-->
  1. Accueil
  2. Magazine
  3. Randonnée
  4. 10 cabanes et refuges où s'abriter
Randonnée

10 cabanes et refuges où s'abriter

Mis à jour le : 20 décembre 2016

Carte

Buron en Auvergne, maisonnette en bois en Suède, cabanon sur pilotis sur la côte Atlantique... Chaque endroit a son refuge qui lui est propre, pour le plus grand bonheur des aventuriers amoureux des terres sauvages.

1. Vilcabamba (Équateur)

Cela fait des années que vous n'êtes pas monté à cheval et vous chevauchez sur les étroits et sinueux chemins de randonnée qui s'agrippent au flanc de montagne au-dessus du village andin de Vilcabamba. Votre monture se fraie un chemin à travers une rivière d'eau de fonte, longe de spectaculaires pentes et monte les pistes raides qui serpentent dans la forêt de nuages d'un pas agile et prudent : elle connaît le chemin. Plus tard, autour d'un ragoût relevé d'ají (piment) et d'un vin, on vous racontera l'histoire de ce refuge et de ce paysage féerique à l'orée du parc national de Podocarpus. Par une journée étincelante, vous apprécierez la vue sur les sommets surplombant les champs d'orchidées et de broméliacées jusqu'au bas de la vallée.
Caballos Gavilan (gavilanhorse@yahoo.com), un guide néo-zélandais, assure des treks équestres vers ce refugio privé. 

2. Refuges du Club vosgien (France)

En entrant, le visiteur dépose ses chaussures de marche près des poêles en faïence typiques de la région, s'installe à une tablée en bois, prépare son repas sur une cuisinière en fonte, boit de l'eau de source, joue ou bouquine avec un éclairage minimal. Ces jolis chalets, construits à partir du XIXe siècle par le Club vosgien, sont toujours entretenus par les sections locales de l'association. Ils sont accessibles pour une à plusieurs nuits à petits prix, souvent en dortoirs (10 € environ). Quelques-uns font aussi table d'hôtes.
Pour obtenir la liste des refuges et les coordonnées des sections locales : Fédération du Club vosgien, 16 rue Sainte-Hélène à Strasbourg (03 88 32 57 96).

3. Mungo Hut, Alpes du Sud (Nouvelle-Zélande)

D'après son registre, seuls deux groupes y ont passé la nuit les douze derniers mois. En contemplant les sommets de la chaîne de Te Aroha qui se dressent au-dessus, faire partie d'un cercle si restreint paraît grisant, mais il faut dire que se frayer un chemin à travers la brousse le long de la rivière Mungo n'est pas à la portée d'un promeneur du dimanche. L'arrivée au tournant sera un soulagement, de même que les 15 minutes d'escalade vers le refuge, installé dans une clairière touffue. S'il y a suffisamment de lumière après votre arrivée, nous conseillons une flânerie d'une demi-heure le long de la rivière à la recherche des deux sources chaudes qui bouillonnent près du ruisseau de Brunswick, au milieu des cèdres des montagnes et des pins jaunes.
La Mungo Hut (www.remotehuts.co.nz/huts/mungo) dispose de 4 lits superposés.

4. Erzherzog johann hütte (Autriche)

En avalant votre petit-déjeuner, de bon matin, vous contemplez le Grossglockner. Dehors, d'autres sommets européens emblématiques, du Dachstein aux Dolomites, apparaissent dans le silence captivant, dès que point le jour. Bien qu'assez prisé pour exiger une réservation, le plus haut refuge d'Autriche (3 454 m) est isolé, et l'atteindre est déjà une aventure : 5–6 heures d'ascension du sud (Kals) à l'est (Heiligenblut), avec traversée de glaciers et/ou montées en corde fixe. Une fois sur le pas de la porte, cependant, la cime du point culminant d'Autriche est à 2 heures d'ascension.
Le refuge est ouvert de juin à septembre, mais la Winterraum (salle d’hiver, 4 lits superposés) peut être utilisée le reste de l’année.

5. Garbh choire refuge, Cairngorms (Écosse)

La toiture grince et fuit, et les coins de sol sec sont rares, lorsque la porte du bothy s'ouvre brusquement pour laisser entrer le rude vent écossais et un couple de randonneurs ébouriffés. Vous leur préparez un accueil typique des Cairngorms : une tasse de thé fumante. Depuis les années 1960, ce bothy déglingué sert d'abri aux randonneurs intrépides et aux grimpeurs ayant bravé les voies entre le Cairn Toul et le Braeriach (la 3e plus haute montagne de Grande-Bretagne). Lorsque le vent hurle, la conversation dévie sur le Secret Howff de Beinn a'Bhuird : un énigmatique refuge qui serait à proximité, avec cuisinière, parquet et vitres en verre. Jalousement tenu secret, son emplacement est connu de quelques happy few.
Le refuge est une petite construction dans le Garbh Choire. Consultez le site www.mountainbothies.org.uk.

6. Refuge Buron d'Eylac, Auvergne (France)

Avec le Puy Mary en toile de fond, vous grignotez un morceau de cantal et sirotez un verre de rouge en repensant à la traversée en raquettes qui vous a conduit du col de Serre à la porte du refuge Buron d'Eylac. Ce gîte d'étape est plus rudimentaire que la plupart de ceux du parc des Volcans d'Auvergne : pas de repas, et pas d'eau courante ou d'électricité entre mi-septembre et mi-juin. Près du pas de Peyrol, il dispose de 14 lits et d'une pièce commune, mais n'espérez pas de compagnie : l'Auvergne est une des régions les moins peuplées d'Europe, et pour un être humain, on compte 5 vaches dans le Cantal.
Ce gîte est géré par le parc naturel régional des Volcans d’Auvergne.

7. Pêcheries au carrelet, côte atlantique (France)

Les pêcheries, ces cabanons sur pilotis perchés au bout d'une jetée et auxquels est suspendu un carrelet (grand filet carré que l'on descend et remonte), apparaissent dans le paysage côtier dès l'estuaire de la Loire et jusqu'à la Gironde en passant par le littoral charentais. Pour une journée de pêche originale, vous pouvez louer un carrelet le temps d'une marée. Vous trouverez dans vos filets des bars, des soles ou des congres et surtout, vous serez tranquille, car elles sont souvent juchées sur des rochers peu fréquentés des baigneurs.
Vous pouvez notamment louer une pêcherie à Corsept, à La Plaine-sur-Mer, à Préfailles, à Esnandes ou à Angoulins (http://carrelet.angoulins.over-blog.com).

8. Stuga (Suède)

La Suède est renommée pour la beauté préservée de ses montagnes, de ses lacs, de ses forêts. Et au milieu ou au bord de ces paysages naturels, l'on trouve de temps en temps, si l'on cherche bien, une toute petite maison, le plus souvent en bois, et dont le seul luxe est de s'autoriser parfois un étage. On y accède au mieux par un sentier, à peine une route. L'équipement est spartiate et la place étroite, car le véritable espace se trouve évidemment derrière la fenêtre. On ne s'y réchauffe que mieux lors des nuits fraîches. Ce petit chalet, c'est la stuga : le paysage sublime qui se déploie face à la petite terrasse de la bâtisse semble être alors votre jardin secret.
Le site de l’office du tourisme suédois (www.visitsweden.com) propose des liens vers des sites de location de stugas.

9. Refugio Frey, Patagonie (Argentine)

Un condor s'envole au-dessus de ce refuge sur 2 niveaux et se détache contre le granit du Cerro Catedral. Surplombant les rues couleur chocolat de Bariloche, dans la région des lacs argentins, le Refugio Frey est un nid d'aigle pour les randonneurs, skieurs de fond et alpinistes, et est un joli camp de base pour qui explore une des plus belles régions d'escalade d'Amérique du Sud. Lorsque vous vous apprêterez à gravir le massif et à tutoyer le vide sur les flancs de la Torre Principal, jetez un œil au panorama à 360° : l'horizon patagonien ponctué d'aiguilles se reflète dans les eaux vertes du lac.
Accessible par divers chemins de randonnée, le Refugio Frey se trouve dans le parc national du Nahuel Huapi.

10. Chubetsu-Dake hinan-goya (Japon)

Le whisky chasse le goût de la saucisse au poisson : tous deux vous ont été offerts par votre nouvel ami. La conversation est sommaire, mais amicale, votre présence témoignant d'une passion commune pour la montagne. Vous êtes sur un trek d'une semaine sur l'épine dorsale du parc national de Daisetsuzan, qui compte un éventail d'abris, des simples appentis (attention aux ours bruns) aux refuges sur 2 niveaux comme celui-ci. Certains disposent même de sols matelassés de tatamis, et de sources chaudes.
Une douzaine de refuges parsèment le parc national de Daisetsuzan, une vaste étendue sauvage au centre d’Hokkaido. Mieux vaut emporter une tente toute saison.