Turkménistan : Les Incontournables

Le meilleur du Turkménistan

Konye-Ourgentch

Kounia-Ourguentch est classée au patrimoine mondial de l’Unesco. Ancienne capitale de l’empire de Kharezm et centre intellectuel islamique important au XIIe siècle, la ville fut détruite par Gengis Khan et Tamerlan. Ses vestiges comprennent des mausolées royaux, des sanctuaires soufis et un minaret du XIVe siècle haut de 59 m. Ces trésors sont à deux pas de la frontière ouzbèke, mais vous devrez recourir aux services d’un guide pour obtenir un visa touristique turkmène.

Cratères de gaz de Darvaza

Les cratères de gaz de Darvaza composent l’un des sites les plus curieux du pays, produits artificiels d’une expédition scientifique malheureuse. En 1971, des géologues soviétiques à la recherche de pétrole forèrent par erreur un gisement de gaz naturel, ce qui provoqua un effondrement du sol. Pour empêcher le gaz de s’échapper dans le désert, ils mirent le feu au cratère, persuadés que le gisement s’épuiserait ainsi rapidement. Pourtant, quarante ans plus tard, le cratère surnommé la porte de l’Enfer, forme toujours une puissante fournaise visible à des kilomètres. Les deux autres renferment de la boue et de l’eau bouillonnantes.

Achgabat

Avec ses somptueux palais en marbre, ses étincelantes coupoles dorées et ses vastes parcs soignés, Achgabat (la “cité de l’Amour” en arabe) est devenue la ville phare de la République aussitôt après son indépendance. C’est sans conteste l’un des lieux les plus étranges d’Asie centrale, voire du monde. Bâtie pour l’essentiel sur les revenus du pétrole et du gaz, elle continue à se transformer à vive allure. Des quartiers entiers y sont démolis au nom du progrès et des monolithes de marbre blanc fleurissent sur leurs décombres.

Canyon de Yangykala

Avec ses bandes de roche rose, rouge et jaune qui zèbrent les parois abruptes du canyon, Yangykala est un site époustouflant, l’un des plus beaux du pays. Son isolement dans le désert ajoute à sa splendeur naturelle ; peu de Turkmènes en connaissent l’existence. Il est possible de camper sur le plateau venteux au-dessus du canyon.

Merv

Appelée Marv-i-shahjahan (Merv-reine du monde) à son apogée, Merv était alors l’une des grandes cités du monde musulman, à l’instar de Damas, Bagdad et Le Caire. Centre majeur d’enseignement religieux et étape charnière de la route de la Soie, elle eut une importance considérable pour le commerce et la culture de l’Asie centrale. Aujourd’hui, bien peu subsiste de sa grandeur d’antan. Mieux vaut donc s’allouer les services d’un bon guide et disposer de son propre véhicule pour parcourir ce vaste site inscrit sur la liste du patrimoine mondial. 

Mis à jour le : 9 octobre 2019

Articles récents

Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour découvrir l'Asie Centrale

Paramètres des cookies