Berlin : Gay et lesbien

Homosexualité à Berlin

 
La permissivité légendaire de Berlin a produit l’un des terrains de jeux gay, lesbien, bi et trans les plus fabuleux du monde. On trouve de tout à “Homopolis”, vraiment de tout, du culturel au coquin, du bourgeois au bizarroïde, du conventionnel au flamboyant. Hormis les plus “hard”, les adresses gays acceptent les représentants du sexe opposé et les hétéros.

Être gay à Berlin

Berlin affiche toute la gamme des lieux de divertissement : cafés relax, bars extravagants, cinémas, saunas, terrains de drague, clubs avec darkroom et lieux de débauche. Le sexe fait en réalité partie du quotidien dans une ville que rien n’offusque et où tout semble légalement et ouvertement permis. Comme ailleurs, les hommes ont plus d’options pour s’amuser, mais les filles – lesbiennes sophistiquées, hippies ou garçonnes – ne sont pas oubliées. 

Histoire

Berlin doit son statut de capitale gay au scientifique spécialiste de la sexualité Magnus Hirschfeld qui, en 1897, ouvrit la voie à la libération homosexuelle en fondant le Comité scientifique humanitaire, premier groupe de défense homosexuel. 

Statut et droits

Les Berlinois ont une grande tolérance envers les gays (Schwule) et les lesbiennes (Lesben), ce qui ne signifie pas que les accidents homophobes soient inconnus. La loi interdit toute discrimination, et si les unions civiles donnent aux homosexuels à peu près les mêmes droits, devoirs et protections que le mariage de leurs homologues hétéros, elles ne leur permettent pas de bénéficier des mêmes avantages fiscaux. En juin 2012, une motion présentée par les Verts en faveur de la légalisation du mariage gay a été déboutée par la coalition au pouvoir CDU/CSU et FDP au Bundestag (parlement).

Soirées en club

Certaines soirées gay / LGBT sont indépendantes des clubs dans lesquels elles ont lieu et peuvent changer de date, même si la plupart sont tout de même associées à un lieu de résidence temporaire. La scène nocturne berlinoise est très changeante : les clubs accueillant ces soirées peuvent disparaître sans crier gare et les dates changer. Mieux vaut donc toujours consulter les sites Internet ou les magazines de l’événementiel. Sauf mention contraire, la plupart des soirées ci-dessous s’adressent aux hommes.

Adresses

Cafe fatal Des gens de tous horizons fréquentent le SO36 (p. 163) pour le nec plus ultra des thés dansants arc-en-ciel, qui passe en un éclair du bal convenable au “dirty dancing”. Si vous ne faites pas la différence entre valse et fox-trot, venez à 19h pour une leçon gratuite. Le dimanche. 

Chantals House of Shame Le repaire interlope de la diva trash Chantal à Bassy  est une institution très prisée, non tant pour son côté glamour que pour les spectacles de travestis outranciers et son ambiance libertine. Le jeudi.
Girls Town (www.girlstown-berlin.de). Boîte de filles animée et vibrante investissant le vintage Kino International ; dance salace au foyer et cocktails avec vue au bar à l’étage. Deuxième samedi tous les deux mois.
L-Tunes (www.ltunes.de). Les lesbiennes se déhanchent sur Pink, Madonna et Melissa Etheridge sur la piste sombre du SchwuZ. Dernier samedi du mois.
Gayhane Initialement destinée aux gays musulmans, mais tout le monde est bienvenu à cette fête “homorientale”, avec danse du ventre, organisée au SO36 . Dernier samedi du mois.
GMF Soirée numéro un des dimanches berlinois, actuellement au Weekend, réputée pour son côté beautiful people dans un décor chic et soigné. Plus pour les garçons, mais les filles sont bienvenues.
Irrenhaus (www.ninaqueer.com). Le nom signifie “asile d’aliénés”, et pour cause. L’hôtesse Nina Queer, grande folle devant l’Éternel, préside à cette soirée déjantée au Comet Club de Kreuzberg (Falckensteinstrasse 47). Espérez le meilleur et craignez le pire. Le 3e samedi du mois.
Klub International (www.klub-international.com). Jusqu’à 1 500 garçons et hommes mûrs se rencontrent au somptueux Kino International pour enflammer les trois pistes de danse présidées par des grands noms du trash comme Biggy van Blond, Nina Queer et Ades Zabel. Premier samedi du mois.
Pet Shop Bears Club à la mode attirant des garçons de tous pays, tout droit sortis des pages de Butt. Ils ont dans les 30 à 40 ans, sont minces et poilus, et s’éclatent sur de l’électro-pop à la Berghain Kantine, voisine de Berghain. Généralement le dernier vendredi du mois.
Pork (www.ficken3000.com). Sex-club tranquille en semaine, Ficken 3000 (Urbanstrasse 70) brille de tous ses feux le dimanche avec sa soirée trash pseudo-artistique, toutes orientations sexuelles confondues. On danse à l’étage, l’orgie est en bas.

Renseignements complémentaires

Rubrique complète sur Berlin LGBT à retrouver dans le guide de Berlin. 

Magazines

  • Blu (www.blu.fm). Magazine papier et en ligne informant sur les derniers lieux tendance et les événements à l’affiche.
  • L-Mag (www.-mag.de). Bimensuel lesbien.
  • Out in Berlin (www.gay-berlin.net). Brochure à jour anglais/allemand souvent proposée dans les offices du tourisme.
  • Siegessäule (www.siegessaeule.de). La référence lesbienne et gay berlinoise, gratuite et hebdomadaire.

Sites Internet

Fêtes et festivals

Semaine cuir et fétichisme La plus grande fête fétichiste d’Europe fait sortir de leur donjon des milliers d’adeptes du cuir, du latex et des tenues militaires qui se jettent dans les clubs berlinois pendant le long week-end de Pâques. Culmine avec le couronnement du “Monsieur Cuir allemand”.
Lesbisch-Schwules Strassenfest Ce festival de rue gay et lesbien prend d’assaut le village arc-en-ciel de Schöneberg en juin. Groupes musicaux, agapes, kiosques informatifs et soirées.
Christopher Street Day Fin juin, des centaines de milliers de personnes de toutes orientations sexuelles repeignent la ville en rose lors d’un immense défilé ; queens à profusion.
Transgenialer CSD Le même jour, une version alternative de Christopher Street Day.
Ladyfest L’édition berlinoise de cette manifestation communautaire réunit pendant quatre jours d’août artistes féministes, lesbiennes et sympathisants autour de concerts, d’événements artistiques et d’ateliers.
Lesbischwules Parkfest Également en août, la communauté gay investit le Volkspark Friedrichshain pour un festival agréablement non commercial.
Folsom Europe Les adeptes du cuir reviennent début septembre pour un nouveau week-end de fête salé.
Hustlaball En octobre, un week-end de débauche en compagnie de stars du porno, go-go dancers, trash-queens, beaux effeuilleurs et environ 3 000 autres hommes pour en profiter.

Par quartier

Schöneberg La zone autour de Nollendorfplatz (surtout Motzstrasse et Fuggerstrasse) est un havre gay depuis les années 1920 ; c’est ce qui se rapproche le plus à Berlin d’un “village gay”. Des institutions comme Tom’s, Connection et Hafen attirent les assoiffés soir après soir, et les adeptes du cuir et du fétichisme trouvent toujours de quoi satisfaire leurs pulsions.
Scheunenviertel La foule y est mélangée, mais ses bars et cafés tendance et chics attirent un bon contingent de gays et lesbiennes. Le GMF du dimanche est l’une des meilleures soirées lesbiennes et gays hebdomadaires de la ville.
Kreuzberg et nord de Neukölln Des quartiers résolument tendance. L’ambiance reste relativement calme dans les cafés et bars de Mehringdamm, la grande rue de l’ouest de Kreuzberg (Bergmannkiez). Vers Kottbusser Tor et sur Oranienstrasse, les fêtards se font plus jeunes et plus déchaînés, et les salles plus alternatives et connues restent ouvertes jusqu’à l’aube et au-delà. Pour tester l’ambiance, traversez le canal jusqu’au nord de Neukölln, qui compte deux théâtres outrageusement insolites.
Friedrichshain De l’autre côté du fleuve, Friedrichshain compte peu de bars gays mais reste un incontournable dans la tournée des boîtes grâce à des discothèques comme Berghain et le très tactile Lab.oratory, sans oublier les soirées mensuelles au Kino International.
Prenzlauer Berg Le cœur rose de Berlin-Est avant la chute du Mur compte encore quelques reliques de l’époque. Cafés et lounges sereins attirent une clientèle tendance et mûre, et quelques repaires populaires et autres lieux de goguette comblent les fétichistes.

Mis à jour le : 8 avril 2014

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Lonely Planet s’est associé à easyJet pour publier ce guide atypique couvrant deux destinations pour vous accompagner tout…