Pigeonniers

L'avis de l'auteur Lonely Planet

site historique

کبوتر خانه Des siècles durant, Ispahan compta sur les pigeons et leurs fientes pour lui fournir l’engrais qui fertilisaient ses célèbres champs de melons. Les fientes était ramassées dans quelque 3 000 tours à pigeons trapues, chacune abritant environ 14 000 oiseaux. Inutilisées aujourd’hui pour cause de fertilisants industriels, il reste environ 700 de ces constructions en terre dans les alentours. Le meilleur endroit pour les découvrir est le long de la Zayandeh au sud du Ateshkadeh-ye Esfahan (autel du feu).