Abbaye de Marcilhac

L'avis de l'auteur Lonely Planet

patrimoine religieux

“Tout le monde connaît Rocamadour et Saint-Cirq-Lapopie. Mais il y a aussi, au cœur de la vallée du Célé, ce joyau millénaire qu’est l’abbaye de Marcilhac-sur-Célé”, insistait le père Guillaume Soury-Lavergne, jeune curé de Marcilhac, en lançant en 2015 un appel au bénévolat sur Facebook pour rénover et animer l’édifice. Au XIe siècle, l’abbaye de Marcilhac-sur-Célé affichait un prestige qui y attirait les pèlerins en route vers Compostelle. Elle possédait même l’église de Rocamadour, qu’elle délaissa. L’essor de cette dernière et la rivalité entre les deux sites, suivis des dégradations de la guerre de Cent Ans, des guerres de Religion et de la Révolution, sonnèrent son glas : ce sont les vestiges de cette splendeur déchue qui furent inscrits à l’Inventaire des monuments historiques au début du XXe siècle. L’abbaye présente aujourd’hui deux visages. D’une part la partie romane du XIe siècle, en partie sous forme de vestiges à ciel ouvert, où l’on peut admirer le très beau tympan sculpté du portail sud représentant le Jugement dernier ; d’autre part l’église gothique du XVe siècle, couverte et encore utilisée, avec ses boiseries et ses fresques des XVe et XVIe siècles, et prolongée d’unesalle capitulaire en ogives. L’appel du curé ayant été entendu, cette partie fait l’objet de rénovations depuis septembre 2017. Des visites guidées sont organisées en saison.

renseignements 07 69 46 07 79 ou office du tourisme ; www.abbayedemarcilhac.com