Berlin

  1. Accueil
  2. Europe
  3. Allemagne
  4. Berlin
  5. Les Incontournables

Berlin : Les Incontournables

Voici la liste des meilleurs lieux à visiter à Berlin selon Lonely Planet.

Reichstag

Symbole de Berlin, le Reichstag (1) a été incendié, bombardé, laissé à l’abandon, puis emballé dans du tissu avant de renaître comme siège du Parlement allemand de l’Allemagne réunifiée. La salle plénière est visible seulement dans le cadre de visites guidées, mais vous pourrez sur réservation monter en ascenseur dans la coupole de verre conçue par Norman Foster. De là-haut, vous profiterez d’une vue imprenable et en saurez plus sur le bâtiment et les grands sites qui l’entourent grâce à un audioguide gratuit.

Porte de Brandebourg

Les souverains prussiens, ainsi que Napoléon et Hitler ont franchi la porte de Brandenbourg (2), édifice néoclassique marquant l’entrée de la ville royale, longtemps isolée à l’est du Mur. Autrefois symbole de division et d’oppression, elle est devenue depuis 1989 l’image de l’Allemagne réunifiée. Le monument, qui trône parmi les ambassades et les banques de la Pariser Platz, en impose particulièrement de nuit, lorsque ses majestueuses colonnes et la sculpture de la déesse de la Victoire sont éclairées d’une lumière dorée.

L’île des Musées

Conçu comme un Louvre berlinois sur la Spree, cet imposant ensemble de cinq édifices surnommé l'île des musées (3) est sans conteste le fleuron muséal de la ville. Ces musées inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco présentent 6 000 années d’art et d’histoire culturelle. Contemplez les antiquités du musée de Pergame et de l’Ancien Musée, prenez un rendez-vous avec la reine Néfertiti au Nouveau Musée, imprégnez-vous des œuvres du XIXe siècle de l’Ancienne Galerie nationale et admirez les sculptures médiévales du musée Bode. 

La vie nocturne

Quand la lune brille haut dans le ciel, Berlin vous ouvre plus que jamais les bras. Entre les pubs intimes, les terrasses de bord de rivière, les Biergärten, les rades underground, les DJ-bars, les luxueux bars-salons d’hôtel ou les temples du cocktail design, vous n’aurez que l’embarras du choix pour sortir. S’il ne vous dit rien de frayer dans les bars et clubs branchés, vous pourrez toujours revivre les années 1920 dans un cabaret, vibrer au son de grandes symphonies dans des salles mythiques ou passer une soirée à l’opéra.

château de Charlottenburg

Le plus grand et le plus beau des palais royaux de Berlin, Charlottenburg (4) ne manquera pas de vous inspirer. Influencé par Versailles, ce joyau baroque donne sur un magnifique parc agrémenté d’un étang à carpes, d’allées de rhododendrons, de deux palais plus modestes et d’un mausolée. L’édifice proprement dit, d’une subtile teinte de jaune caractéristique de la famille royale des Hohenzollern, est orné de colonnes élancées et de fenêtres à la disposition géométrique. Une tour coiffée d’une coupole domine l’avant-cour et l’imposante statue équestre du Grand Électeur Frédéric-Guillaume.

Potsdamer Platz

Construit autour de la zone de démarcation qui sépara Est et Ouest pendant 28 ans, Potsdamer Platz (5) incarne mieux que tout autre le renouveau allemand. Après avoir été le plus vaste chantier du monde dans les années 1990, Potsdamer Platz est désormais un remake postmoderne d’un secteur qui fut jusqu’à la Seconde Guerre mondiale une sorte de Times Square berlinois. Ensemble de places, de bureaux, de musées, de cinémas, de théâtres, d’hôtels et d’appartements, il fournit un écrin au talent d’architectes majeurs de notre époque comme Helmut Jahn et Renzo Piano.

Art urbain et vie alternative

Si Berlin rivalise avec d’autres capitales par sa vie artistique, ses manifestations culturelles et ses restaurants de plus en plus raffinés, elle trouve sa singularité dans son climat d’ouverture et de tolérance, propice à l’expérimentation et au florissement de mouvements alternatifs. À la pointe de l’innovation, Kreuzberg, Friedrichshain ou le nord de Neukölln sont des pépinières de diversité et de créativité. De superbes œuvres d’art urbain y ornent façades et entrées de maisons.

Mémorial de l’Holocauste

Vous ressentirez, dans le silence des lieux, la présence des disparus, à mesure que vous arpenterez l’immense labyrinthe qui tient lieu d’hommage rendu par l’Allemagne aux victimes juives du génocide nazi, situé tout près de la Potsdamer Platz. L’architecte new-yorkais Peter Eisenman a témoigné de l’indicible horreur au moyen d’un dédale de 2 711 stèles de hauteur inégale, semblables à autant de sarcophages, posées sur un sol irrégulier. Le caractère abstrait du mémorial contraste avec l’exposition, poignante et riche en images, du centre d’information au sous-sol.

Le Kulturforum

Construit dans les années 1950, le Kulturforum (6) était la réponse de Berlin-Ouest à l’île des Musées. Son ensemble de musées et de salles de concerts est remarquable. Les bâtiments les plus spectaculaires sont la Nouvelle Galerie nationale, dans le temple de verre de Ludwig Mies van der Rohe, et la Philharmonie couleur miel de Hans Scharoun. De Rembrandt à Picasso, des grands maîtres médiévaux aux expressionnistes allemands des années 1920, en passant par des gravures de Dürer ou une flûte jouée par un roi prussien, tout est là.

Le mur de Berlin

Il est de ces événements dont on se rappelle immanquablement où on se trouvait au moment où ils se produisirent. La chute du mur de Berlin en 1989 est de ceux-là. Tous ceux qui ont assisté à la scène gardent un souvenir ému du spectacle de cette foule de badauds euphoriques dansant sous la porte de Brandebourg. S’il subsiste peu de vestiges du Mur en soi, l’ouvrage reste présent dans l’imaginaire berlinois et dans des lieux comme Checkpoint Charlie (8), le Mémorial du Mur de Berlin ou l’East Side Gallery et ses fresques murales colorées.

Prenzlauer Berg

Secteur autrefois négligé, Prenzlauer Berg (7) a bénéficié d'un tel bain de jouvence depuis la réunification qu'il est devenu l'un des quartiers berlinois les plus en vogue. Il ne compte aucun site célèbre mais possède un charme indéniable, avec ses immeubles aux façades ornementées, remarquablement restaurés, ses cours tranquilles comme la Hirschhof (entrée entre les n°18 et 19 de l'Oderberger Strasse), dédiée à l'art, ses lieux alternatifs comme la Tuntenhaus (Kastanienallee 86), où vit une communauté de punks gays, ses boutiques de créateurs de la Kastanienallee et de l'Oderberger Strasse, rues chic et bohèmes, et ses nombreux cafés permettant de profiter du spectacle ambiant.

Cabaret et Variétés

Le cabaret est né dans les années 1880 à Paris et s'est encanaillé à Berlin dans les années 1920. Sous la république de Weimar, créativité et décadence sont à leur apogée, en dépit de l'inflation galopante et de l'instabilité politique (ou peut-être grâce à elles). Les spectacles fantaisistes et suggestifs et les artistes (travestis, chanteurs, magiciens, danseurs et autres amuseurs) aident le public à oublier les dures réalités du quotidien. L'Ange bleu (1930) avec Marlene Dietrich et la comédie musicale de Bob Fosse, Cabaret (1972), avec Liza Minnelli, ont porté à l'écran toute la vitalité de cette époque.
Depuis dix ans, le cabaret fait son grand retour, emmené par l'euphorie créatrice qui a suivi la réunification. Plus policés que durant les Années folles, les spectacles actuels sont surtout des variétés dansées.

Sillonner les pistes cyclables de la capitale

Ville au relief relativement plat, Berlin se prête merveilleusement bien au vélo. Les Berlinois de tous âges et de tous milieux apprécient ce moyen de transport, et le nombre de cyclistes a plus que doublé en 10 ans (400 000 par jour, soit 12 % de la circulation en ville). Les vélos sont omniprésents, attachés à des poteaux ou à des points de stationnement dans la rue, encombrant les halls et les cours d'immeubles. Les voitures doivent leur cèder le passage aux carrefours. Pour ne rien gâcher, un investissement de 2,5 millions d'euros a permis à la ville de se doter de 130 km de pistes cyclables.

 

Articles récents