Samarcande

Aucun nom n’évoque mieux la route de la Soie que Samarcande, une cité légendaire célébrée par des poètes et des écrivains, dont bien peu l’avaient visitée.
Les fabuleux monuments de Tamerlan, le bazar bigarré et le long passé mouvementé de la cité diffusent une ambiance magique. Autour de ces îlots de majesté, la ville moderne s’étire à travers des kilomètres de bâtiments de style soviétique, de parcs et de larges avenues sillonnées par des
taxis Daewoo.
En deux ou trois jours, vous pourrez visiter la plupart des grands monuments de Samarcande. Si vous manquez de temps, découvrez au moins le Registan, le Gour-e-Amir, la mosquée Bibi-Khanoum et Chah-i-Zinda.
En dehors de ses sites phares, Samarcande est une ville moderne et soignée, qui a été considérablement embellie au cours de la dernière décennie. Des murs ont été construits autour des parties les moins reluisantes de la vieille ville, condamnant des rues reliées entre elles depuis des siècles. Il est indéniable que cette cité jadis anarchique présente désormais un aspect quelque peu aseptisé qui évoque un parc à thème. Elle n’en demeure pas moins fascinante.

A voir, à faire

Vieille ville

Registan. Cet ensemble de majestueuses madrasa légèrement penchées, parfaitement proportionnées et couvertes de majoliques et de mosaïques bleu azur, est le joyau de la ville et l’un des sites les plus fabuleux d’Asie centrale. Le Registan, “place sablonneuse” en tadjik, était le centre marchand de la Samarcande médiévale et un bazar occupait probablement la place.
Mosquée Bibi-Khanoum. Au nord-est du Registan, l’énorme mosquée Bibi-Khanoum, achevée peu de temps avant la mort de Timur Lang, fut sans doute le joyau de son empire.
Cimetière Chah-i-Zinda. Site le plus émouvant de Samarcande, cette extra-ordinaire avenue de mausolées renferme certaines des plus somptueuses mosaïques du monde musulman.

Ville Russe

Mausolée de Gour-e-Amir. Timur, deux de ses fils et deux de ses petits-fils, dont Ulug Beg, reposent dans le mausolée de Gour-e-Amir, d’une surprenante modestie et coiffé d’une coupole cannelée bleu azur.
Mausolée d’Ak Saraï. Derrière l’affreux mur récent qui entoure Gour-e-Amir, le petit mausolée d’Ak Saraï renferme de belles fresques et mosaïques. Les fresques étaient à peine visibles avant leur restauration en 2008.
Mausolée de Rukhabad. Aujourd’hui transformé en boutique de souvenirs et d’artisanat, le mausolée de Rukhabad, bâti en 1380, est peut-être le plus ancien monument subsistant de la cité.

Antique Samarcande (Afrasiab)

Sur un site de 2,2 km2 appelé Afrasiab, au nord-est du bazar Siob, les fouilles de Marakanda (l’antique Samarcande) sont plus ou moins abandonnées aux intempéries.
Musée d’Afrasiab. Le musée d’Afrasiab a été érigé autour de l’une des plus importantes trouvailles archéologiques de Samarcande, une fresque écaillée du VIIe siècle représentant le roi sogdien Varkhouman recevant des dignitaires étrangers montés sur des éléphants, des chameaux et des chevaux. Vous verrez des reproductions de cette fresque dans tout le pays.
Tombeau de Daniel, prophète de l’Ancien Testament. Bâtiment long et bas coiffé de cinq coupoles, il renferme un sarcophage de 18 m de long.
Observatoire d’Ulug Beg. Ulug Beg fut sans doute plus célèbre comme astronome que comme souverain. Son astrolabe de 30 m, conçu pour repérer la position des étoiles, faisait partie d’un observatoire de trois étages qu’il fit bâtir dans les années 1420.

Navoï Ko’tchasi et parc Navoï

Les touristes manquent souvent le quartier central russifié de Samarcande. Quasi exempt de trace soviétique, c’est un endroit charmant où des habitants dans leurs plus beaux atours flânent le long de Navoï (anciennement Leninskaya).

Mis à jour le : 17 mars 2015
Paramètres des cookies