Turkménistan : Visa

Formalités d'entrée au Turkménistan

Visas pour le Turkménistan

Tous les étrangers ont besoin d’un visa pour entrer au Turkménistan. La demande de visa touristique (voir plus bas) doit être accompagnée d’une invitation délivrée par le Service d’Etat des Migrations, sollicité par la partie invitante (agence de voyage, particuliers, entreprises) ; seuls les visas de transit sont délivrés sans lettre d’invitation.
Le prix du visa varie énormément selon les ambassades, mais il est généralement inférieur à celui d’un visa délivré à l’arrivée.
La liste complète des ambassades du Turkménistan à l’étranger est disponible sur ce site.
Des permis sont requis pour visiter les parcs nationaux, et l’accès à certaines zones frontalières doit être validé sur le visa. Il est donc important de connaître votre itinéraire avant de demander votre visa.
En règle générale, mieux vaut s’y prendre au moins six semaines avant l’entrée au Turkménistan, car la procédure est longue (même pour les visas de transit). À l’arrivée, vous devrez en outre payer 14 $US pour une carte d’entrée, qui indiquera votre lieu de sortie du pays.
L’obtention d’un visa touristique ou d’affaires à l’arrivée ne pose généralement pas de problème si vous êtes muni d’une lettre d’invitation, et l’aéroport d’Achgabat traite rapidement les demandes (100 $US environ). On peut également en obtenir un à certaines frontières. Si vous venez d’Azerbaïdjan en bateau, il est possible de recevoir un visa à l’arrivée à Turkmenbachi (avec autorisation du consul, qui doit être présent), mais les autorités azéries ne vous laisseront pas prendre le ferry à Bakou sans visa valable pour le Turkménistan.
Notez que les visas sont accordés plus facilement à l’approche de certaines festivités, comme Novruz (Navrouz) et la fête du Cheval. À l’inverse, il est plus difficile d’obtenir un visa pour la période de la fête de l’Indépendance (octobre).

Visas de transit

Seul le visa de transit permet de voyager sans accompagnateur. Normalement valable trois à cinq jours, il est de plus en plus difficile à obtenir : on rapporte un taux de rejet supérieur à 50%. Comptez deux à quatre semaines pour le traitement de votre demande.
Les visas de transit peuvent être délivrés par n’importe quel consulat turkmène sans lettre d’invitation, à condition d’avoir des visas valides pour les pays que vous visiterez avant et après le Turkménistan. Votre itinéraire doit également montrer que vous avez besoin de passer par le Turkménistan pour aller d’un pays à l’autre, sans quoi le visa vous sera refusé. Sont acceptés les itinéraires entre Iran et Kazakhstan, Iran et Ouzbékistan, Ouzbékistan et Azerbaïdjan. En théorie, vous pouvez aussi obtenir un visa de transit pour passer de l’Afghanistan au Kazakhstan ou à l’Azerbaïdjan, mais on rapporte des refus plus fréquents. Le visa de transit n’est pas accordé en cas de départ d’Achgabat en avion.
Aucun visa de transit ne peut être prorogé, sauf en cas de maladie grave. Dépasser la durée accordée vous vaudra une amende de 200 $US, parfois assortie d’un transfert à Achgabat et d’une expulsion par le premier vol à vos frais.
L’itinéraire ne figure pas sur le visa, contrairement aux points d’entrée et de sortie (non modifiables) : vous risquez des ennuis en cas de détours flagrants. Néanmoins, les contrôles routiers sont relativement rares et vous devriez pouvoir y échapper.

Visas touristiques

Si les visas touristiques permettent un séjour d’une durée raisonnable dans le pays (jusqu’à trois semaines en général), ils obligent à circuler avec un guide agréé, qui vous accueillera à la frontière et vous accompagnera pendant tout le voyage.
Cela entraîne évidemment un coût, car vous devez rémunérer votre guide (habituellement entre 30 et 50 $US par jour) et payer ses repas et son hébergement. Ce dernier coût reste modéré, le tarif des hôtels étant 60 à 80% moins élevé pour les citoyens turkmènes que pour les étrangers. Les guides vous laisseront vous promener seul à Achgabat et dans les environs immédiats de la ville, ainsi que dans toutes les grands centres urbains ; ils ne sont pas obligés de vous accompagner toute la journée, mais vous ne pouvez pas voyager sans eux dans le pays. La plupart des agences insistent pour que les déplacements avec le guide se fassent en transport privé.
Vous ne pouvez obtenir un visa touristique que par l’intermédiaire d’une agence de voyages. Seules les agences possédant une licence gouvernementale peuvent émettre des lettres d’invitation. Les agences sans accréditation obtiennent elles-mêmes ces documents auprès d’une agence avec licence. La lettre d’invitation répertorie la liste des régions frontalières que vous projetez de visiter. Ces destinations seront reportées sur votre visa, d’où la nécessité de planifier votre voyage avant d’entamer les formalités. La délivrance d’une lettre d’invitation prend environ trois semaines, et la demande peut se faire au plus tôt 90 jours avant votre départ.
Si vous travaillez dans le domaine des médias, des droits de l’homme ou pour une organisation politique, mieux vaut ne pas le mentionner car votre demande sera refusée. Les employeurs sont rarement appelés pour vérifier la profession d’un requérant, mais cela peut arriver.
Après l’émission de la lettre d’invitation (habituellement envoyée par courriel à votre agence), vous pourrez la présenter dans n’importe quelle ambassade turkmène pour obtenir un visa. La délivrance du visa est alors une simple formalité qui prend de trois à sept jours ouvrables selon l’ambassade (ou de 24 heures à trois jours avec un supplément élevé).
Muni d’une lettre d’invitation, il est également possible d’obtenir un visa à l’arrivée à l’aéroport d’Achgabat et à Turkmenbachi en s’arrangeant au préalable avec son agence. Vous devrez présenter l’original de la lettre d’invitation et le visa sera émis pour dix jours au maximum.

Enregistrement

Selon le site France Diplomatie, émanant du ministère des Affaires étrangères français, les voyageurs doivent se faire enregistrer auprès du Service des Migrations dans les trois jours suivants leur arrivée dans le pays. Cette formalité peut être effectuée par l’agence de voyages à laquelle vous avez fait appel. Renseignez-vous bien avant votre départ.
Le formulaire d’enregistrement doit être conservé en permanence dans le passeport. Il sera restitué au poste-frontière au moment du départ.

Visas pour les pays voisins

Le Turkménistan n’est pas l’endroit idéal pour retirer un visa, car les délais sont longs et les ambassades n’ont pas l’habitude des voyageurs indépendants. Elles ont des horaires d’ouverture officiels, mais il est prudent de téléphoner pour vous assurer que quelqu’un pourra traiter votre demande de visa pour un pays voisin.

Permis de circuler

Des permis sont nécessaires pour visiter les régions frontalières du Turkménistan. L’agence de voyages qui s’occupe de votre lettre de recommandation s’en chargera. Le centre du pays étant un désert en grande partie inhabité, la population vit à la périphérie et vous aurez besoin d’un permis pour rejoindre certaines des régions les plus intéressantes. À l’exception d’Achgabat, Mary, Turkmenabat et Balkanabat, les endroits que vous souhaitez découvrir devront être répertoriés sur votre visa afin d’avoir l’autorisation de vous y rendre. Un visa de transit permet généralement de traverser les secteurs frontaliers en empruntant la route principale qui mène au pays de destination. Les visas touristiques ou d’affaires délivrés à l’arrivée sont automatiquement valables pour toutes les régions du pays.
Les secteurs suivants sont des zones frontalières de “catégorie une”, théoriquement inaccessibles sans permis. Toutefois, il y a peu de risque que l’on vérifie vos papiers.

  • Turkménistan oriental Farab, Atamurat (Kerki) et les régions alentour, réserve naturelle de Kouguitang, Tagtabazar, Serkhetabat.
  • Turkménistan septentrional Toute la région de Dachoguz y compris Kounia-Ourguentch, Dargan-Ata, Gazatchak.
  • Turkménistan occidental Bekdach, Turkmenbachi, Hazar, Dehistan, Yangykala, Gyzyletrek, Garrygala, Nokhur et les villages environnants.
Mis à jour le : 9 octobre 2019

Articles récents

Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour découvrir l'Asie Centrale

Paramètres des cookies