Bordeaux : Culture

Culture et coutumes bordelaises

Coutumes

"Bordeaux, toujours Bordeaux" est la devise de l'une des nombreuses confréries du Bordelais. Chaque appellation possède la sienne qui a pour but de défendre la qualité et le prestige de son nom. Les cérémonies d'intronisation, ouvertes parfois à quelques chanceux visiteurs, ainsi que les costumes et les armoiries, portent la marque d'une tradition ancestrale, héritée pour certains du Moyen Âge. Comme dans de nombreuses villes estudiantines (l'Académie de Bordeaux compte 100 000 étudiants), le jeudi est soirée de fête : les bars de la Place de la Victoire se gorgent alors d'une foule joyeusement déchaînée. Ambiance saturée de monde, de fumée et de musique forte garantie : certains établissements offrent une consommation à qui parviendra à parler plus fort que les platines !

Nourriture

Capitale mondiale du vin, Bordeaux ravira également les amateurs de bonne chère. Réunissant les spécialités de la Gironde, des Landes et du Périgord, la gastronomie bordelaise déploie toute une palette de spécialités. Magret de canard, foie gras et agneau de Pauillac figurent en bonne place sur les cartes. Mais il ne faut pas repartir de Bordeaux sans avoir savouré une entrecôte bordelaise, cuite sur les sarments de vigne et arrosée de vin et d'échalote. Côté poissons et crustacés, on pourra déguster des huîtres du bassin d'Arcachon, de la sole, de la lamproie ou de l'alose, en général cuisinée à l'oseille.
En apéritif, ne manquez pas de boire un lillet, sorte de vin cuit local. Enfin, aujourd'hui célèbre, le canelé bordelais, à la fois mœlleux et croustillant, est un petit gâteau caramélisé et parfumé à la vanille et au rhum.
Bordeaux possède une pléiade de restaurants, à tous les prix. La ville compte notamment de nombreuses brasseries, dont le comptoir, les rampes de cuivre et les panneaux de bois rappellent les grands établissements du XIXe siècle. Les rues qui entourent la place du Parlement-Sainte-Catherine regorgent d'adresses très bon marché, mais très touristiques. La cuisine qu'on y sert n'est pas forcément de très grande qualité, mais compte tenu du prix, parfois imbattable, le client finit par s'y retrouver. Elles ont également le grand mérite d'avoir presque toutes une terrasse en été. Bordeaux compte également de très bonnes tables à prix moyen. La différence se fait alors sur la qualité et la fraîcheur des produits, mais aussi sur le mode de préparation, plus ou moins sophistiqué.

Religion

Bien que n'étant pas un bastion historique huguenot, Bordeaux se trouve au sein d'une région à forte influence protestante et longtemps déchirée par les guerres de religion. La ville a connu une brève période de neutralité grâce à l'administration de Montaigne, avant de subir les contre-coups de la Saint Barthélemy.
Bordeaux connut jusqu'à la Seconde Guerre mondiale une présence de la communauté juive alimentée aux XVe et XVIIe siècles par l'arrivée de Sépharades portugais et espagnols fuyant l'Inquisition.
Aujourd'hui, les catholiques revendiqueraient plus de 80% de la population, les musulmans, de 5 à 10%, les protestants et les juifs ne représentant plus que respectivement 2% et 1% des croyants.

Arts

Bordeaux compte d'illustres écrivains parmi lesquels se dégagent Montaigne, qui fut maire durant quatre ans, et dont on visite le château familial du XIVe siècle à Saint-Michel-de-Montaigne, Montesquieu qui s'affirma aussi comme seigneur et vigneron en son domaine de la Brède, et plus récemment François Mauriac.
La peinture est marquée par le rêveur et torturé Odilon Redon, mais le dynamisme de la ville se manifeste aujourd'hui avec le CAPC Musée d'art contemporain, installé dans l'Entrepôt Réel des Denrées Coloniales (XIXe), qui présente les grands mouvements artistiques des trente dernières années, ou les nombreuses manifestions telles que Novart, le festival d'art contemporain pluridisciplinaire, qui ont lieu toute l'année.
La musique n'est pas en reste, entre la programmation de l'Opéra National de Bordeaux, le festival International d'orgue, et dans un registre plus contemporain, la Rock School Barbey qui rassemble en un même lieu formations et concerts.
Depuis Max Linder, un enfant du pays, de nombreux cinéastes ont utilisé la ville pour son cadre unique : Patrice Chéreau (La Reine Margot), Milos Forman (Valmont), Jean-Paul Rappeneau (Bon voyage) ou Claude Chabrol (La Fleur du mal). Bordeaux accueille enfin le Festival International du cinéma féminin.

Mis à jour le : 27 septembre 2016
Vizeat

Articles récents

Paramètres des cookies