Ex-Convento de San Francisco

L'avis de l'auteur Lonely Planet

édifice religieux

Sur le côté donnant sur le lac de l’Avenida Cárdenas, l’Ex-Convento de San Francisco fut en partie construit avec des pierres provenant du site tarasque érigé sur la colline et détruit par les Espagnols. De là, les moines franciscains lancèrent leurs activités missionnaires au Michoacán, au cours du XVIe siècle. Les oliviers du cimetière de l’église, probablement les plus vieux des Amériques, auraient été apportés d’Espagne et plantés par Vasco de Quiroga.

Le fascinant Museo Antiguo Convento Franciscano de Santa Ana occupe le Templo de San Francisco, toujours en activité (il se trouve droit devant quand on entre dans l’Ex-Convento de San Francisco). Consacré à la culture et à l’histoire des Purépechas, le musée traite de l’arrivée des Espagnols et de la conversion des populations indiennes au christianisme. Le bâtiment abrite des fresques murales aux couleurs fanées, et l’ornementation des plafonds en bois est de style mudéjar.

À l’arrière de l’ensemble architectural, le Templo de Nuestra Señora de la Salud fut édifié pour les Purépechas ; il renferme El Santo Entierro de Tzintzuntzan, une statue révérée du Christ, conservée la majeure partie de l’année dans une caja de cristal (cercueil de verre). Le Vendredi saint, après une mise en scène élaborée de la Passion, la statue est retirée du cercueil et clouée sur une grande croix ; s’agissant d’un Cristo de Goznes (Christ articulé), ses bras peuvent s’étirer et ses jambes se croiser. Une fois la statue descendue de la Croix, elle est transportée en procession dans la ville jusqu’à la tombée de la nuit, puis restituée à l’église. Des pénitents viennent de tout le pays, parfois enchaînés, portant eux-mêmes une croix ou se déplaçant à genoux.

10h-17h

Paramètres des cookies