Libye

  1. Accueil
  2. Afrique
  3. Libye
  4. Hébergement

Hôtels et hébergements en Libye

Se loger en Libye

Fini le temps où l'hôtellerie libyenne se résumait à une poignée d'établissements d'État fatigués, dont l'on pouvait être chassé au profit de quelque délégation gouvernementale de passage. Aujourd'hui, se développe un genre nouveau d'hôtels privés répondant aux standards internationaux. Si les lieux d'hébergement haut de gamme n'existent encore qu'à Tripoli et à Benghazi, que les adresses petits budgets brillent toujours par leur absence, les hôtels de catégorie moyenne sont en revanche très confortables et bien entretenus. Dans le sud du pays, Sebha est le seul endroit à offrir un choix étendu, mais Germa, Oubari et Ghat comptent malgré tout des campements et des hôtels corrects. Autrement, les voyageurs dorment dans le désert sous un dais d'étoiles.
Outre les hôtels et auberges de jeunesse, on trouve aussi des camps bien dirigés dans les villes-oasis du Sahara et des villages touristiques (qaryat as-siyahe) destinés à une clientèle locale près des plages de la côte.
Dans la mesure où seuls les circuits organisés ont droit de sillonner le pays, le choix des hôtels dépend du tour-opérateur. Les groupes importants n'ayant généralement pas leur mot à dire, les informations données ici serviront surtout aux groupes restreints qui peuvent éventuellement demander à loger dans des établissements précis, à condition d'en informer la compagnie longtemps à l'avance.
Nous avons classé dans la rubrique Petits budgets les auberges de jeunesse et hôtels qui demandent 5 LYD pour un lit en dortoir et jusqu'à 25/35 LYD pour une simple/double. Les tarifs de la catégorie moyenne et des villages touristiques s'échelonnent de 35/40 à 75/90 LYD. Les chambres de catégorie supérieure reviennent à partir de 90/100 LYD et peuvent atteindre des prix beaucoup plus élevés.
Notez que l'établissement gardera votre passeport pendant toute la durée de votre séjour en ses murs, aussi n'oubliez pas de le reprendre en partant.
 

Camping

Il existe en Libye deux façons de camper. La première consiste à passer la nuit dans le Sahara à un endroit propice choisi par votre guide. Dormir ainsi à la belle étoile constitue une expérience formidable, à prévoir au moins une fois au cours du voyage. Rappelez-vous toutefois que la température dans le désert peut descendre en dessous de zéro de fin novembre à février. Les tour-opérateurs fournissent tentes, sacs de couchage et matelas. La plupart des expéditions comprennent par ailleurs tout le nécessaire pour les repas, avec un cuisinier, une voiture-cuisine et même des tables pliantes.
On peut également loger dans les campements fixes des oasis de Ghat, Al-Aweinat (Serdeles ;), Oubari, Germa, Tekerkiba et Sebha. Ils proposent en règle générale des paillotes sommaires avec sdb communes et douches, cuisine et restaurant simple. À moins d'avoir une bonne raison de ne pas vouloir coucher en plein désert (lorsqu'on circule en camping-car, par exemple, et qu'on ne peut négocier les dunes), nous vous recommandons de vous arrêter dans ces campements uniquement pour vous doucher et utiliser les toilettes. Beaucoup d'entre eux sont bien tenus, ce qui n'empêche pas les invasions de moustiques le soir.
Certaines compagnies ont aussi monté des campements dans la région d'Awiss, au nord de l'Akakus, mais ces installations dénaturent le paysage et pillent les ressources en eau des habitants pour le seul bien-être des touristes.
Une hutte coûte d'ordinaire 10 LYD par personne, l'emplacement de tente 5 LYD et la place de camping-car 10 LYD, branchement électrique compris. Il faut parfois payer 5-10 LYD pour garer son 4×4.
Certains hôtels et auberges de jeunesse accueillent les tentes dans leur enceinte moyennant 5-10 LYD et autorisent l'accès aux sanitaires. On peut également planter sa tente sur le parking n°1 à l'entrée de Leptis Magna.
Camper au milieu des dunes est, bien sûr, gratuit.
 
 

Auberges de jeunesse

La Libye possède un vaste réseau de buyut ash-shabaab (auberges de jeunesse), parfois sommaires, qui ne coûtent presque rien et font l'affaire pour la nuit. Un lit en dortoir avec sdb commune revient à 5 LYD. On trouve aussi des hôtels à moins de 20/30LD la simple/double. Nombre d'auberges disposent d'espaces réservés aux femmes. Certaines proposent des repas très bon marché et peuvent assurer le petit déjeuner pour les groupes importants.
Au moment où nous rédigions ce guide (2007), des auberges de jeunesse opèraient à Tripoli, Sabratha, Al-Khoms, Zouara, Misourata, Syrte, Benghazi, Shahat, Yefren, Zintan, Nalut, Ghadamès, Sebha, Houn et Fjeaj.
Le bureau de la Libyan Youth Hostel Association (/fax 021-3330118 ; 69 Sharia Amr ibn al-Ass, Tripoli) occupe l'auberge de jeunesse centrale de Tripoli (voir Buyut ash-Shabaab).
 
 

Hôtels

Les nouveaux hôtels privés sont à maints égards remarquables, avec des chambres de grande tenue, un service de qualité et un haut niveau de propreté et d'entretien. Presque toutes les chambres bénéficient d'une sdb individuelle, de la clim, d'un minibar et de la TV satellite. Elles comprennent aussi un petit déjeuner correct sous forme de buffet. Si peu de ces établissements s'adressent aux petits budgets (compter autour de 40/50 LYD la simple/double), ils n'en pratiquent pas moins des tarifs tout à fait raisonnables. En comparaison, les hôtels d'État occupent souvent les meilleurs emplacements (du moins à Tripoli), mais le service laisse à désirer et ils affichent parfois des prix excessifs.
Nous n'avons qu'un petit reproche à faire aux hôtels privés : la plupart adoptent un style international impersonnel où l'on cherche vainement des traces de couleur locale. Signalons cependant deux exceptions – le Zumit Hotel à Tripoli et le Dar Ghadames Hotel à Ghadamès – dont les chambres comportent des éléments d'architecture traditionnelle et aux espaces communs haut de gamme.
Sinon, d'excellents hôtels ont récemment ouvert à Tripoli, Benghazi, Al-Bayda, Cyrène, Susa, Tobrouk, Yefren, Ghadamès, Sebha et Ghat. D'autres, plus anciens, constituent également un bon choix à Zliten, Misourata, Derna, Syrte, Nalut, Germa et Ubari.
Le Corinthia Bab Africa Hotel, à Tripoli, est l'unique cinq-étoiles de catégorie internationale en Libye.
Bien que la situation évolue, nombre d'établissements restent signalés uniquement en arabe, c'est pourquoi nous indiquons le plus souvent leur nom dans cette langue (funduq signifie hôtel).
 
 

Villages touristiques

Les villages touristiques (qaryat as-siyahe) ne s'adressent pas vraiment aux visiteurs étrangers, mais plutôt aux familles de vacanciers libyens qui affluent l'été sur la côte et les remplissent des mois de suite. Dans ce contexte, les installations en pâtissent et l'entretien ne suit pas toujours le rythme. En dehors de la haute saison (de mi-mai à mi-septembre), on trouve habituellement de la place sans problème, même si de nombreux villages ferment pour assurer la rénovation et la maintenance. S'agissant de la période estivale, il convient de réserver très longtemps à l'avance car les Libyens louent fréquemment pour quatre mois. Aux chambres et villas (avec une cuisine dotée d'un réfrigérateur) climatisées de bord de plage, s'ajoutent habituellement un restaurant, un salon de thé et une aire de jeux pour les enfants. Certains villages possèdent aussi boulangerie, épicerie, piscine, courts de tennis et laverie.
Ces hébergements changent certes des hôtels, mais peuvent être terriblement bondés, avec des groupes nombreux qui font du tapage toute la nuit. Les femmes seules risquent aussi de s'y sentir mal à l'aise du fait de la présence de jeunes hommes en bande. Ceci étant, il s'agit d'un endroit idéal où rencontrer des familles libyennes et en apprendre davantage sur la culture locale.
Le prix des chalets ou villas va de 25 à 75 LYD la nuit.
Le meilleur village touristique de Libye est sans conteste le Farah Resort, à Zouara, qui fonctionne toute l'année et dispose d'excellentes installations. Le Qaryat Qar Yunis as-Siyahe, à Benghazi, vaut également le détour.