Côte d'Azur : Les Incontournables

Le meilleur de la Côte d'Azur

 

Marseille

Pour appréhender la cité phocéenne, pas de recette miracle, juste un comportement simple à adopter : abandonner ses repères, oublier ses préjugés et devenir un observateur curieux de chaque instant, comme lors d’un voyage au long cours. Laissez-vous donc emporter entre le Panier, le Vieux-Port, la Corniche, l’archipel du Frioul et son mythique château d’If, le tout sous le regard bienveillant de la Bonne Mère, si chère au coeur des Marseillais.

 

Les calanques

D’un côté, un long massif percé d’entailles, offrant de magnifiques balcons sur une eau vertbleu entre Marseille et Cassis. De l’autre, les criques de la Côte Bleue au fond desquelles se nichent de charmants villages. Marseille propose des deux côtés de sa rade une prise directe avec une nature sauvage que l’on peut découvrir à pied, en canoë ou pour une simple pause baignade. Ces massifs calcaires nécessitaient depuis longtemps d’être préservés, d’où la création récente du parc national des Calanques.  

Aix-en-Provence et le massif de la Sainte-Victoire

À deux pas des ruelles fières et cossues de la cité aixoise, les premiers contreforts de la montagne chère à Cézanne dévoilent sa silhouette. Cette montagne symbolise à elle seule la Provence. que ce soit sur son versant sud, minéral et tourmenté, ou côté nord sur des pentes plus hospitalières, le massif de la Sainte-Victoire abrite des paysages verdoyants et bucoliques, comme dans la vallée de Vauvenargues où repose un autre peintre, Pablo Picasso.  

Avignon

Plantée au bord du Rhône, Avignon se donne une fière allure de citadelle. La majesté médiévale que dégagent ses puissants remparts abrite un patrimoine historique conséquent : le pont Saint-Bénezet sur lequel on se plaisait jadis à danser, son imposant palais des Papes et ses ruelles où se tapissent hôtels particuliers et musées de renom. Avignon est aussi connue pour son célèbre festival de théâtre. Chaque année en juillet, la ville se pare d’une atmosphère bohème, laissant musiciens et comédiens envahir les rues de la cité. 


Arles

Derrière les apparences, ville paisible en bord de Rhône avec son marché et ses rues piétonnes, Arles bouillonne intérieurement. Déjà riche d’un patrimoine antique exceptionnel (ses arènes, son amphithéâtre et son musée de l’Arles antique) , la ville a en plus l’ambition de devenir une future cité de l’image choyée par les nouvelles technologies. Des événements d’envergure, comme les Rencontres internationales de la photographie, ainsi qu’une vie culturelle et festive foisonnante dessinent progressivement son nouveau destin.  

Les Baux-de-Provence

Le décor semble avoir été créé de toutes pièces… Construit au sommet d’un gigantesque et spectaculaire piton, le village se détache admirablement des parois calcaires des Alpilles, à l’endroit même où celles-ci sont découpées en deux par une vallée. Au sommet, se trouvent les vestiges d’une imposante forteresse médiévale d’où l’on jouit d’une magnifique vue. C’est l’endroit idéal pour découvrir les paysages du massif des Alpilles, mosaïque de champs d’oliviers encadrée de haies de cyprès, qui rappelle par touches la Toscane.  

Les marchés provençaux

Souvent situés sur la place centrale des villages, ces marchés colorés sont aussi un rituel social, baromètre de l’humeur locale, qui, à l’image des fruits et des légumes présents sur les étals, change avec les saisons. Odorants, ils mettent en avant les herbes et les aromates locaux comme le basilic, le thym, le romarin, la sarriette ou encore l’origan. On peut aussi y respirer des saveurs plus recherchées et discrètement échangées, comme la truffe sur des marchés spécialisés.  

Cap de Brégançon

À la fois terre agricole avec la culture du riz, réserve naturelle pour oiseaux migrateurs, terre touristique aux accents de Far West avec ses manades et ses chevaux, le delta du rhône présente un cocktail étonnant. Cette terre plane parsemée d’étangs est encore un espace sauvage, quadrillé par les canaux et les chemins de terre. les Saintes-maries-dela-mer, la seule localité d’importance en Camargue en dehors d’arles, vivent principalement l’été et pendant le pèlerinage des Gitans à la fin du mois de mai.  

Le mont Ventoux

Cette icône des amoureux de la petite reine abrite aussi une faune et une flore hors du commun. aux confins des influences climatiques méditerranéennes et alpines, le “géant chauve”, que l’homme a largement façonné, est labellisé réserve de biosphère par l’unesco. déjà, en 1336, Pétrarque, humaniste italien, se déclarait “étourdi par la légèreté de l’air et sa vue grandiose”. Pas étonnant qu’aujourd’hui encore, il soit un paradis pour les randonneurs et même les amateurs de ski l’hiver.  

Les villages du Luberon

Perché sur un piton rocheux, Gordes affiche fièrement ses atouts : un coquet village, une abbaye, des mas bien restaurés... À proximité, Roussillon, avec ses reflets ocre, ou encore Lacoste et Bonnieux ne laissent pas non plus indifférent. Si le charme opère toujours, ces villages symbolisent aussi une Provence quelque peu muséifiée et envahie de touristes l’été. Heureusement, le constat ne vaut pas pour toutes les périodes de l’année, et même dans le Luberon, certains villages ont su garder leur âme. 

yan-berthemy-awjdxfhoduw-unsplash.jpg

Le Colorado provençal

Le Colorado provençal

Le site de Rustrel, appelé le Colorado provençal, est spectaculaire avec ses cheminées de fées sculptées par l’eau, le vent et la main de l’homme. Cet ancien gisement, exploité jusqu’en 1956, recense différents parcours, longs de 1 à 13 km, dont le sentier de l’Ocre et des Fées et le sentier du Sahara, très accessibles. Il est interdit de ramasser de l’ocre. Attention à vos vêtements, ça tache !  

Le plateau de Valensole

L’été, les champs de lavandin et de lavande de cette étendue plane se parent de bleu et de violet à l’infini. Une image qui n’en finit pas de faire le tour du monde, de symboliser la Provence… et d’attirer des photographes ! Autrefois fondée essentiellement sur la culture de champs d’amandiers et de chênes truffiers, l’économie du plateau de Valensole s’est progressivement tournée vers l’exploitation de la lavande et des céréales. L’hiver, les cimes enneigées des Alpes du Sud en arrière-plan ont aussi leur charme.

 

Le pays de Forcalquier

Le pays de Forcalquier et la montagne de Lure, si chers à Giono, témoignent d’une vie paysanne encore importante visible à travers les fermes, les bergeries, les champs aux effluves de lavande et de plantes aromatiques. Le secteur est aussi riche de nombreux villages perchés comme Mane, Lurs, Banon, Simiane-la-Rotonde ou encore Oppedette. Ces paysages au relief tantôt sauvage, tantôt verdoyant raviront les amateurs de randonnées à pied, à cheval ou à vélo !  

Les gorges du Verdon

Depuis la Corniche sublime – la mythique d71 –, le Verdon déploie son empreinte vert émeraude au pied de falaises pouvant atteindre 700 m de hauteur. La rivière sinue jusqu’au lac de Sainte-Croix, à proximité du village de moustiers-Sainte-marie, pittoresque vigie qui semble surveiller le lac. Et pour découvrir ce paysage unique, Grand Canyon made in France, vous aurez l’embarras du choix : canoë depuis le lac de Sainte-Croix, randonnée au fond des gorges, parapente ou escalade pour les plus téméraires.  

Les îles dʼOr : Porquerolles

On dit souvent que la plus grande et la plus occidentale des îles d’Or a tout pour elle. Plantons le décor : des plages de sable bordées de pins et de bruyère sur la côte nord, une côte sud sauvage et abrupte comme sa voisine Port-Cros, un littoral drapé dans une mer bleu azur, des vignobles, un village animé et une vraie sensibilité à l’environnement. Sur cette île, longue de 7 km et rattachée au parc national de Port-Cros, on ne se déplace qu’à pied ou à vélo.  

La Provence verte

Entre la Côte d’Azur et le Verdon, c’est la Provence des places ombragées sous les platanes, des marchés colorés et des fontaines bienveillantes sur les places de village. Autour de Brignoles, cette Provence verte, authentique, rassemble une quarantaine de villages de caractère encore agricoles, où il fait bon vivre. C’est le paradis des baignades et des pique-niques au bord de l’eau, c’est aussi traditionnellement une terre d’accueil pour les artisans d’art.  

Lʼabbaye du Thoronet

Nichée dans un vallon boisé, cette abbaye cistercienne, édifiée entre 1160 et 1230, séduit malgré son austérité. Elle est agencée autour d’une église en croix latine, de bâtiments d’habitation et d’un magnifique cloître ; la pureté des lignes et son absence de décorum séduira même les âmes les plus profanes. Sur le plan architectural, la simplicité de ses volumes et son adaptation aux impératifs de la vie communautaire furent une source d’inspiration pour des architectes contemporains comme Le Corbusier. 

michael-kroul-xcef9q1yyae-unsplash.jpg

Saint-Tropez, petit joyau de la Côte d'Azur

Saint-Tropez

Le mythe “Saint-trop”, né en partie grâce à Brigitte Bardot et au film Et Dieu créa la femme, a la vie dure. Fréquenter ses boîtes de nuit (très) branchées, ses cafés mythiques ou flâner sur les quais du vieux port où s’alignent les yachts, fait partie du rituel d’une visite à Saint-tropez. Le village ne vit pourtant pas que l’été. Ses régates de vieux gréements et sa vie culturelle s’étalent tout au long de l’année, dans un village qui retrouve alors un peu de son calme et beaucoup de son charme.  

Cannes

Bienvenue sur la promenade de la Croisette et ses prestigieux palaces. Derrière les paillettes de son célèbre festival, la vieille ville de Cannes, disposée autour de la colline du Suquet, ne manque pas de charme. même ses plages hypnotisent, particulièrement quand l’estérel prend des reflets ocre au coucher du soleil. Les adeptes du calme feront la traversée jusqu’aux îles de lérins, situées à un jet d’amarre du centreville. l’île de Saint-honorat accueille un monastère très réputé pour son vin.  

Nice

Entre ses palaces du front de mer, les façades ocre du vieux Nice, ses perles baroques et ses jardins, Nissa la bella mérite bien son surnom. Sa clientèle touristique internationale attirée par ses célèbres plages de galets et ses prestigieux événements lui donne un petit air de vacances toute l’année. Derrière ses apparats de fête, la culture nissarte s’enracine dans une longue histoire, à l’image de sa gastronomie, à michemin entre la France et l’Italie.  

Menton

Pas de doute possible, l’Italie n’est plus très loin. Les façades colorées du vieux Menton et son patrimoine baroque exceptionnel, évoquent les villages du Piémont ou du sud de l’Italie. Juste à côté, les palaces du début du siècle et leurs imposantes façades ainsi que le palais Carnolès nous remémorent les heures fastes de la Riviera française. Quant aux jardins, leurs effluves exotiques et citronnés méritent une visite, tout comme le musée Cocteau, situé sur le front de mer.  

Antibes

L’ancienne partie fortifiée de la vieille ville déborde de charme, entre ses placettes animées, ses boutiques d’artisanat, la spacieuse place nationale ou encore le cours Masséna et son marché couvert où l’on peut dîner le soir. La place du Safranier, entourée de ruelles fleuries, et la romantique promenade de l’Amiral-de-Grasse, le long des remparts, complètent le tableau. Son musée Picasso est une référence pour tous les amoureux du Maître. 

michael-shannon-uda2slid8ek-unsplash.jpg

Antibes, station balnéaire entre Cannes et Nice, a séduit de nombreux écrivains

Saint-Paul-de-Vence

Dès le début du siècle, ce petit village perché cerné de vignes était un passage obligé pour de nombreux artistes. Aujourd’hui admirablement préservé, il abrite dans son lacis de ruelles pavées une concentration étonnante de galeries d’art. Difficile de ne pas se laisser tenter par une promenade le long des remparts de Saint-Paul-de-Vence au coucher du soleil, à proximité des tombes du peintre marc Chagall et d’aimé maeght. La fondation de ce dernier, galeriste et ami des peintres, mérite elle aussi une visite.  

Les villages de l’arrière-pays

Quel contraste avec le littoral ! dans le Var, des vallées vertes et des forêts paisibles, des villages magnifiques et encore bien vivants comme tourtour, Châteaudouble, Fayence, Seillans, mons ou Callian. du côté des alpes-maritimes, des nids d’aigles, comme Peillon ou Coaraze, posés sur des pitons rocheux, qui doivent leur topographie à un relief tourmenté et à la volonté des hommes. La plupart abritent un patrimoine bien préservé et offrent des panoramas époustouflants.  

La Vallée des Merveilles

Imaginez un site de haute montagne où l’histoire se lit sur les roches. Adossée de part et d’autre du mont Bégo qui culmine à 2 872 m, la Vallée des Merveilles concentre près de 36 000 gravures rupestres. Datant pour la plupart de l’âge du bronze, ces inscriptions, découvertes seulement à la fin du XIXe siècle, sont aujourd’hui classées monuments historiques et protégées. Un site exceptionnel que l’on découvre à l’occasion d’une randonnée, où il n’est pas rare d’apercevoir chamois et marmottes.  

Mis à jour le : 12 mai 2020

Articles récents

Paramètres des cookies