Corée du Sud : Les Incontournables

Le meilleur de la Corée du Sud

Changdeokgung

Le “palais de la Prospérité” fut bâti au début du XVe siècle en tant que palais secondaire de Gyeongbukgung ; inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, il surpasse aujourd’hui Gyeongbukgung en beauté et en grâce, en partie parce que des membres de la famille royale vivaient encore dans nombre de ses bâtiments au cours du XXe siècle. La section la plus séduisante est le Huwon, un “jardin secret”, royale merveille horticole. Réservez bien à l’avance pour découvrir ce palais lors des visites organisées les nuits de pleine lune en été.

Randonnées à Jeju-do

La marche constitue le meilleur moyen d’apprécier le spectaculaire paysage volcanique de Jeju-do, la plus grande des îles sud-coréennes. L’ascension du Hallasan, le point culminant du pays, ne présente pas de difficultés et offre, par beau temps, une vue fantastique. Le sentier de randonnée Jeju Olle, un réseau de 26 itinéraires d’une demi-journée à une journée, serpente le long de la côte, dans l’arrière-pays, et sur trois autres îles. Parcourir pendant une journée tout ou partie de ce circuit est une merveilleuse façon de profiter des charmes uniques et du cadre splendide de Jeju.

Fête de la Boue de Boryeong

Chaque année en juillet, des milliers de personnes convergent vers la paisible et accueillante ville de Boryeong pour sauter dans de gigantesques cuves de boue. Bienvenue à la fête de la Boue de Boryeong. Si le discours officiel vante les vertus thérapeutiques de la boue locale, un coup d’œil suffit pour comprendre que les participants viennent surtout pour patauger gaiement dans la gadoue. Cette fête très prisée, où les étrangers sont les bienvenus, comprend également des concerts, des raves et des feux d’artifice. Un conseil : ne portez rien que vous souhaitez garder !

Forteresse de Hwaseong de Suwon

Construite en signe de dévotion filiale et fortement endommagée durant la période coloniale au début du XXe siècle, puis pendant la guerre de Corée, cette forteresse est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco. Sa restauration, commencée dans les années 1970, est quasiment achevée. Des archives détaillées de 1801 ont permis la reconstruction fidèle du rempart long de 5,52 km et du Hwaseong Haenggung (palais qui accueillait le roi durant ses séjours à Suwon). Une promenade le long du rempart passe par trois portes majestueuses.

Cheong-gye-cheon

La démolition d’une voie express surélevée et le creusement du sol ont révélé ce cours d’eau, longtemps enseveli. Ce projet a transformé le centre de Séoul, créant un parc et une promenade en bord de rivière, havres de paix au milieu du tohu-bohu urbain. Des œuvres d’art parsèment les rives qui accueillent de nombreux événements, dont une spectaculaire fête des lanternes en novembre : des milliers d’énormes sculptures en papier illuminées flottent alors au fil de l’eau. Par ailleurs, un bon musée permet de découvrir l’histoire du Cheong-gye-cheon.

Ski dans le comté de Pyeongchang

Jamais deux sans trois. Fidèle au dicton, Pyeongchang a attendu sa troisième candidature pour accueillir les Jeux olympiques d’hiver. En 2018, les Jeux se dérouleront dans les stations de ski d’Alpensia et de Yongpyong, ainsi que dans la région côtière de Gangneung. Proches l’une de l’autre, Alpensia et Yongpyong offrent des dizaines de pistes, dont des pentes pour familles et débutants, la vue sur la mer de l’Est par temps clair, ainsi que des hébergements et des équipements flambant neufs.

Hanok Maeul de Jeonju

Le village traditionnel de Jeonju est incontestablement plus impressionnant que celui de Séoul. Les maisons coiffées d’ardoises abritent des artisans traditionnels : éventails, papier fait main et distillation de soju (eau-de-vie locale). Les gourmets apprécieront que le berceau du bibimbap (riz, œuf, viande, légumes et sauce pimentée) propose la version originale de cette spécialité. Si vous y séjournez, de nombreuses pensions traditionnelles proposent de dormir sur un yo (matelas au sol) dans une chambre ondol (chauffage par le sol). L’une d’elles est même gérée par le petit-fils du roi Gojong.

Marché Gwangjang

Dans la journée, ce marché est connu pour les vêtements et les tissus d’occasion. À la nuit tombée, Gwangjang révèle sa véritable nature, quand des allées se remplissent de vendeurs proposant toutes sortes d’en-cas. Pieds et museau de porc en ragoût, gimbap (riz, légumes et jambon de conserve roulés dans des feuilles d’algues) et bindaettok (grandes crêpes croustillantes de haricots mungo et de légumes concassés frites à la poêle) s’accompagnent de généreuses rasades de magkeolli et de soju (alcools locaux).

Busan

Busan possède tout ce que l’on peut souhaiter, sans les embouteillages de Séoul. Malgré les montagnes, les plages, la cuisine de rue et des fruits de mer à la pelle, elle demeure l’une des villes les plus sous-estimées d’Asie. Si vous aimez le calamar bien frais et le soju servis dans un bar sous tente, Busan vous enchantera. Le Festival international du film de Busan possède une nouvelle adresse avec son centre cinématographique, un édifice à l’architecture impressionnante et le plus grand écran du pays. Un autre exemple de l’audace de ce port du Sud.

Bulguk-sa

S’il semble difficile de choisir parmi les merveilles de la superbe Gyeongju, le site de Bulguk-sa, inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, pourrait remporter la palme, notamment parce qu’il ne renferme pas moins de sept “trésors nationaux” coréens. Apothéose de l’âge d’or de l’architecture Silla, ce temple incroyablement sophistiqué et raffiné est un monument au talent de ses charpentiers, peintres, artisans et architectes, avec des pagodes intérieures, des ponts extérieurs et le somptueux paysage vallonné alentour.

Village historique de Hahoe

Version coréenne d’une machine à remonter le temps, le charmant village historique de Hahoe, à quelque distance d’Andong, constitue une expérience passionnante pour quiconque souhaite se faire une idée visuelle, sonore et olfactive de la Corée d’antan, avant que le XXe siècle ne la change à jamais. Plus de 200 personnes y vivent et perpétuent les traditions et coutumes ancestrales, invitant même les visiteurs à passer la nuit dans leur minbak (maisons privées avec chambres à louer).

Séjour dans un temple à Guin-sa

Une cloche vous réveille à 3h30 pour une séance de méditation matinale. Un petit-déjeuner frugal, pris en silence, fait oublier les courbatures dues aux 108 inclinaisons devant l’image du Bouddha. Plus tard, vous aurez plus de temps pour méditer et oublier corps et esprit afin d’atteindre la paix intérieure. Voici le parfait antidote à la trépidante Corée moderne. Si le pays compte quantité de temples, l’imposant ensemble architectural de Guin-sa invite à oublier le monde extérieur.

La DMZ

Appelée zone démilitarisée, cette zone tampon entre les deux Corées, fortement minée et gardée, de 4 km de large sur 250 km de long, n’a rien de pacifique. Symbole durable de la guerre froide, la frontière est devenue une attraction touristique surréaliste. La tension est particulièrement palpable dans la Joint Security Area (JSA), un secteur neutre construit après l’armistice de 1953 pour accueillir les pourparlers de paix ; il ne peut se visiter qu’en circuit organisé. Sept points d’observation le long de la DMZ permettent aux visiteurs de plonger le regard dans le Nord secret.

 

Mis à jour le : 31 mars 2014

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour découvrir la Corée

Paramètres des cookies