-->

Monastère du (Popa) Taung Kalat

L'avis de l'auteur Lonely Planet

temples bouddhiques

Après le sanctuaire des nat, prenez l’escalier qui monte sous un passage couvert, en laissant derrière vous l’habituelle succession de boutiques de souvenirs et de bric-à-brac, et de sanctuaires dédiés à un guérisseur local très respecté, Pomin Gawng. En marchant d’un pas régulier, il vous faudra une vingtaine de minutes pour atteindre le sommet de cet impressionnant escarpement rocheux couronné d’un ensemble de monastères, de stupas et de sanctuaires. Le temple du Popa Taung Kalat n’est qu’un des nombreux édifices dressés ici et au milieu desquels vous pouvez déambuler librement.

En chemin, vous croiserez des groupes de singes, et quelques habitants qui vendent des boissons et s’efforcent, parfois en vain, de nettoyer les marches des déjections des primates (en échange d’un hypothétique pourboire). Si vous êtes avec des enfants, prenez garde de les tenir éloignés des macaques, dotés de canines aiguisées et prompts à tenter de chaparder le moindre en-cas ou colifichet venu attirer leur attention.

En haut, la vue est extraordinaire. Vous aurez peut-être la chance de voir, marchant d’un pas lent et coiffé d’un haut chapeau pointu, l’un des moines ermites appelés yeti, qui viennent ici de temps en temps.