Montréal : Les Incontournables

Le meilleur de Montréal

Sites historiques, lieux de culture, quartiers à parcourir à pied, monuments... voici 11 curiosités incontournables de Montréal

Vieux-Montréal

Une balade dans ce quartier pittoresque transporte le visiteur aux premiers temps de la Nouvelle-France. L'histoire est partout présente, des bâtiments de pierre – datant essentiellement du XVIIIe siècle – qui bordent le fleuve aux cryptes archéologiques situées sous l'ancienne douane. Le Vieux-Montréal abrite aussi des monuments emblématiques comme le marché Bonsecours (photo de droite), vaste édifice néoclassique, et le majestueux hôtel de ville d'où, en 1967, le général de Gaulle s'écria devant la foule « Vive le Québec libre ! », ravivant l'espoir des indépendantistes.
Simple carrefour du commerce de la fourrure au XVIIe siècle, la ville se développa plus tard dans un lacis de ruelles sinueuses, dominées par les clochers de nombreuses églises et basiliques témoignant de la présence catholique française. La municipalité de Montréal a pris grand soin de préserver le patrimoine du quartier, d'où l'afflux de touristes du monde entier curieux de découvrir ce petit bout de Vieille Europe en Amérique du Nord.
La place Royale (dans le Vieux-Port) occupe l'emplacement de Ville-Marie, le premier village fortifié à l'origine de Montréal. Des rues pavées de pierres belges (qui servaient autrefois de lest pour les bateaux) y côtoient de vieux bâtiments massifs. L'été, les places et les parcs revêtent une atmosphère festive. Avec ses bistrots et ses cafés en plein air, la place Jacques-Cartier, au cœur du quartier et fort animée, sert de scène impromptue aux musiciens de rue. En outre, il est particulièrement agréable de se balader dans le « Vieux » en soirée depuis qu'un ambitieux « plan lumière » met en valeur les places publiques et les monuments par de savants éclairages.
Pourtant, loin d'être un vaste parc à thème pour touristes lambda, le Vieux-Montréal attire un public avisé grâce à ses hôtels de caractère et ses restaurants créatifs parfois cachés dans des caves en pierre. De même, des galeries d'art select et des boutiques variées s'adressent aux habitants aisés qui ont élu domicile dans les lofts du secteur. Le soir, de cinq à sept, les visiteurs peuvent se joindre à la foule enjouée qui profite de l'happy hour dans des bars chic avant de rejoindre l'une des discothèques en sous-sol du quartier.
Le Vieux-Montréal permet aussi des activités de plein air : pique-nique au bord de l'eau, croisière sur le Saint-Laurent (ou patin à glace en hiver), vélo, jogging, roller ou encore promenade à pied le long du canal de Lachine qui s'étend vers l'ouest sur près de 15 km jusqu'aux abords du lac Saint-Louis.

Basilique Notre-Dame

L'un des symboles les plus pérennes de Montréal, cette basilique saisissante s'élève sur un site riche de trois siècles d'histoire. Pour créer ce fleuron néogothique qui devait être la plus grande église au nord du Mexique, les sulpiciens firent appel à l'architecte new-yorkais James O'Donnell, un protestant d'origine irlandaise qui se convertit au catholicisme afin de pouvoir être enterré ici même.
Inauguré en 1829, l'édifice s'inspire de la Sainte-Chapelle de Paris. Son intérieur spectaculaire comprend une forêt de colonnes et de sculptures en bois entièrement réalisées à la main sans l'aide du moindre clou. Le maître-autel trône sous une voûte en cèdre bleue, semée d'étoiles. L'orgue Casavant d'une taille imposante et composé de 5 772 tuyaux, donne le frisson lorsqu'on l'entend, en particulier à l'occasion des concerts de Noël. Le gros bourdon de la basilique est la plus grosse cloche du continent. Les vitraux racontent l'histoire religieuse de Montréal au lieu des épisodes bibliques habituels.
Derrière la nef principale, la chapelle du Sacré-Cœur, ou chapelle des Mariages, accueille les futurs époux qui attendent parfois jusqu'à deux ans pour pouvoir y convoler. Son curieux style hybride date de 1978, date à laquelle elle fut reconstruite à la suite d'un incendie et dotée d'un autel en bronze contemporain à motifs abstraits.
Pour d'autres informations.

Musée Pointe-à-Callière

Bâti sur le lieu de fondation de Ville-Marie (Montréal), là où les premiers colons français établirent leur campement en 1642, le musée d'archéologie et d'histoire Pointe-à-Callière est un témoignage exceptionnel sur la ville de Montréal.
Presque entièrement en sous-sol, le musée rassemble une collection d'envergure couvrant plusieurs siècles et accueille des expositions temporaires dignes d'intérêt. Les visiteurs descendent dans la pénombre jusqu'à la crypte archéologique qui renferme des artefacts amérindiens, les ruines du premier cimetière catholique du Canada (1634), la voûte de l'ancien système de vidange de la ville ainsi que les fondations d'origine des édifices et de la place publique. Les objets découverts sur le site sont exposés par ordre chronologique. Parallèlement, des installations interactives illustrent le mode de vie de la colonie aux XVIIe et XVIIIe siècles.
Un marché du XVIIIe siècle est recréé pendant l'été sur la place Royale. Un passage souterrain conduit du musée au bâtiment de l'ancienne douane où se trouve la boutique de souvenirs.
Le point de vue au sommet de la tour du musée embrasse le Vieux-Port et le fleuve Saint-Laurent.

Plateau Mont-Royal

Très apprécié des Montréalais, le Plateau égrène le long de ses boulevards une kyrielle de restaurants et de bars, fréquentés par une population bigarrée, plutôt jeune et sémillante. Il jouit en outre d'une scène artistique en plein essor. Son charme réside surtout dans ses jolies petites rues à l'ombre des arbres, dont les maisons victoriennes à deux étages s'agrémentent de balcons en fer forgé et d'escaliers extérieurs tournants qui deviennent de véritables lieux de socialisation en été.
Le boulevard Saint-Laurent, l'artère principale, la rue Saint-Denis et l'avenue du Mont-Royal possèdent leur lot de cafés, de brasseries de style européen et de boutiques colorées, des vêtements vintage aux sculptures d'avant-garde en passant par les délicieuses crèmes glacées. Malgré son embourgeoisement important, ce secteur jadis peuplé d'immigrants n'en conserve pas moins une atmosphère bohème qui justifie amplement le détour.

Parc du Mont-Royal

Les habitants de Montréal sont fiers de leur « montagne ». C'est le plus beau et le plus vaste espace vert de la ville : une centaine d'hectares, 60 000 arbres et une ribambelle d'écureuils… il n'est pas rare d'y voir trotter les chevaux de la Gendarmerie royale du Canada. Le parc du Mont-Royal, qui culmine à 232 m, fournit un cadre magique pour des activités telles que jogging, vélo, pique-nique, équitation et jeu de frisbee. L'hiver, place au patinage sur le lac aux Castors, aux promenades en traîneau dans la neige, à la luge et au ski de fond.
Ses pentes boisées et ses prairies herbeuses – ne manquez pas le belvédère près du chalet du parc – offrent une vue incomparable sur la ville. On peut aussi observer quantité d'oiseaux, notamment le long des sentiers pédestres où des mangeoires ont été installées pour eux.
Ce parc a été conçu en 1874 par Frederick Law Olmsted, l'architecte-paysagiste qui imagina Central Park à New York. En dépit de tempêtes dévastatrices – celle de 1998 a détruit des milliers d'arbres –, le parc continue d'attirer Montréalais et touristes en quête de verdure tout près du centre-ville. En été, ne manquez pas les percussionnistes qui font le bœuf sur la place centrale du parc (avenue du Parc).

Musique live

On a parfois l'impression que Montréal ne vit que pour la musique. Privilégiant l'expérimentation tous azimuts, la ville abrite 250 groupes s'exprimant dans les genres les plus divers : electro-pop, hip-hop, glam rock, folk celtique, punk indie, chanson yéyé, rétro, blues, roots, ambient ou grunge, pour n'en citer que quelques-uns. Vous pourrez passer tout l'été à écouter la bande sonore urbaine sans réussir à en faire le tour.
Des dizaines de salles et de théâtres programment des concerts. À l'occasion du Festival international de jazz, une manifestation monstre à laquelle tout Montréal semble participer, le centre-ville se transforme en scène géante.
En dehors de cette manifestation, le jazz contemporain a ses quartiers dans quelques lieux comme la House of Jazz et l'Upstairs Jazz Bar & Grill. On peut profiter de la scène musicale alternative au Divan Orange et écouter des artistes originaux à La Sala Rossa.
Des étoiles montantes de tous styles se produisent dans des petits clubs intimistes du Plateau, du Mile End et du Village, points de départ des superbes parcours découverte qui vous attendent à Montréal.

Gastronomie

Avec plus de 5 000 restaurants, Montréal constitue l'une des principales destinations culinaires d'Amérique du Nord, où la qualité n'a d'égal que la quantité. Le bien manger fait partie des plaisirs sensuels qu'affectionnent les habitants et les chefs rivalisent d'audace pour créer des saveurs inédites.
Devant une telle débauche de choix, le visiteur ne sait parfois où donner de la tête. Si vous manquez de temps, mettez directement le cap sur le boulevard Saint-Laurent, quintessence de la richesse gastronomique locale, qui rassemble les tables pittoresques du quartier chinois, chez Schwartz's, le roi de la viande fumée, et les adresses branchées du Plateau comme Au Pied de Cochon. Juste au nord du Plateau, le Mile End recèle d'élégants bistrots de quartier ainsi que les meilleurs bagels de Montréal. Plus au nord, la Petite Italie présente des trattorias à l'ancienne et le vaste marché Jean-Talon qui regorge de produits frais. Pour déguster une cuisine raffinée dans un cadre historique, réservez une table à L'Orignal, au Garde-Manger ou dans l'un des établissements innovants qui se multiplient dans le Vieux-Montréal.
La ville de Québec n'est pas en reste. pour un aperçu des expériences culinaires dans la Belle Province.

Parc Jean-Drapeau

Englobant les îles Sainte-Hélène et Notre-Dame, ce superbe parc à l'écart de l'agitation urbaine fut le site de l'Exposition universelle de 1967, dont il conserve d'ailleurs les infrastructures. À un arrêt de métro du Vieux-Montréal (ou à 20 minutes en vélo), le parc semble pourtant à mille lieues des rues encombrées de l'autre côté du fleuve.
Sur Sainte-Hélène, des sentiers serpentent au milieu de jardins et d'œuvres d'art évocatrices telle la sculpture d'Alexander Calder intitulée L'Homme. En toile de fond s'élève la fameuse Biosphère de l'architecte Buckminster Fuller, pavillon des États-Unis et monument-phare de l'Exposition universelle. On peut également profiter de La Ronde, un grand parc d'attractions, participer au festival de musique et d'arts Osheaga ou danser l'été dans le cadre de l'après-midi Pik-nic Électronik qui bat son plein le dimanche.
L'île Notre-Dame fut créée artificiellement en 10 mois avec les millions de tonnes de terre et de roches déblayées lors de la construction du métro en 1967. Sillonnée de canaux et d'allées, elle abrite le circuit de Formule 1 Gilles Villeneuve – ouvert gratuitement aux cyclistes, joggers et adeptes du roller –, le casino de Montréal (l'ancien pavillon de la France durant l'Exposition) et un lac où se baigner durant les beaux jours.

Musée des beaux-arts

Le plus grand musée de Montréal regroupe une impressionnante collection de 33 000 pièces couvrant une vaste période – de l'art médiéval à l'art contemporain. Il se compose de deux édifices distincts reliés par une galerie souterraine : le pavillon Desmarais ultramoderne conçu par l'architecte Moishe Safdie et le pavillon Hornstein néoclassique.
Le premier se consacre essentiellement à l'art européen et américain. Les grands maîtres y sont représentés, avec notamment Rembrandt, Picasso et Matisse pour la peinture et Moore, Giacometti et Calder pour la sculpture. Les artistes canadiens occupent la place d'honneur à travers des portraits de Jean-Baptiste Roy-Audy, des tableaux de Paul Kane illustrant les cultures amérindiennes, des œuvres abstraites de Jean-Paul Riopelle, des toiles de Borduas, de Colville et des paysages du Groupe des Sept, peintres qui ont voulu rompre avec l'académisme. Le bâtiment conserve des antiquités égyptiennes, grecques, romaines et d'Extrême-Orient, ainsi que des objets d'art islamique, d'Afrique et d'Océanie.
Dans le second pavillon, la section d'art décoratif comprend, entre autres, des porcelaines anglaises du XVIIIe siècle, des verreries antiques, des textiles et la collection de boîtes à encens japonaises de Georges Clemenceau. S'y ajoutent des objets créés par de grands noms du design des années 1930 à nos jours et une collection d'art inuit.

Détour : Ville de Québec

Berceau du Canada français, la ville de Québec fut le site de l'une des premières implantations européennes en Amérique du Nord. Véritable musée vivant classé au patrimoine mondial de l'Unesco, le Vieux-Québec renferme entre ses remparts d'étroites rues pavées bordées de maisons des XVIIe et XVIIIe siècles et d'églises aux fins clochers. Ses bistrots, brasseries et cafés en terrasse, ses places et ses parcs soignés offrent plus qu'un simple reflet de la lointaine Europe.
Perchée sur une falaise stratégique dominant le fleuve Saint-Laurent, l'imposante citadelle témoigne du rôle crucial de Québec dans l'histoire du Nouveau Monde. Cette ville fut en effet la pionnière du continent dans bien des domaines, accueillant notamment le premier journal, le Québec-Chronicle-Telegraph, le premier hôpital, l'Hôtel-Dieu, et la première université francophone.
L'esprit du passé confère à la vénérable capitale québécoise un charme teinté de romanesque et de nostalgie qui n'exclut pas l'animation. La municipalité se donne en effet beaucoup de mal pour attirer et distraire les touristes qui débarquent l'été par cars entiers. Des musiciens, acrobates et bateleurs en costumes d'époque et de fabuleux festivals assurent ainsi le spectacle dans l'espace public.
L'automne et le printemps se traduisent par une moindre affluence, une baisse des prix spectaculaire, mais aussi par une explosion de couleurs, particulièrement en septembre et en octobre. L'hiver, le « caribou » (mélange de vin rouge et d'alcool fort) hérité des premiers colons réchauffe le corps et l'âme. En janvier et février, les mois les plus sombres et rigoureux de l'année, les habitants trouvent encore le moyen de s'amuser à l'occasion du grand carnaval de Québec, sans doute le plus pittoresque de la province.
Après l'emblématique château Frontenac (photo de droite), à chacun de choisir son quartier de prédilection. La Haute-Ville (Colline parlementaire) où sont installées les instances politiques possède de beaux musées et d'élégants restaurants au milieu de boutiques de T-shirts fleurdelisés. La Basse-Ville, au pied des falaises escarpées, est un labyrinthe où l'on s'égare volontiers parmi les artistes de rues et les auberges cosy pour déboucher ensuite sur la rive nord du Saint-Laurent.
Les terrasses de cafés offrent une vue imprenable sur le spectacle urbain. Ainsi, depuis la terrasse Dufferin, vous croiserez des badauds et contemplerez un panorama spectaculaire. Enfin, pour avoir une vue saisissante sur la ville et le château Frontenac, de jour comme de nuit, n'hésitez pas à emprunter le ferry, ou traversier, faisant la navette entre Québec et la ville de Lévis (15 minutes), sur la rive sud du fleuve.

Festivals

Réputée pour sa joie de vivre débridée, Montréal présente un calendrier festif qui s'étend sur toute l'année. L'événement-phare est, fin juin, le célèbre Festival international de jazz, un des plus grands festivals de jazz de la planète, qui transforme la ville en scène géante. Il s'ouvre désormais à d'autres musiques et invite de grosses pointures du reggae, du rock, du blues et des musiques du monde. Dans la ville de Québec, le populaire Festival d'été donne également lieu à une pléthore de concerts.
Mais il n'y a pas que la musique, bien que celle-ci aie une place dominante dans l'imaginaire des Québécois. D'autres manifestations mémorables sont consacrées à la danse, au théâtre, au cinéma, au spectacle comique et même à la bière. Des concours de feux d'artifice illuminent le ciel estival, les FrancoFolies mettent en vedette la chanson francophone et la Gay Pride fait parader dans les rues de Montréal des milliers de participants. Même au plus fort de l'hiver, la fête des Neiges réjouit les Montréalais et un immense carnaval, très couru, se déroule à Québec.

 

Articles récents