République Dominicaine : Sécurité

Désagréments et dangers en République Dominicaine

La République dominicaine n’est pas une destination particulièrement dangereuse. La délinquance de rue est rare dans les zones touristiques, surtout en journée, mais il faut tout de même se méfier d’éventuels pickpockets et voleurs à la tire (pour les appareils-photo notamment). Évitez de marcher sur les plages la nuit, et n’hésitez pas à prendre un taxi si vous rentrez tard des bars et des discothèques. Et pour limiter les dégâts en cas d’effraction de votre véhicule, mieux vaut ne laisser aucun objet de valeur à l’intérieur.
Le désagrément le plus courant est sans doute qu’on ne vous rende pas la monnaie exacte lors d’un achat. Dans bien des cas, c’est une simple erreur de calcul. Mais il arrive tout de même souvent que les serveurs, les chauffeurs de taxi et les commerçants vous rendent “accidentellement” moins que prévu. Si le compte n’est pas bon, dites-le immédiatement.
N’achetez pas de drogue. Le dealer est souvent de mèche avec la police qui surgit à point nommé au moment de la transaction afin d’“attraper” l’acheteur étranger peu méfiant – en réalité, pour lui extorquer un pot-de-vin. Toute transaction de ce genre d’un montant élevé peut vous conduire tout droit en prison. Sachez aussi que la cocaïne qui circule en République dominicaine est notoirement “impure”. Les autorités indiquent même qu’elle comporte en majorité un produit chimique de remplacement encore plus dangereux que la drogue elle-même.
La prostitution est légale, et prospère dans le pays. C’est particulièrement visible à Boca Chica et Sosúa. En revanche, il est illégal de tenir une maison close et de se livrer au proxénétisme. De même, il est strictement interdit d’avoir des rapports sexuels avec une personne de moins de 18 ans (le fait de ne pas connaître l’âge réel du ou de la prostitué(e) ne constitue pas une circonstance atténuante). Il est de notoriété publique que les prostituées qui proposent leurs services aux étrangers n’hésitent pas à les toucher de manière assez agressive, dans le but de leur faire les poches.

Un fil d'ariane en voyage

Le portail Ariane, mis en place par le Centre de crise du ministère des Affaires étrangères, est un service gratuit permettant au voyageur français à l’étranger d’être contacté par le service consulaire, sur son téléphone portable ou par e-mail, au cas où des événements graves (crise politique, catastrophe naturelle, attentat…) se produiraient dans le pays durant son séjour, ou de contacter rapidement sa famille ou ses proches en France en cas de besoin. La procédure d’inscription se réalise en ligne, où vous donnez des informations sur votre voyage (date de départ, de retour, numéro de téléphone portable, coordonnées d’éventuels contacts sur place, adresses de séjour et itinéraire prévu, etc.). Grâce à ce service, vous recevrez en outre, avant votre départ, des recommandations de sécurité par e-mail si la situation dans le pays le justifie.

Mis à jour le : 27 février 2018

Articles récents

Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour découvrir la République dominicaine

Paramètres des cookies