Abbaye-aux-Dames

L'avis de l'auteur Lonely Planet

tombe de la reine mathilde

Fondée vers 1060 par Mathilde de Flandre, cette abbaye bénédictine accueillit des jeunes filles de l’aristocratie normande. Elle compta parmi ses pensionnaires et étudiantes Charlotte Corday, qui assassinera le révolutionnaire Marat dans son bain en 1793. Au début du XVIIIe siècle, l’abbaye fut en partie reconstruite. Fermée sous la Révolution, elle fut transformée en caserne avant de devenir un hôtel-Dieu, un hospice, puis, à partir de 1986, le siège du conseil régional de Basse-Normandie (et désormais de la Normandie). Peu de salles se visitent, mais l’une d’elles accueille une collection intitulée “Peindre en Normandie” (tlj 14h-18h), qui rassemble environ 150 toiles de Renoir, Courbet, Corot, Boudin, Monet… L’église de la Trinité, en dehors de l’enceinte abbatiale, constitue un bel exemple de l’art roman normand, avec sa nef sur trois niveaux. Dans le chœur, une dalle noire, protégée par une plaque de verre, signale le tombeau de la reine Mathilde, enterrée là en 1083. La crypte (accessible seulement lors de la visite guidée) est soutenue par une forêt de piliers aux chapiteaux décorés sobrement de motifs végétaux, excepté le premier, au bas de l’escalier, où figurent des personnages – des morts se présentant pour le Jugement dernier. Dans le prolongement du couvent, ouvert à tous, le parc d’Ornano est un vaste jardin à la française.

02 31 06 98 45 ; pl. de la Reine-Mathilde ; tlj 14h30 et 16h ; 4, 25, Abbaye-aux-Dames ou Reine-Mathilde