinta da Boa Vista, le restaurant (Parque da Quinta da Boa Vista ; 10h-18h) a pour prestigieux voisins le zoo de Rio et le Musée national, installé dans l’ancien palais de Pedro I.

Paramètres des cookies