Lonely Planet

Tunis

Ville hybride, complexe et cosmopolite, à la fois maghrébine, méditerranéenne et européenne, Tunis conserve une atmosphère provinciale et agréablement surannée.
La capitale décontractée de la Tunisie présente deux personnalités urbaines distinctes. La ville nouvelle, créée par les Français au XIXe siècle, suit un quadrillage bien net ; les maisons aux balcons de fer forgé, les cafés et les pâtisseries se succèdent le long des boulevards ; attablés aux terrasses de l'avenue Habib Bourguiba bordée de palmiers, les clients discutent en regardant passer les promeneurs.
La médina typiquement arabe du VIIe siècle représente, quant à elle, le cœur historique et symbolique de Tunis. C'est un labyrinthe de ruelles, bordées d'immenses portes en forme de trou de serrure et parcourues de chats qui louvoient entre les ateliers d'artisans et dans les souks débordant d'activité. Toutes ces ruelles, aussi sinueuses soient-elles, mènent à la Grande Mosquée.
Les sites les plus célèbres de la ville se situent à l'écart du centre : ainsi, les ruines de la somptueuse Carthage s'étendent parmi les maisons blanches de la bourgeoisie locale. On y trouve aussi le palais ottoman qui accueille le musée du Bardo et son incroyable collection de mosaïques romaines ; sans oublier, juché sur sa colline, le village de Sidi Bou Saïd, où Paul Klee et August Macke trouvèrent une inspiration renouvelée.
Si Tunis semble très urbanisée comparé au reste du pays, la mer n'est cependant jamais bien loin. La banlieue s'étire indéfiniment le long du front de mer où, en été, tous viennent se promener en quête d'un peu de fraîcheur.

À ne pas manquer

  • Les coins et les recoins de la médina et les achats de souvenirs
  • L'extraordinaire demeure du baron d'Erlanger et un thé au coucher du soleil, à Sidi Bou Saïd
  • Les splendides mosaïques romaines du musée duBardo
  • Les vestiges du glorieux passé de l'antique cité de Carthage
  • Gommage, sudation et convivialité au HammamSahib (encadré), lieu intemporel d'Halfaouine