Bogota : Comment circuler

Se déplacer à Bogotá

Aux heures de pointe du matin et de l’après-midi, les routes sont vraiment encombrées et les bus pris d’assaut.

Depuis/vers l’aéroport de Bogotá

Pour gagner la ville depuis l’aéroport, le moyen le plus économique et efficace est le TransMilenio (p. 83). Il vous faudra acheter une Tarjeta TuLlave auprès des employés vêtus d’une veste bleu et jaune à l’extérieur de la Puerta 8 de la zone d’arrivée, près du départ des bus. 

Si votre hébergement se trouve à Chapinero ou au nord de la capitale, le bus M86/K86 part devant la Puerta 8 du hall des arrivées, toutes les 7 minutes environ entre 4h30 et 22h45 du lundi au vendredi, entre 6h et 22h45 le samedi et entre 6h et 21h45 le dimanche ; il dessert le Centro Internacional avant de se diriger au nord et de longer la Carrera 7 jusqu’à la Calle 116.

Si vous logez à La Candelaria, vous devrez prendre plusieurs bus. À l’aéroport, empruntez la navette K86 jusqu’au Portal El Dorado, puis le bus TransMilenio 1 jusqu’à l’arrêt Universidades, relié à la station Las Aguas (carte p. 46 ; angle Carr. 3 et C. 18) par un tunnel. Pour aller à l’aéroport, prenez le bus 1 d’Universidades à Plaza de la Democracia, puis poursuivez avec le bus K86 vers l’aéroport.

Dans tous les cas, prévoyez une bonne heure de trajet en temps normal, et davantage aux heures de pointe. À l’aéroport, Taxi Imperial (%317-300-3000 ; www.taxiimperial.com.co) gère une flotte de taxis – repérez les personnes en veste orange – plus chers (mais aussi plus confortables et dotés de ceintures de sécurité en bon état !) ; les taxis jaunes ordinaires sont également adéquats.

Tarifs moyens depuis l’aéroport : La Candelaria 30 000-32 000 COP, Chapinero 35 000- 37 000 COP et Zona Rosa 35 000 38 000 COP.

La file d’attente (souvent longue) pour les taxis se trouve juste devant le terminal principal.
Un sobrecargo (supplément) de 4 900 COP est appliqué pour les courses depuis/vers l’aéroport et il y a parfois un petit supplément pour les bagages. Vous pouvez aussi faire appel à Uber, souvent moins cher.

Depuis/vers la gare routiÈre de Bogotá

La manière la plus rapide et pratique de rejoindre la principale gare routière,
La Terminal, est une combinaison entre TransMilenio et courte marche à pied.
La station El Tiempo, sur la ligne de TransMilenio M86-K86/J6-K6 menant à l’aéroport, est à 950 m de la gare routière. Pour gagner La Terminal, sortez de la station El Tiempo par la passerelle sur la droite puis prenez à nouveau à droite une fois sur le trottoir. Marchez tout droit sur une cuadra et demie jusqu’à la Carrera 69 puis tournez à gauche (entre les bâtiments de la Cámara de Comercio Bogotá et du World Business Port). Marchez sur cinq cuadras, dépassez Maloka sur votre gauche et traversez deux passerelles piétonnières (au-dessus de la Calle 24A et de l’Avenida La Esperanza), puis continuez sur le trottoir pendant 300 m en direction de la tour marquée d’un T. Au départ de La Terminal, suivez les instructions dans le sens inverse.

Le módulo 5 de La Terminal dispose d’un service de taxis, équipés de compteurs, mais les files d’attente sont hallucinantes. Comptez 12 500 COP pour La Candelaria, 9 500 COP pour le Chapinero Alto et 12 500 COP pour la Zona Rosa. Supplément de 1 700 COP entre 20h et 5h.

Prendre le Bus à Bogotá

Outre son TransMilenio, Bogotá possède un service de transport public géré par le SiTP (www.sitp.gov.co), qui comprend principalement le Servicio Urbano (bus bleus surnommés “azules” sur des itinéraires non assurés par le TransMilenio), le Servicio Complementario (bus orange sur des itinéraires passant près des stations du TransMilenio), le Servicio Alimentador (bus verts sur des itinéraires depuis/vers les stations portales du TransMilenio, aux portes de la ville) et le Servicio Troncal (bus rouges sur des itinéraires d’extension des lignes du TransMilenio).
Le paiement se fait uniquement au moyen d’une carte à puce appelée Tarjeta TuLlave (www.tullaveplus.com), qui peut être achetée et rechargée dans les stations et dans certains kiosques à journaux/supérettes. Les trajets coûtent entre 2 000 et 2 200 COP quelle que soit la distance. Les arrêts sont indiqués.
Il existe aussi des bus Servicio Especial (de couleur bordeaux, ou “vin rouge”, comme le précise le SiTP) desservant les zones périphériques. Parfois, on voit aussi des bus plus vétustes appelés coletivos ou busetas, qui ne sont pas à horaires fixes et ne s’arrêtent pas à des endroits précis, le long de routes majeures comme la Carrera 7, la 11 et la 15 ainsi qu’à La Candelaria. La plupart bénéficient du statut provisional et sont en cours d’intégration au sein du réseau du SiTP, et les autres disparaissent peu à peu. Le prix des billets varie entre 1 450 et 1 600 COP et peut être réglé à bord en espèces.

Pour faciliter le tout, TransmiSitp (www.movilixa.com/english) est une application populaire qui coordonne les trajets entre TransMilenio et SiTP. Les bus circulent dans toute la ville, généralement à pleine vitesse quand le trafic le permet.

Prendre le taxi à Bogotá

Les innombrables taxis jaunes de Bogotá sont des véhicules coréens plutôt fiables ; les courses sont assez bon marché. Tous les véhicules sont équipés de taximètres et les chauffeurs les utilisent presque systématiquement. Quand vous vous installez dans un taxi, le compteur doit afficher “25”, ce qui correspond à un système tarifaire (une carte plastifiée avec les conditions tarifaires doit être accrochée au siège du passager avant). Le tarif minimum est “50”, soit 3 600 COP. Le compteur doit changer tous les 100 m. Un supplément de 1 700 COP est facturé pour les courses réalisées le soir ou le dimanche et les jours fériés ; les courses pour l’aéroport sont assorties d’un supplément
de 3 600 COP. Également un supplément de 600 COP pour les réservations.

Si vous devez faire plusieurs trajets assez longs, mieux vaut louer un taxi pour environ 18 200 COP de l’heure.

N’arrêtez jamais un taxi dans la rue, à moins d’être avec un habitant. Si vous ignorez cette consigne, votre course ne sera pas enregistrée et vous échapperez ainsi à toutes les mesures de sécurité prévues pour protéger les voyageurs, ce qui augmentera vos chances de subir un vol. Vous pouvez appeler de nombreuses compagnies utilisant la liaison radio, notamment Taxis Libres (311-1111 ; www.taxislibres.com.co) ou Taxi Express (411-1111 ; www.4111111.co), mais l’application pour les taxis de Bogotá, Tappsi (www.tappsi.co) est encore plus efficace (il y a une version en anglais).

Si un conducteur refuse d’enclencher son compteur, descendez du véhicule. La plupart des chauffeurs sont honnêtes, mais mieux vaut vérifier le prix annoncé avec la carte de tarification. Certains chauffeurs arrondissent le montant de la course, en particulier tard le soir. Peu de clients laissent un pourboire.

Le TransMilenio de Bogotá

Projet au nom ambitieux inspiré d’un système novateur mis en place à Curitiba (Brésil), le TransMilenio (www.transmilenio.gov.co) a révolutionné les transports publics de Bogotá depuis son inauguration en 2000. Après plus de 30 ans d’études pour construire un métro, le projet a finalement été abandonné au profit de ce réseau de bus rapides, le plus développé du monde à ce jour.

Ce système de bus fonctionne comme un métro. Couvrant 112 km avec une flotte de plus de 2 000 bus, le TransMilenio comptait, au moment de nos recherches, 12 lignes et environ 147 stations autonomes, bien tenues et sûres (certaines sont équipées du Wi-Fi). Les bus empruntent des voies réservées, ce qui leur permet d’échapper aux embouteillages. Les liaisons sont fréquentes et bon marché (le prix maximal du billet est 2 200 COP). La plupart des lignes fonctionnent de 4h30 à minuit du lundi au samedi, et de 6h à 23h le dimanche, bien que certaines commencent plus tôt et finissent plus tard.

Pass rechargeable destiné aux voyageurs fréquents, la Tarjeta TuLlave (www.tullaveplus.com ; 5 000 COP ; rechargeable jusqu’à 150 000 COP) permet d’accéder au réseau. Elle est vendue dans toutes les stations du sistema troncal (rouge) ainsi que dans d’autres points de vente et via le site Internet ; elle peut être rechargée dans n’importe quelle station ainsi que dans certains supermarchés, pharmacies et papelerías (papeteries ; retrouvez les lieux à l’adresse http://mapas.tullaveplus.com/recarga). Cela ne vaut peut-être pas la peine si vous n’êtes en ville que pour quelques jours, mais la carte peut être personnalisée (apportez votre passeport), et donc votre argent remboursé en cas de perte ou de vol.

Si vous n’avez pas de carte, vous pouvez régler l’employé sur place, qui vous fera passer avec sa carte personnelle. Le TransMilenio transporte jusqu’à 2,2 millions de personnes par jour – ce qui est largement audessus de sa capacité – et les bus sont vraiment bondés aux heures de pointe (les habitants le surnomment alors le TransmiLLENO, c’est-à-dire le TransmiPLEIN). Prendre une correspondance sur l’Avenida Jiménez est un défi. Si les projets se poursuivent comme prévu, le TransMilenio devrait être achevé en 2031, avec un total de 388 km de voies. En attendant, le maire de Bogotá Enrique Peñalosa a prévu une ligne ferroviaire aérienne pour compléter (et soulager) le système d’ici 2022.

Sur les cartes affichées dans les stations, les itinéraires sont symbolisés par une couleur, avec différents numéros de bus correspondant à divers arrêts, mais tout le monde s’y perd, même les habitants. Les lignes les plus intéressantes pour les visiteurs circulent du nord au sud le long de l’Avenida Caracas, entre les stations Avenida Jiménez et Portal del Norte ; du nord-ouest au sud-est le long de l’Avenida Dorado, entre Portal El Dorado et Universidades (pour accéder à la gare routière et à l’aéroport) et du nord au sud le long de la ligne hybride (en partie bus rapide, en partie bus de ville classique) créée en 2014 le long de la Carrera 7, qui facilite l’accès à Chapinero, à la Zona Rosa et à Usaquén. Il y a neuf terminus, mais le seul présentant un réel intérêt pour les voyageurs est le Terminus Nord (angle Carrera 45 et Calle 174, Portal del Norte). La plupart des trajets dans le nord et le centre impliquent un changement à Calle 22, et bien d’autres correspondances se font à Avenida Jiménez (il faut parfois emprunter un passage souterrain entre deux stations voisines).

Il faut un peu de pratique pour discerner quel bus prendre. Les lignes Ruta Fácil (itinéraires noirs numérotés), par exemple, s’arrêtent à toutes les stations mais à intervalles plus courts, tandis que les Expresos et les Súper-Expresos (itinéraires combinant une lettre et un chiffre) empruntent une sorte d’itinéraire express, ignorant parfois plusieurs stations de suite, ce qui peut être troublant. Les vagones (bus) sont identifiés par une couleur et un chiffre qui indiquent le point d’embarquement pour les différentes lignes à l’intérieur des stations.

Vous pouvez planifier vos itinéraires en ligne en utilisant une application efficace mais un peu déroutante (et ponctuée de nombreuses publicités) prisée des habitants, TransmiSitp (www.movilixa.com/english) ; comme dans la plupart des applications de ce type, cliquez sur votre point de départ et votre destination.

Se déplacer à vélo à Bogotá

Appelé CicloRuta, le réseau de pistes cyclables de Bogotá est l’un des plus étendus du monde, avec plus de 350 km de voies séparées de la chaussée et clairement signalées.

En outre, environ 113 km des rues de la capitale sont fermées à la circulation de 7h à 14h le dimanche et les jours fériés, pour une Ciclovía  étendue à toute la ville, un événement bien organisé invitant à explorer Bogotá à vélo.

Vous pourrez louer un vélo auprès de Bogotá Bike Tours. La Ciclovía s’étend sur toute la Carrera 7, de La Candelaria à Usaquén – une expérience mémorable, même à pied.

Mis à jour le : 9 janvier 2019
Guide de voyage Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour un séjour inoubliable en Colombie