St John’s Gate

L'avis de l'auteur Lonely Planet

édifice historique

Cette remarquable porte Tudor date de 1504. Au XIIe siècle, les chevaliers hospitaliers (ordre militaire qui s’occupait entre autres des malades) installèrent un prieuré sur ce site. À l’intérieur, un petit musée (où sont notamment exposées des armures) retrace l’histoire de l’ordre, et de son renouveau dans la Grande-Bretagne du XIXe siècle sous la forme de l’ordre de Saint-Jean, organisme séculier à l’origine de la St John Ambulance, une importante organisation qui a notamment pour mission de former aux gestes de premier secours.

La porte fut construite pour rehausser l’entrée du prieuré. Si la plupart des bâtiments furent détruits lorsque Henri VIII eut décidé de fermer les monastères du pays, entre 1536 et 1540, la porte subsista et connut par la suite un destin original. Durant le règne de la reine Anne, le père du peintre William Hogarth y ouvrit sans grand succès un café où l’on parlait latin. Après sa restauration au XIXe siècle, elle abrita l’Old Jerusalem Tavern, lieu de rencontre des artistes et des écrivains, parmi lesquels figurait Charles Dickens.

Tâchez de faire coïncider votre venue avec l’une des visites guidées (1 heure 20 ; 11h et 14h30 mar, ven et sam) très complètes de la porte et du prieuré. On vous conduira à l’étage dans la somptueuse salle capitulaire et la chambre du conseil de 1902, où l’ordre tient encore des réunions. Don suggéré : 5 £.

www.museumstjohn.org.uk ; St John’s Lane, EC1M ; 10h-17h tlj juil-sept, lun-sam oct-juin ; Farringdon

Paramètres des cookies