GR 20 : l'arnaque

  • Le jeu 02 aoû 2012 à 08:49
  • 39
  • France
Portrait d'anonyme
asinau
  • Hors ligne
  • COZZANO, France
  • Membre depuis :
  • 6 années 5 mois
  • Réponse(s) : 3

Le jeu 25 juil 2013 à 13:31

bonjour shukoy!

je trouve votre message interessant!

si vous avez pri ma remarque comme une reprimande je m en excuse ce n etait pas le but 

a aucun momment je n ai demande aux randonneurs de laisser leurs chaussures sous la pluis mais on peut les metres a l interieur soit a cote de la porte soit dans le dortoire le reglement interieur du refuge a pour but de garder le refuge aussi propre que possible 

les refuges sont tres petits la vie en comunaute impose des regles pour le bien de tous

le netoyage des refuges se fait tout les matins douches et wc compri plusieurs dixaines de personnes par jour et plusieurs dixaines de passages (en refuge) nous donne plusieur centaines voir milliers de passages 

le premier randonneur arrive trouve un refuge propre j aimerai que le dernier trouve un refuge correct

cela passe forcement par un reglement a respecter

pour les douches mr je ne peut pas passer apres chaques personnes pour savoir si ils ont pris la peine de netoyer apres leur passage 

pour votre recu mr le pnrc a mi en place une plate forme de reservation ou tout les soirs je dois rentre les nom des personnes ayant dormis en refuge ou sur son site vos dires laisse sous entendre quoi,???

le pnrc gere la plate forme vous pouvez ainsi les appeler pour verifications

le gardien de refuge n est pas un employer du pnrc il est juste conventione avec le parc donc il ne touche pas de salaire contrerement a ce que les gents peuvent croire 

les douches oui ne ferment pas le gardien ni peut rien je ne suis pas charger de l entretient des batiments

je vous invite mr a venir passer avec moi 15 jours ou plus pour vous rendre compte par vous meme de la dificulte de gerer un refuge ainsi que tout ses problemes 

je me ferai un plaisir de vous montrer egalement les fais de nos cher randonneurs photos et videos

je me tiens a disposition de toute personnes ayant des questions ou besoin d informations

 

 

Portrait d'anonyme
chachaye
  • Hors ligne
  • France
  • Membre depuis :
  • 6 années 5 mois
  • Réponse(s) : 3

Le jeu 25 juil 2013 à 22:36

Bonjour,

 

 Ce qui ressort clairement , c'est l'inadaptation totale des refuges par rapport aux attentes de la clientèle. Evidement , les gardiens , que l'on critique tous , ne sont pas les seuls responsables , mais ce sont eux qui sont sur le terrain , et donc les cibles de prédilection du randonneur insatisfait.Puissent les responsables du Parc se bouger les fesses et s'adapter un peu . Pas question de demander une prestation hotelière , mais un "upgrade" des refuges, comme c'est souvent  le cas dans les autres massifs de France. ( un peu plus de douches , de WC, voire une terrasse un peu plus large , 3 ou 4 tables en plus, sans doute une amélioration des cuisines). Ok , ça coute cher , il faut utiliser l'hélico , ou les mules, mais si ça continue , les randonneurs trouveront un autre chemin tout aussi beau que le GR20, et la Corse passera de mode.

Pour ma part , j'ai effectué le GRsur 8 jours,  en  utilisant  au maxi les possibilités hotelieres : j'ai donc dormi successivement à Ortu-Ascu( hotel)-Castel de Vergio( hotel)-Manganu-Onda-Vizzavone(hotel)-Prati-Asinau. Donc , je ne parlerai que des 5 refuges fréquentés le soir , mais aussi des refuges ou je me suis arreté à la mi-journée quand je doublais les étapes.

Jour1/ Ortu : parti à 16h de Calinzana, nous arrivons à 20h passée au refuge : bon accueil ,et la gardienne nous fait réchauffer le diner . Diner mauvais , mais refuge propre , toilettes propres et  accueil souriant. Tout va bien !

jour2/ Stop à Carozzu vers 10h30 au moment d'un  héliportage; visiblement , on dérange , on achète trois bricoles et on se casse rapido. Pas bonjour , pas merci , on est  juste des protefeuilles à la mauvaise heure. Nuit à l'hôtel à Ascu : excellent accueil , propre, diner correct . Un peu plus cher qu'un refuge , mais tellement plus confortable !

Jour3/stop à Tigghetu pour un coca : RAS. Nuit à l'hotel à Vergio; parfait

Jour4/ nuit à Manganu : très bon accueil, diner correct , refuge assez propre,douches" limite "

Jour5/ stop à Pietra pian à 11h : le gardien nous ferme la porte au nez ; pas pu lui acheter 3 canettes, ou saucisson. Surpremant !! Nuit à Onda : bon accueil , repas très bien , mais le gardien pete une pile et insulte ( le mot est faible) un groupe qui a eu le malheur de ne pas s'assoir à la bonne table avant le diner. Incroyable ! même quand le client est un con , ( et je ne crosi pas que c'était le cas) , on se doit de prendre sur soi ; une petite formation lui serait bien profitable!

Jour6 nuit à Vizzavone ( hotel monte oro , vieillot mais super propre)

Jour 7 : Prati : très bon accueil , repas correct , douches et toilettes pas terribles, refuge relativement propre.

Jour8: Asinau, accueil bourru mais correct, bon repas, gros souci avec la location des tentes , la mienne était immonde et moitié cassée. Sans doute , il faudrait revoir le systeme de montage/démontage tous les jours.

Globalement :

 point positif : tous les refuges proposent de quoi se faire à manger ( appros, casseroles, gaz, vaisselle . L'argument "le GR , c'est trop cher"  ne tient pas; nous , nous avons toujours pris le repas du soir du refuge , mais avons toujours été autonomes pour notre petit dèj

points négatifs : un repas à 20€, composé de soupe et de lentilles mal cuites , c'est indigne, et l'argument du portage qui coute cher ne tient pas : il faut faire un effort , que diable !

les toilettes : pas besoin de grand luxe , mais doubler leur nombre serait déjà pas mal .

l'accueil "non homogène" : même s'ils sont sous pression , avec l'afflux de marcheurs qui arrivent au refuge entre 15 et 17h, les gardiens devraient  comprendre qu'ils se doivent d'accueillir le touriste ( meme les cons , et il y en a chez les marcheurs!). Il faut faire des formations , pendant l'hiver !!

l'exiguité des refuges (Asinau est celui qui m'a le plus marqué à ce niveau) . Sans doute adaptés à la pratique de rando/rando ski hors saison , ils sont notoirement sous équipés pour recevoir les marcheurs l'été.

le guide de la FF de randonnée : de connivence avec le Parc , ce guide ne mentionne que très mal les autres possibilités d'hébergement ( bergeries privées ) . Je ne les ai pas utilisé , mais il semblerait qu'elles proposent une meilleure prestation que les refuges du parc . Encore du boulot pour les gestionnaires du parc pour trouver la bonne formule : investir ou intégrer.

 

Portrait d'anonyme
XOTIA 78660
  • Hors ligne
  • France
  • Membre depuis :
  • 6 années 4 mois
  • Réponse(s) : 1

Le mar 06 aoû 2013 à 19:23

bonjour,

j'ai fait 3 étapes du sud de Vizzavone à Usciolu et partout j'ai été acceuilli avec gentillesse et proffessionalisme de la part des differents personnels des refuges. Je trouve abérant le fait de les critiquer faisont ce qu'ils font et revenont les voir après. Je tiens à remercier Francis et toute sa famille pour leur acceuil et l'aide qu'ils m'ont apporté.  JE REVIENDRAIS

Portrait d'anonyme
Pinesout
  • Hors ligne
  • France
  • Membre depuis :
  • 6 années 3 mois
  • Réponse(s) : 1

Le mar 20 aoû 2013 à 11:22

bonjour, 

Je trouve fort intéressant qu'un gardien de refuge puisse prendre part aux échanges sur internet; c'est ici que se préparent les aventuriers décidés à braver les rudes kilomètres du GR20. C'est tout à son honneur. Le sentiment de victimisation, de prise d'otage est pourtant relativement partagé sur les forums et je l'ai personnellement vécu lors de quelques étapes sur le GR20. Il est évident que dès son arrivée sur le chemin, il faut ouvrir son porte monnaie, faute de quoi, on s'attire les foudres médiévales des maîtres des lieux. C'est vrai, on se sent captif. Les premiers mots d'accueil qui m'ont été adressés lors de mon arrivée nocturne au col de Verde furent "Qui va là... Vous êtes qui ? Vous faites quoi?"... Des sommations d'usage ? Je n'ai pas su si l'homme était le gardien du refuge. Je venais de couper mon moteur et contemplais le ciel étoilé comme une toile de musée... Il s'est pourtant permis d'ouvrir ma voiture après avoir tapé plusieurs fois sur le toit....., j'ai pensé l'espace d'un instant que j'allais être sorti de mon véhicule manu militari, voire kidnapé par une bande de terroristes intégristes maliens et faire sans retour la une des journaux... J'ai compris plus tard quelle était l'intention de ce sauvage... me ponctionner les 7 euros par personne de rigueur, du simple fait d'être là.... D'où vient cette taxe ? A quoi sert elle ? Comment est elle contrôlée ? Aucun reçu ne me sera proposé lors de mon périple. Cette mane est augmentée dans certains refuges par la location abusive de tentes gérées par qui ? 

Usciolu.... tous les emplacements corrects sont accaparés par ce type d'habitation...10 euros par personne, soit 20 euros par tente et par nuit.... un rapide calcul sur la saison ? L'affaire est juteuse, une trentaine de tentes sont occupées. Malheur à celui qui se déplace avec sa tente... Outre le fait de porter des kilos en plus, s'il pense être arrivé, il se trompe. Les emplacements restants,  "de belles banquettes" d'après le gardien, sont 200 m en dessous, en pente raide, il faudra se refaire cette cote pour rejoindre les commodités.... J'espère sincèrement que lorsque la saison est terminée, cet homme sait définir pour ses amis, dans son chez lui, d'une autre façon les "belles banquettes"... En tout cas, chez moi, elles sont horizontales, je ne fais pas dormir mes amis dans du 4 sup. L'acharnement avec lequel cet homme secoue les tentes des randonneurs qui n'ont pas acquité leur dîme est effarant... Il ira même jusqu'à confisquer un bâton lorsque les occupants ont pris la liberté d'aller chercher la douche froide, pour le rendre contre l'impôt.... 

Asinau: même configuration mais le gardien prend la peine, sans doute à temps perdu, de terrasser un peu les banquettes et on trouve des emplacements où la pente est plus que correcte. Il y a aussi moins de places squizées par des tentes à louer. Bref, on sent un peu plus de convivialité même si les règles de la dîmes sont aussi universelles. 

L'âpreté du milieu montagnard ne m'est pas inconnue. Je respecte le travail de gardien de refuge, c'est un vrai métier. Je ne critique pas les tarifs ni la qualté des prestations. Je me contente de peu. C'est une bonne chose que de contenir les espaces de bivouac, pour des raisons de préservation de ces sites exceptionnels. Mais 7 euros par jour, pour être là....par principe, c'est du racket. Presque une heure de SMIC.... par personne.... Que les gardiens se paient sur les prestations, c'est tout à fait normal. Le parc est géré par la région,  entité administrative à part entière... ça me fait mal à mes impôts.....

Ceci dit, j'ai vécu des accueils chaleureux, qui correspondent plus aux valeurs que j'apprécie dans la Corse pastorale. Quelques mots échangés avec des chasseurs de passage, des locaux amoureux de leur région arrivent à faire passer la sensation du coup de bambou propre au gr20. 

Une vraie réflexion institutionnelle doit se mettre en place autour de la fréquentation du GR. Les guides touristiques ne font pas état de ce phénomène. Serait ce la peur de décrire la vérité ? Il serait dommage que la présence de l'homme gâche la pureté des lieux et la beauté des paysages. 

Où que l'on soit......."L'entassement des hommes, comme celui des pommes, engendre la pourriture...."

Portrait d'anonyme
montcalm31
  • Hors ligne
  • France
  • Membre depuis :
  • 6 années 3 mois
  • Réponse(s) : 1

Le mer 28 aoû 2013 à 11:28

bonjour,

je trouve toujours intéressant de voir les critiques des randonneurs parfois outrancières sur l'utilisation de services qui ne sont pas imposés et le décalage entre l"attente de ceux-ci par rapport à un milieu (la montagne) qui n'est pas concçu à la base pour y répondre....En ce sens je rejoins tout à fait les posts d'Asinau (ou je passe d'ailleurs...dans 2 jours!!!).

le prix pratiqués en Corse diffèrents peu de ce qui se pratique ailleurs. et je ne pense pas que les gardiens soient soumis un jour à l'ISF.

je me mets parfaitement à la place d'un gardien qui voit débarquer des randonneurs consommateurs et qui peuvent saloper en 10 minutes l'entrée et la pièce principale par parfaite méconnaissance des règles d'usages ou individualisme de base (je paie donc j'ai tous les droits). C'est une surprise pour certains qu'on doive oter ses chaussures avant d'entrer dans un refuge?...Ah bon....

Sémantiquement parlant, le refuge n'est pas un hotel. c'est une structure basique pour se reposer, se mettre à l'abri et rien n'est conçu à la base pour faire du tourisme de masse. Que le GR20 soit victime de son succès n'est pas à mettre sur le dos des refuges et encore moins des gardiens.

Quant à la Corse, je pense qu'il faut voyager un peu mais pas trop pour savoir que ce n'est pas le département le plus riche de France...Et la ou les regions alpines ou pyrénéennes ont les moyens de mettre le paquet pour promouvoir la montagne et les structures ad hoc, la Corse reste bien sur en retrait.

je fais le GR20 des Vendredi avec des copains...on pense pouvoir le réaliser en 4 ou 5 jours max en mode trail (nous sommes ultra traileurs)...nous y allons en espérant juste pouvoir dormir quelques heures, à quelques refuges (dont possiblement Asinau) et tant pis si c'est par terre...et récupérer un peu de nourriture et diner...on taquinera peut-être les gardiens pour avoir du rab de pain etc...le soir car nous allons cramer bcp bcp de calories chaque jour, mais nous n'avons aucune attente spéciale ni revendication, nous prendrons ce qu'on nous donnera et on ajustera...la montagne c'est un lieu de liberté et de partage avec des amoureux de la nature, du calme, de la faune, et on sera très content de discuter avec les gardiens et surtout de trouver le moins de monde possible :-)....il faut rappeler qu'on doit s'adapter à la montagne...non l'inverse....gérer la sécurité est de notre responsabilité, on ne se plaint pas d'étre trempé par un orage, on gère le truc, on assume ses choix, ses imprudences....on ne se plaint pas de mal manger dans un refuge, a la base partir sur le GR20 c'est un peu de préparation, on se renseigne, on prend des décisions sur son autonomie mais en tout état de cause on sait qu'on ne part pas sur une virée des Relais et Chateaux....

E.

Portrait d'anonyme
galland
  • Hors ligne
  • France
  • Membre depuis :
  • 6 années 3 mois
  • Réponse(s) : 1

Le jeu 12 sep 2013 à 15:04

Bonjour,

Je rentre moi-même du GR20, et, pour ma part, plutôt que de dire: "le GR20 est une arnaque", je nuancerais plutôt par : "nous autres randonneurs du GR20 sommes des pigeons".

En effet, si l'on cherche à calculer le prix journalier de cette randonnée, les tarifs des prestations sont consultables sur le site du PNRC. A cela, il faut bien entendu ajouter le prix des ravitaillements en refuge, qui sont plutôt homogènes sur l'ensemble du parcours (homogènement élevés). Dans l'ensemble, le budget peut donc être estimé à l'avance.

Ainsi, je partais en étant conscient, et navré d'avance, que j'aurais tôt ou tard le sentiment d'être un pigeon. Très tôt, en l'occurence : à 8 euros la navette pour parcourir les 13 km séparant Calenzana de Calvi, difficile de nier l'arithmétique évidence.

Avant le départ, j'étais informé, et déçu par avance, de l'interdiction de bivouaquer entre deux étapes. Il est facile d'argumenter là-dessus en invoquant la protection de l'environnement et la surfréquentation estivale (23000, ou 7000 par an, à ce propos, le nombre de randonneurs?). Cependant, je me promène régulièrement sur les Hauts Plateaux du Vercors, un autre PNR très fréquenté, et le bivouac y est autorisé de 17h à 9h. Comme il n'y a pas de refuges gardés sur les plateaux du Vercors, je concluais donc que l'enjeu principal de cette interdiction, sur le GR20, était économique. Mais à ce sujet, je dois admettre que j'ai changé d'opinion: vu l'état du sentier tout au long du parcours, il est évident que les randonneurs du GR20 n'ont, dans l'ensemble, pas la même empreinte écologique (ou, en tout cas, esthétique) que tout autre randonneur, sur sentier de moindre prétention. L'itinéraire est jalonné, du début à la fin, de ce papier blanc que l'on utilise pour se torcher et que l'on qualifie d'hygiénique. Si vous êtes perdu, malgré les abondantes marques rouges et blanches, vos pourrez retrouver votre chemin en vous fiant aux omniprésentes guirlandes blanches et souillées que vos congénères déposent là, au rythme de leur marche et de leur digestion. Vous pouvez aussi, à tout moment, vous amuser d'une variante de "Où est Charlie?" que vous baptiserez, par exemple, "Où est PQ?" : à tout instant, sur chaque tableau, même aux endroits les plus escarpés, il est à parier que vous en dénichiez!

Oui, les paysages du GR20 sont grandioses, majestueux, etc, - pourvu qu'on occulte le premier plan qu'est le sentier... Pour cette raison, il m'apparait préférable de parquer tout le monde au même endroit, pour passer la nuit. Et c'est de bonne grâce que je me suis acquitté tous les soirs de ma taxe, puisque elle est justifiée chaque jour et à chaque pas, justifiée par l'incapacité d'un trop grand nombre de mes semblables hominidés à s'écarter du sentier et à déplacer une pierre pour recouvrir la petite confection de leurs entrailles. Mais passons sur les porcs du GR20.

Finalement, le prix des bivouacs ne m'a pas paru exhorbitant, puisqu'on a accès au gaz, à quelques ustensiles de cuisine, à des sanitaires parfois très corrects... Concernant les repas au refuge, nous n'en avons pris qu'un seul, pas mauvais mais plutôt cher. Quant aux ravitaillements, très onéreux, j'ai surtout regretté leur manque de variété (à part peut-être dans les deux premiers refuges du nord, où l'on vendait des taboulés préparés sur place). Et j'ai vite compris qu'il ne fallait pas compter sur les refuges situés sur des routes pour vendre leurs articles moins chers, eux qui s'approvisionnent par camion. Afin de finir la randonnée en mangeant à notre faim, nous sommes donc allés à Corte en stop, et avons porté 6 jours de victuailles.

Quant à l'accueil des gardiens, il est bourru souvent (ce qui pour ma part me convient très bien), charmant parfois, indifférent d'autres fois... La seule expérience avec des gens très désagréables a eu lieu au bivouac de la bergerie de l'Onda, où le mépris du randonneur n'est pas dissimulé (comme en témoigne l'inscription : LAVEZ VOTRE MERDE sur la porte des sanitaires). On nous y a d'ailleurs refusé l'accès au gaz, alors qu'il suffisait de changer la bouteille et qu'il y en avait en stock...

En conclusion, pour parcourir le GR20 et apprécier comme escompté cette illustre traversée de la Corse, mieux vaut être averti et conscient du statut d'usager conforme et canalisé que l'on incarne, si l'on suit l'itinéraire normal décrit dans le topo en vigueur. Pour ma part, si c'était à refaire, et si je pouvais disposer de temps supplémentaire, je tâcherais d'ajouter quelques variantes et liaisons non suggérées pour sortir du cadre, quitte à faire des détours.

 

 

 

Portrait d'anonyme
chachaye
  • Hors ligne
  • France
  • Membre depuis :
  • 6 années 5 mois
  • Réponse(s) : 3

Le mer 18 sep 2013 à 17:02

Tout à fait d'accord avec l'analyse de Galland sur les prix , les gardiens , et malheureusement aussi sur l'attitude souvent immonde de randonneurs indélicats . Ayant parcouru le GR fin juin , j'avais vu peu de "PQ garnis" , mais j'en ai vu quand même , et j'imagine que fin aout , après 2 mois d'intense fréquentation, ça doit être terrible !

Moi aussi , je pense revenir randonner "autour" du GR 20 , mais j'essaierai ,au maxi  des possibilités ,d'emprunter des itinéraires parallèles ou variantes moins fréquentées. Et je ramènerai dans la vallée tous mes déchets , comme tout le monde devrait le faire en Corse ou ailleurs !

Portrait d'anonyme
py
  • Hors ligne
  • France
  • Membre depuis :
  • 6 années 2 mois
  • Réponse(s) : 1

Le mar 08 oct 2013 à 18:23

Mais 7 euros par jour, pour être là....par principe, c'est du racket. Presque une heure de SMIC.... par personne....

Tout à fait d'accord avec l'analyse de Pinesout :-)

Qu'on exige des randonneurs qu'ils dorment parqués, c'est malheureusement nécessaire, fréquentation et comportement obligent. Mais alors, proposons aux randonneurs qui souhaitent marcher en autonomie, un emplacement pour une somme modique, correspondant à l'entretien des toilettes et à l'incinération des déchets !

Après, libres à ceux qui veulent bénéficier des services du refuge de payer le prix fort..

Nous avons refusé cette prise en otage, en bivouaquant en autonomie, entre les refuges. Au passage, il nous est arrivé de nettoyer les traces et de ramasser les déchets des randonneurs qui, eux, dorment en refuge.. Et oui, l'intestin du randonneur ne connaît pas la carte des refuges.

Bien entendu, nous avons été repérés à Asinau, dénoncés, et contraints de prendre le maquis pour éviter le garde, une belle aventure en vérité !

Un petit conseil à notre ami la taupe d'Asinau : sur le continent, prends les nationales ! Et si, comme bon nombre de professionnels du GR20, tu ne supportes plus les randonneurs, il est peut-être temps de changer de boulot.

 

Et vive les mare a mare.. ou les tous les autres sentiers libres de France et de Navarre !

 

 

Portrait d'anonyme
Dany86
  • Hors ligne
  • France
  • Membre depuis :
  • 6 années 1 mois
  • Réponse(s) : 1

Le jeu 17 oct 2013 à 23:38

Bonjour à tous,

Etant tombé par hasard sur ce forum, suite à une recherche d'info pour effectuer un rève qui date de 8 ans (date de ma premiere visite en qualité de touriste en corse) de pouvoir faire le gr20, de plus je loue depuis 5 années un gite à Conca arrivée (ou départ ) de ce gr 20,ou je peux voir de nombreux randonneurs (dont beaucoup d'étranger) la mine exténuée mais étant fière de l'avoir fini. Donc tout doucement je réfléchi et commence à prendre la température de cette expédition. Mais voilà aprés ce que je viens de lire, et ben je ne sais plus quoi penser ? Il est sur que les gardiens de gites doivent en voir de toutes les couleurs,c'est indéniable ! Mais que penser de la courtoisie que vous avez rencontrer ! Moi qui depuis 2006 passe mes vacances en corse et dont je vente à qui veut bien m"écouter, la gentillesse,la courtoisie,le respect des Corses, là je ne comprends pas pourquoi ces gardiens seraient différents ? je ne parle pas des prestations qui pour moi n'ont que peut d'importance,ma philosophie pour cette aventure pour serait d'etre en contact avec cette beauté de nature Corse et surtout humaine avec le contact des habitants et des rendonneurs rencontrés durant ce parcour. Mais voilà,l'idée dont je me faisais de cette aventure est remis en cause par vos expériences.... J'attends de votre part d'autres témoignages qui pourrait de nouveau me motiver à vouloir effectuer ce rêve. vous remerçiant par avance. 

Dany86

Portrait d'anonyme
bibiche372
  • Hors ligne
  • France
  • Membre depuis :
  • 6 années 1 mois
  • Réponse(s) : 1

Le jeu 24 oct 2013 à 14:15

Bonjour a tous,

Je trouve vraiment aberrent les commentaires négatifs sur ce forum.

je vous rappel que les gardiens sont en places non pas pour vous cirer les pompes mais pour vous rappeler vos droits et surtout vos devoirs, leurs taches n étant pas des plus simples ils ne sont pas des employers du parc et n'ont pas de salaire .

Pour ceux qui se croient otages du GR20, je vous rappel que c'est le plus difficile d'Europe, et que si vous vous en sentez otage, vous etes seulement otage de votre propre préparation! Peut être cherche t'on un coupable à son propre fiasco.

C' est facile de critiquer les gardiens de refuge, mais sommes nous capable de nous remettre en question? et pour en revenir à la phrase je paie donc j'ai tous les droits, je ne pense pas que les gardiens de refuge soient des serviteurs voir maitres d'hotels!!! pour exemple, j'ai vu un gardien faire manger 2 personnes sans retour de paiement car ces personnes avaient mal évalué leurs depenses sur le GR.

A t'il été payé? lui seul connait la réponse (ils ne sont pas repartis le ventre vide)

le gr20 est sous gestion du PNRC c est lui qui determine son règlement, le bivouac sauvage n est pas autorisé, les randonneurs se doivent d en prendre compte. Dire du gardien d asinao que c une taupe ok il a simplement rappeler les devoirs de ces randonneurs .

 la corse est belle car elle est rester sauvage peut etre le devont nous a ces personnes.

Ne confondons pas refuge et hotel, ceux à qui ça ne convient pas n'ont qu'a rester chez eux, au lieu de critiquer, vous feriez mieux de balayer devant vos portes, car la critique est aisée!!!!!

Paramètres des cookies