1. Accueil
  2. Magazine
  3. Idées de voyage
  4. Sud de la France : destinations et expériences insolites
Idées de voyage

Sud de la France : destinations et expériences insolites

Texte par

Elisabeth Blanchet

Mis à jour le : 21 août 2020

Carte

Las des plages bondées de la Côte d’Azur, des villages-musées provençaux, des routes surchargées, des prix exorbitants, bref des clichés qui caractérisent la région Sud, découvrez-la et vivez-la autrement ! Goûtez aux joies du bord de mer dans les îles Paul Ricard ou à La Ciotat, flânez dans le village perché de Banon et dans sa fascinante librairie, déchiffrez les prédictions de Nostradamus à Salon-de-Provence, prenez le petit train des Pignes de Nice à Puget-Théniers, explorez la pyramide cachée du Roy d’Espagne à Marseille avant de vous ressourcer aux Goudes, le village du bout de la route des Calanques. Et pour finir votre séjour insolite en Provence, jouez au détective à Valensole sur les traces d’un OVNI qui aurait atterri en 1965… Bon voyage dans le Sud insolite !

Les trésors cachés de La Ciotat

La Ciotat, c’est un peu un mini-marseille qui n’aurait que ses avantages : une plage propre et sympa, un port de pêche pittoresque sans touristes, une île paradisiaque en face - l’île Verte - et le plus vieux cinéma du monde : l’Eden Théâtre. Longtemps connue pour son passé industriel lié aux chantiers navals fermés depuis la fin des années 80, La Ciotat attire peu les touristes plutôt enclins à se ruer vers Cassis, sa chic voisine. Pourtant, La Ciotat mérite qu’on s’y attarde pour son ambiance très Marcel Pagnol dans les cafés, pour ses petits restos de fruits de mer du port, et aussi pour son lien notoire avec le cinéma. C’est en effet à la gare de la Ciotat que les frères Lumière ont tourné le premier film de l’histoire du cinéma : la fameuse arrivée du train qui faisait fuir de trouille les spectateurs des salles de cinéma ! Allez-y aussi pour la farniente, d’une crique à l’autre sur l’île Verte ou dans la superbe calanque de Figuerolles, accessible à pied.

la_ciotat_1_-_c_elisabeth_blanchet.jpg

Explorez les lieux insolites de la Ciotat

Sur les traces de Nostradamus à Salon-de-Provence

Après la magie de La Ciotat, remontez dans le temps et prédites l’avenir dans les rues de Salon-de-Provence. Bien que né à Saint-Rémi de Provence en 1503, le fameux Nostradamus fit de la charmante ville provençale de Salon sa ville d’adoption. C’est là qu’il écrivit ses célèbres quatrains que vous pourrez découvrir dans son ancienne maison transformée en musée. La visite est fort sympathique et l’équipe passionnée ! Profitez de votre passage au musée, au coeur de la vieille ville, pour flâner dans les rues, vous asseoir sur le bord d’une des typiques fontaines moussues puis visiter l’imposante église Saint-Laurent où Nostradamus est enterré. Ne quittez pas sans votre savon car Salon-de-Provence est aussi connue pour ses fabriques traditionnelles que vous pouvez visiter au coeur de la ville. Enfin, posez-vous à la terrasse d’un café à proximité du château de l’Emperi datant du Xème siècle pour réaliser vos interprétations des quatrains de Nostradamus ou tout simplement pour apprécier un apéro provençal au son des criquets.

statue_de_nostradamus_salon_de_provence_-_c_elisabeth_blanchet.jpg

La statue de Nostradamus à Salon de Provence

De la Côte d’Azur aux Alpes de Haute-Provence, voyage contemplatif à bord du petit train des Pignes

Passer des charmes chics de la Promenade des Anglais et du vieux Port de Nice aux montagnes pentues des Alpes de Haute-Provence via le pittoresque arrière-pays niçois, tel est le parcours du petit train des Pignes. Ne dépassant pas les 60 km/h, le train aux couleurs rouge et orange offre un voyage contemplatif de 3h20 entre Nice et Digne. Sur le trajet : des montagnes, des gorges, des cours d’eau mais aussi des champs de lavande à perte de vue, des châtaigniers, des villages perchés mais aussi pléthore de petits arrêts charmants. Le train circule quatre fois par jour permettant ainsi de faire des étapes en fonction de ses goûts : Barrême, près de Digne, pour son histoire liée à la lavande, Saint-André-les-Alpes pour ses vues sur le lac de Castillon et quelques aventures en parapente, Annot pour se balader dans un paysage façonné par l’érosion, Entrevaux pour sa cité médiévale… Et ce ne sont que quelques exemples. Pour plus de folklore, sachez qu’entre mai et octobre, la branche Puget-Théniers - Annot de la ligne est parcourue par un petit train à vapeur aux banquettes en bois et aux odeurs d’autrefois !

nice_3_-_c_elisabeth_blanchet.jpg

La Promenade des anglais à Nice

Jouer les détectives ufologues à Valensole

Le 1er juillet 1965, l’agriculteur de Valensole, Maurice Masse, alors âgé de 41 ans, déclare à la gendarmerie : « J’ai constaté qu’un engin était posé dans mon champ de lavandes. Il était de la grosseur d’une voiture DAUPHINE ». Il raconte aussi avoir vu deux créatures d’environ un mètre de hauteur mais « de corpulence assez importante ». Il était 5h45 et Maurice Masse se trouvait à une soixantaine de mètres de l’engin qui ressemblait à un « ballon de rugby ». Il raconte aux gendarmes que ceux qu’il pense être des extra-terrestres l’ont vu et ont tout de suite pris la fuite « en s’envolant en direction de Manosque ». Après le départ de l’engin, Maurice Masse constate un trou dans le sol. Pendant plus de deux ans, aucun végétal ne poussera à l’endroit de l’atterrissage de l’OVNI… Si vous vous sentez l’âme d’un « ovniste » ou si les rencontres du troisième type vous tentent, rendez-vous à Valensole. Faites votre enquête auprès des anciens du village tout en profitant aussi de la région, admirez les champs de lavande du plateau de Valensole avant la coupe aux alentours du 15 juillet et rapportez du miel de lavande. Admirez aussi les champs d’amandiers, particulièrement en mars quand ils sont en fleurs.

Les Iles Paul Ricard, havres de paix à quelques miles des côtes méditerranéennes

Des hauts plateaux, cap sur la côte varoise et les îles Paul Ricard qui répondent aussi au nom d’archipel des Embiez. L’homme d’affaires Paul Ricard, amoureux de la mer, les acquiert dans les années 50, les développe au tourisme tout en préservant leur biodiversité et la richesse de leurs paysages. Résultats : sur l’île principale - l’île d’Embiez -, pousse plus de 90% de la flore méditerranéenne. Vous y accéderez en bateau depuis Le Brusc à Six-Fours-les-Plages. Après 12 minutes de traversée, vous poserez le pied sur un véritable paradis de pinèdes, de criques cachées, de récifs et de petites plages secrètes. A pied, à vélo, en kayak, en paddle et même en petit train, vous adorerez ces îles protégées et hors du temps. N’oubliez pas non plus d’explorer les riches fonds marins. Paul Ricard, ayant fait de la lutte contre la pollution marine l’un de ses fers de lance, a veillé à leur préservation. Il a d’ailleurs également créé un institut océanographique sur l’île, qui vaut lui aussi, une petite visite éducative.

embiez_6_-_elisabeth_blanchet.jpg

Paysage de l'île d'Embiez

Une pyramide dans Marseille

Marseille, son vieux port, sa Bonne Mère qui ne quitte aucun quartier des yeux, ses îles du Frioul, son MUCEM, son quartier du Panier et … sa pyramide du Roy d’Espagne ! C’est dans le chic arrondissement du 8ème, plus exactement à l’écart de la paisible allée Emmanuel Chabrier, où les résidences ombragées par les pins font penser aux hauteurs de Los Angeles, que trône une pyramide oubliée et abandonnée. Au début du XIXème siècle, au cœur du parc de sa propriété aujourd’hui disparue, Dominique Bastide, riche négociant marseillais la fait construire. La pyramide est un mausolée destiné à accueillir la dépouille de son fils décédé à l’âge de deux ans. Elle accueillera ensuite celle de sa défunte épouse. Aujourd’hui, la pyramide est à l’abandon - les dépouilles gisent désormais dans un cimetière marseillais - mais elle garde toute sa grandeur et les habitants du quartier veillent sur elle. L’accès à l’intérieur de la pyramide est condamné et aucun plan de rénovation du monument n’est à l’ordre du jour mais la présence et la prestance insolites de la pyramide en font un chouette lieu de pèlerinage. Des hauteurs de ce quartier du Roy d’Espagne, pour vous remettre de vos aventures à la Indiana Jones, descendez à pied vers la plage de Pointe Rouge pour un petit bain ou un verre en bord de mer.

pyramide_roy_despagne_-_c_elisabeth_blanchet.jpg

La Pyramide du Roy d'Espagne, lieu insolite de Marseille

Les Goudes, un village au bout du monde

Voilà un village du bout du monde et du bout de la route avant le parc national des Calanques de Marseille. Pourtant, vous êtes toujours dans le 8ème arrondissement de la ville ! Aux Goudes, vous vous enticherez du petit port de pêche et de la plage en contrebas d’un pub mythique portant le nom tout aussi légendaire de « Vingt mille lieux sous les mers ». Fans de vestiges de la deuxième guerre mondiale, vous pourrez aussi vous aventurer jusqu’aux trois Blockhaus de l’Escalette qui surplombent la mer. Et si vous êtes amateurs d’art et de patrimoine industriel, baladez-vous dans le parc de sculptures et d’installations de la Friche de l’Escalette. Aux expositions de préfabriqués du XXème siècle, d’architectures légères en plastique des années 60 et de sculptures d’art contemporain s’ajoute la visite des vestiges de cette ancienne usine de plomb datant du XIXème siècle. Et puisque vous êtes aux Goudes, marchez en longeant la mer jusqu’à la Calanque de Marseilleveyre. Là, tous les vendredis, samedis, dimanches et lundis midis, vous pourrez manger un bon plat au resto Chez le Belge, un trésor caché des Calanques. Evitez toutefois les Goudes et les Calanques en juillet et en août à cause des foules, de la chaleur et des risques d’incendie. Privilégiez les arrières saisons !

banon_1_-_c_elisabeth_blanchet.jpg

Banon, petit village traditionnel où s'attarder pour une pause gourmande

Orgie de fromages et de livres à Banon

Pour finir en beauté votre périple méditerranéen insolite, grimpez jusqu’au magnifique village perché de Banon à la « frontière » de la Haute-Provence et du Lubéron. Base idéale pour des randonnées alentour, Banon est aussi un village où il fait particulièrement bon s’attarder, non seulement pour son authenticité mêlée de simplicité mais aussi pour deux caractéristiques emblématiques : son fromage et sa librairie. Le premier répond au nom de Banon et bénéficie d’une AOC. Excellent petit fromage de chèvre, il est plié dans des feuilles de châtaigniers. Une fois que vous l’avez goûté et que vous avez fait une pause dans un des charmants petits restos de la place principale du village, goûtez au deuxième emblème du village : la librairie des Bleuets. Prenez votre temps, il s’agit de la librairie indépendante la plus grande de France ! Véritable temple du livre au cœur du village, le choix d’ouvrages est incroyable et tout est fait que vous ayez envie de rester, de feuilleter et de repartir chargé. Renseignez-vous avant de passer : la librairie organise régulièrement des événements très sympas.


Paramètres des cookies