Paya Shittaung

L'avis de l'auteur Lonely Planet

temple bouddhique

Shittaung est le temple le plus élaboré du site. Son nom signifie “sanctuaire aux 80 000 statues” en référence à la multitude de statues saintes qu’il renferme. Érigé en 1535 par le roi Minbin, le plus puissant des monarques rakhine, il rassemble quelque 26 stupas de diverses tailles autour d’un stupa central. D’épais murs percés de fenêtres et de niches entourent le bâtiment à 2 étages, très reconstruit au fil des siècles – parfois de façon assez maladroite.

À l’extérieur du temple, à côté de l’escalier de l’entrée sud-ouest, un bâtiment fermé de couleur vert menthe renferme la colonne de Shittaung, un obélisque en grès de 3 m de haut, rapporté de Wethali par le roi Minbin. Considéré par les Rakhine comme le “plus ancien livre d’histoire du Myanmar”, il porte sur trois de ses côtés des inscriptions sanskrites à demi effacées. L’inscription du côté est remonterait à la fin du Ve siècle. Celle du côté ouest, datée du début du VIIIe siècle, énumère la liste des rois rakhine de 638 av. J.-C. à 729 (roi Anandacandra).

À côté de la colonne repose une dalle en grès craquelée, de 3,6 m de long, sur laquelle est gravée une fleur de lotus (motif boud­dhique) qui s’élève sur une eau ondoyante vers une dhammacakka (roue de la Loi en pali), finement sculptée.

Sur les murs extérieurs, vous observerez plusieurs bas-reliefs gravés (parfois difficiles à atteindre), dont certains comportent des scènes érotiques, sur le côté sud.

À l’intérieur de la salle de prière, vous apercevrez plusieurs portes ; deux conduisent à des passages qui encerclent le bouddha principal de la salle-caverne (située droit devant).

La porte de gauche la plus éloignée (au sud-ouest) mène à la salle extérieure, un passage de 94 m de long, tapissé de dalles de grès sur 6 niveaux. Plus d’un millier de sculptures dépeignent en détail les coutumes rakhine (danseurs, boxeurs et acrobates en costumes traditionnels), des bêtes de somme et plusieurs centaines de jataka (histoires tirées des vies antérieures du Bouddha). À chaque angle se dressent de grandes statues, parmi lesquelles figurent, au sud-ouest, le bâtisseur du temple, Minbin, et ses épouses. À l’avant du passage, une ouverture permet de sortir admirer la vue.

À côté de l’entrée de la salle extérieure, une salle intérieure s’enroule autour de plusieurs dizaines de niches contenant des bouddhas et passe devant une empreinte qui aurait été imprimée par le Bouddha après son Éveil. Une fois arrivé au bout, vous devrez faire demi-tour ; peut-être sentirez-vous l’air fraîchir en progressant dans le passage, un symbole, selon certains fidèles, de l’“effet rafraîchissant” des enseignements bouddhiques.

7h-17h. ; journée

Paramètres des cookies