Iran

  1. Accueil
  2. Asie
  3. Iran
  4. Sports et activités

Iran : Sports et activités

La beauté et la variété des paysages iraniens invitent à pratiquer la randonnée, l’escalade, l’alpinisme ou le ski. Les Iraniens apprécient aussi beaucoup la plongée et la baignade dans les eaux du golfe Persique.

Cyclotourisme

Les principaux axes routiers du pays sont très fréquentés par les camions, mais les routes secondaires se prêtent bien au cyclotourisme. Peu d’Iraniens se déplacent à vélo, mais un flux régulier de voyageurs courageux brave la circulation. Actuellement, pour une question de sécurité, nous déconseillons d’aller plus à l’est que le centre de l’Iran.

Escalade

L’escalade a de plus en plus de succès en Iran. Nombre de voies sont largement accessibles. Louer du matériel n’est pas toujours facile. Si vous êtes un passionné, rendez-vous directement sur les sites d’escalade et des Iraniens vous inviteront probablement à grimper avec eux (surtout le week-end). Il est néanmoins judicieux de se renseigner auprès de la police  ou d’un office du tourisme avant de tenter une sortie car certains sites semblant anodins peuvent surplomber des secteurs militaires sensibles.

Sites d'escalade

Les gorges autour de Maku et la paroi de Yafteh, près de Khorramabad, ont de belles voies pour grimper.
Band-e Yakhchal. Au bout d’une heure de marche en montée depuis Darband (nord de Téhéran), on atteint plusieurs petits murs et la paroi de Shervin (200 m de haut) où l’on trouve un petit refuge, le Shervin Hut. Les 25 m au départ sont aménagés pour l’escalade. Au-delà, l’ascension estivale jusqu’au sommet est difficile mais pas très technique si l’on en croit les témoignages. Beaucoup de monde le vendredi.
Farhad Tarash (paroi de Bisotun). Parmi les falaises entourant les bas-reliefs antiques de Bisotun figure une paroi très ardue. L’office du tourisme de Kermanshah peut vous mettre en contact avec le club d’escalade local pour des conseils et du matériel.
Alam Kuh (mont Alam). Le mur de 800 m se dresse à partir de 4 200 m d’altitude : une expédition ambitieuse.

  • Kassa Tours (021-77510464/3) propose un circuit de 6 jours, temps d’acclimatation inclus. 
  • Iran Mountain Zone publie une description détaillée des différents itinéraires. Pour contacter des personnes connaissant les sites d’escalade, consultez le Summit Post).
  • Sur le site rockclimbing, vous trouverez différentes options mais peu de détails.
  • Vous trouverez nombre d’informations intéressantes sur le site Internet Climbing away.



Haute montagne

Des dizaines de hauts sommets, en partie couverts de neiges éternelles, font la fierté de l’Iran. Beaucoup sont accessibles à toute personne en bonne condition physique, sans matériel spécifique, expérience ou guide, mais il faut toujours vérifier les conditions météorologiques, entre autres données, avant d’entreprendre un trek. La meilleure période pour s’aventurer en montagne court de début juin à fin août.

  • Iran Mountain Zone. Le site de l’alpinisme en Iran.
  • Peakware. Ce prestataire a réalisé l’ascension de 36 sommets iraniens, dont le Damavand et le Sabalan.
  • Summit Post. Cherchez à la rubrique Iran pour des comptes-rendus détaillés.
  • Iranian Mountain Guides. Utile pour trouver un guide de haute montagne ou de randonnée.
  • Mazieh Mandegari (maziehmandegari@yahoo.com). Une guide de montagne certifiée et expérimentée, pour des excursions au départ de Yazd.



Sommets

Le magnifique massif de l’Alborz (Elbourz) ne compte pas moins de 70 sommets de plus de 4 000 m. Voici les plus remarquables :

  • Mont Damavand (5 671 m). Au nord-est de Téhéran, le point culminant d’Iran rappelle par sa forme le mont Fuji. L’ascension ne présente pas de grande difficulté technique.
  • Alam Kuh (mt Alam ; 4 850 m). C’est le sommet le plus technique d’Iran, avec un mur de granit quasi vertical de 800 m sur le versant nord, le plus difficile d’accès. Un défi sportif.
  • Mont Sabalan (4 811 m). Dans la province d’Ardabil, le troisième plus haut sommet d’Iran peut être gravi en trois jours de marche, ou en une journée si vous vous faites conduire au camp de base. Un pic époustouflant.
  • Oshtoran Kuh (San Boran, 4 150 m). L’accès à ce mastodonte des monts Zagros peut-être limité ou du moins soumis à l’accompagnement par un guide. À ses pieds se niche le lac alpin Gahar qui fait partie de la zone naturelle protégée.
  • Shah Alborz (4 125 m). Un trek de 3 jours à travers une nature sauvage vous mènera au sommet du versant sud de la plus haute montagne de la partie ouest de la chaîne.
  • Mont Sahand (Kamal Dag, 3 707 m). Au départ d’une station de ski, une balade facile de 5 km conduit au sommet plutôt venté de la célèbre montagne de Tabriz.
  • Alvand Kuh (mont Alvand, 3 580 m). Par beau temps, on gagne en une journée la cime de l’imposant gardien de Hamedan.



Plongée et snorkeling

Les possibilités de plongée et de snorkeling se limitent aux sites autour des îles de Kish et de Qeshm, dans le golfe Persique. Il y a de superbes récifs de corail et une kyrielle de créatures multicolores, mais pas de quoi rivaliser avec la mer Rouge ou d’autres sites de classe internationale. Qeshm est la meilleure option et le Kish Diving Center (0912 854 3246 ; fr-fr.facebook.com/KishDivingCenter ; 7h-18h), un bon prestataire.
Femmes (combinaisons de plongée spéciales) et hommes ne plongent pas ensemble – ils partent sur des bateaux différents.

Randonnée

Les belles randonnées ne manquent pas en Iran, mais les renseignements sont difficiles à dénicher. Sur le site www.summitpost.org, les descriptions d’itinéraires de Nader sont probablement le meilleur point de départ pour composer son itinéraire, même si elles ont plus de 10 ans. Mieux vaut louer les services d’un guide pour randonner, autant pour assurer la traduction et les contacts humains sur le parcours que pour l’orientation. Dans les régions isolées, en particulier près des frontières, sachez que vous pouvez arriver sur une zone militaire interdite.
La présence d’un guide iranien permet d’éviter les problèmes. L’eau potable étant rare sur ces parcours, prévoyez des quantités suffisantes dans les régions désertiques, ainsi que des comprimés de purification ou des filtres à eau.
Avant de partir pour une randonnée à pied, considérez les données suivantes :

  • Procurez-vous des renseignements fiables sur les conditions physiques et écologiques du parcours.
  • Informez-vous des règles et usages locaux en matière de faune et d’environnement.
  • Cantonnez-vous aux régions et aux sentiers correspondant à votre niveau d’expérience.
  • Sachez que le terrain et les conditions climatiques varient de façon significative d’une région à l’autre, voire d’un sentier à l’autre, et suivant les saisons. Ces différences conditionnent la tenue et l’équipement des marcheurs.
  • Renseignez-vous sur les spécificités du site et sur la manière dont les marcheurs locaux s’y adaptent.
  • Les voyageuses cherchant une guide pourront contacteront Mazieh Mandegari (maziehmandegari@yahoo.com).

Itinéraires

Des randonnées d’un à deux jours sont possibles dans de nombreuses régions, en particulier dans le nord-ouest et autour de Téhéran. Près de Téhéran, vous pouvez commencer par le mont Tochal (www.tochal.org, www.camptocamp.org/routes/280143/fr/tochalfaces-boucle-de-darband-atocha...) et Darband. Plus loin, Kelardasht, Masuleh et le Takht-e Soleiman (Trône de Salomon ; 044-4545 3311) sont de bonnes bases pour des randonnées en montagne. Des treks dans le désert d’un ou plusieurs jours peuvent facilement être organisés au départ de Yazd.
L’itinéraire le plus populaire et gratifiant (au printemps et en été) traverse la vallée d’Alamut, ancien fief des Assassins. Vous pourrez par exemple cheminer à travers les monts Alborz et redescendre jusqu’à la mer Caspienne.

Sorties avec guide

Les prestataires suivants sont spécialisés dans la randonnée, l’alpinisme et l’écotourisme en Iran.

  • Aftab Kalout (021-6648 8375, 021-6648 8374). Basé à Téhéran, un professionnel axé sur l’écotourisme montant expéditions dans le désert, itinéraires de randonnée et circuits alliant culture et écologie.
  • Araz Adventure Tours (021-7760 9292). Recommandé par des lecteurs pour son choix éclectique de circuits : alpinisme, escalade, randonnée à cheval ou à dromadaire… comme culture. Le patron Mohsen Aghajani parle anglais. Le matériel peut être fourni en grande partie.
  • Kassa Tours (021-7751 0464/3). Randonnée, escalade, héliski, expéditions dans le désert et “ascension de la montagne de votre choix”. Géré par un alpiniste chevronné et anglophone, Ahmad Shirmohammad.
  • Sepid Mountaineering Company (0917-313 2926, 0711-235 5939). Basé à Chiraz, Abdollah Raeesi organise avec son équipe différents circuits pour amateurs de haute montagne, de ski de fond, de randonnée à pied, à cheval ou à vélo et curieux souhaitant connaître la vie nomade.
  • Adventure Iran (021-2656 6026). Gérée par des randonneurs et alpinistes expérimentés, dont Reza Zarei, cette agence de Téhéran peut monter à la demande des expéditions spéciales baroudeurs.

Ski

  • Il y a plus de 20 stations de ski en Iran. La saison est longue, la poudreuse souvent au rendez-vous, les pistes pas toujours damées mais les forfaits sont abordables.
  • Lodges, chalets et hôtels offrent différents types d’hébergement dans toutes les stations.
  • Le forfait quotidien de remontées mécaniques ne dépasse pas 10 $US.
  • Il est possible de louer skis, bâtons et chaussures, mais pas de vêtements.

En dehors du foyer familial, les pistes sont l’endroit où les femmes sont un peu moins mises à l’écart. Interdit aux femmes une dizaine d’années après la Révolution, le ski en tchador leur a été autorisé en 1988, puis dans une tenue plus libre dès l’accès à la présidence de Khatami en 1997. Les restrictions se sont de nouveau durcies sous la présidence d’Ahmadinejad et les femmes doivent toujours se couvrir la tête. Mais en altitude on voit pas mal de cheveux (en particulier à Shemshak)… Le ski est d’ailleurs très pratiqué par les jeunes des milieux aisés.

Saison

Dans les monts Alborz (où sont situées la plupart des pistes), la saison commence dès novembre et dure jusque début avril, après Norouz. Autour de Tabriz et à Dizin (près de Téhéran), elle peut se prolonger jusqu’à mi-mai. Les Iraniens sont nombreux sur les pistes les jeudi et vendredi, puis les diplomates et les expatriés prennent le relais le samedi ; le reste du temps, il n’y a pas grand monde. Les Iraniens pratiquent assez peu le hors-piste, donc même le vendredi il est facile de trouver des étendues de neige immaculées.

Sites Internet

Contactez la Fédération de ski iranienne (021-2256 9595) ou consultez son site Internet (en farsi, utilisez Chrome pour traduire) pour des détails sur toutes les pistes, ou www.iranskitours.ir et www.iranski.com.

Stations

Voici quelques-unes des principales stations de ski :

  • Téhéran – Les stations les plus accessibles et intéressantes sont Dizin, Darbansar, Tochal et Abali.
  • Ouest de l’Iran – Il y a aussi de belles pistes près de Tabriz et des stations de ski à Ardabil, Hamadan et Bijar.
  • Monts Zagros – Des domaines plus modestes sont situés à Sepidan, au nord de Chiraz, et à Chelgerd, à l’ouest d’Ispahan.
Mis à jour le : 26 février 2019

Articles récents

Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour un séjour inoubliable en Iran

Paramètres des cookies