• Les temples

L'avis de l'auteur Lonely Planet

L’ensemble monastique est enclos par d’immenses murailles. Cent huit stupas (108 est un nombre sacré dans la religion boud- dhiste) sont répartis régulièrement le long des murs, tous les 15 m environ. Les trois temples – Baruun Zuu, Zuu de Bouddha et Zuun Zuu – qui ne furent pas détruits dans les années 1930 sont dédiés aux trois étapes de la vie du Bouddha : l’enfance, l’adolescence et l’âge adulte.

Le süm du Dalaï-Lama fut érigé en 1675 pour commémorer la visite du fils d’Abataï Khan, Altan, au dalaï-lama au Tibet. Il comprend une statue de Zanabazar et quelques beaux thangka du XVIIe siècle représentant le dalaï-lama et diverses divinités protectrices.

Dans la cour intérieure, Baruun Zuu, le temple de l’ouest, construit par Abataï Khan et son fils, est dédié au Bouddha adulte. À l’intérieur, Sakyamuni (le Bouddha historique) est flanqué de deux statues : à gauche, Sanjaa (“Dipamkara” en sanskrit), le Bouddha du passé, et à droite, Maidar (“Maitreya” en sanskrit), le Bouddha du futur. On peut également y voir des “roues d’éternité” dorées, appelées naimin takhel (l’un des huit signes de bon augure), des figurines des XVIIe et XVIIIe siècles, ainsi que des balin (gâteaux à pâte de blé décorés de médaillons colorés faits de graisse de mouton ou de chèvre), confectionnés en 1965 et encore bien conservés. Suivez le sens de la visite, vers la gauche, indiqué juste à côté de l’entrée.

Zuu de Buddha est le temple principal qui se dresse au centre. Son entrée est flanquée des statues des dieux Gonggor à gauche et Bandal Lham (“Palden Lhamo” en sanskrit) à droite. À l’intérieur, à droite des statues du Bouddha enfant, se tient Otoch Manal (“Sangye menla” en sanskrit, le Bouddha de la médecine), et à gauche Holy Abida (le dieu de la Justice). Le temple renferme également les statues de Niam et Dabaa, respectivement les dieux du Soleil et de la Lune, quelques masques de danses rituelles tsam ayant survécu aux purges, des sculptures de gardes à l’allure agressive datant des XVIe et XVIIe siècles, et quelques œuvres du sculpteur bouddhiste Zanabazar.

Dans le temple qui se trouve à l’est, Zuun Zuu, on peut voir une statue de Bouddha à l’adolescence. Tsongkhapa, fondateur de la secte des Bonnets jaunes au Tibet, se tient à sa droite. À gauche, Janraisig (“Chenresig” en tibétain, “Avalokitesvara” en sanskrit) est le bodhisattva de la Compassion.

En vous dirigeant vers le nord, vous passerez devant le stupa d’or, construit en 1799. Le petit temple fermé à côté, avec son toit de tuiles bleues, aurait précédé le monastère d’environ 200 ans.

Des cérémonies se déroulent tous les matins vers 11h dans le Lavrin Süm, grand temple blanc de style tibétain, à l’extrémité nord. Les horaires peuvent varier ; ­renseignez-vous à l’accueil. Les visiteurs sont les bienvenus, mais il est interdit de prendre des photos pendant les cérémonies. Ce temple constitue la partie la plus animée de tout le complexe, et aussi la plus charmante.

Paramètres des cookies