Monastère Debré Libanos

L'avis de l'auteur Lonely Planet

monastère

S’il ne reste aucune trace du bâtiment du XIIIe siècle d’origine, victime des guerres entre chrétiens et musulmans, le paisible monastère moderne s’inscrit dans un cadre impressionnant, sous une falaise arrosée de cascades (beaucoup de moines y vivent dans des grottes), au bord des gorges imposantes de la rivière Jemma. Hailé Sélassié fit édifier l’église actuelle en 1961, contre la volonté des religieux locaux, à la suite d’une prophétie lui assurant un long règne s’il bâtissait un nouveau lieu de culte. Il s’agit d’une construction massive, plutôt laide vue du dehors, mais enjolivée de vitraux.

Outre les objets liturgiques habituels, l’intéressant musée de Debré Libanos expose des fusils italiens, des marmites géantes, des couronnes impériales, des instruments de musique et un vieux pilori en bois. À 15 minutes de marche en amont se trouve la grotte où aurait prié Tekla Haimanot, également source de l’eau sacrée.

Un monument, en face de l’église, rend hommage aux centaines de prêtres, diacres et fidèles massacrés ici par les Italiens en 1937, après une tentative d’assassinat sur la personne du vice-roi Rodolfo Graziani, connu pour sa brutalité (et plus tard condamné à la prison par un tribunal italien pour collaboration avec les nazis).

8h-17h30

Paramètres des cookies