-->

L'Est sauvage

La surprise est de taille. C'est ici, le long de la façade atlantique, que se dévoile l'autre visage de Sainte-Lucie. Par rapport à Rodney Bay, Castries ou Soufrière, le changement de décor est radical. Le paysage, la végétation, l'atmosphère, tout est différent. La côte, d'aspect rocailleux, est découpée en baies échancrées, encadrées de falaises battues par la houle océanique. Près du littoral, le relief est modeste, voire monotone, et la végétation plutôt rare. Il faut s'enfoncer dans l'intérieur des terres pour retrouver la luxuriance tropicale. L'urbanisation est limitée, ce qui accentue le caractère sauvage et désolé du secteur. Le littoral est ponctué de quelques bourgs qui vivent de la pêche et de l'agriculture, comme Dennery et Micoud.
Encore méconnue, la côte orientale de l'île est peu fréquentée par les touristes. La faute à l'absence de plages adaptées à la baignade, sans doute. On ne compte qu'une poignée d'infrastructures touristiques, ce qui lui confère un charme unique et donne une impression d'authenticité. Profitez-en pour savourer le décor naturel, visiter un jardin botanique, faire trempette dans une cascade, discuter avec des pêcheurs ou explorer un domaine agricole en quad, à l'écart des foules.

Mis à jour le : 11 novembre 2012