Tibet

  1. Accueil
  2. Asie
  3. Tibet
  4. Lhassa ལྷ་ས་

Lhassa ལྷ་ས་

Pourquoi y aller

Malgré la modernisation galopante imposée par les Chinois, Lhassa (littéralement “Lieu des dieux”) reste une cité fascinante. La découverte du palais du Potala, qui surplombe la ville sacrée, suscite toujours l’émerveillement, et le charmant quartier tibétain aux maisons chaulées préserve son mode de vie traditionnel. C’est ici, dans le temple du Jokhang, parmi les fidèles prosternés sous la lumière vacillante des lampes à beurre et les volutes d’encens, et sur le chemin de pèlerinage du Barkhor qui l’entoure, que la plupart des voyageurs tombent amoureux du Tibet.
Certes, aujourd’hui, les boulevards bruyants de la ville chinoise éclipsent les ruelles tortueuses du quartier tibétain, où vous passerez pourtant la majeure partie de votre temps. La location d’un véhicule n’est pas exigée à Lhassa et la plupart des guides vous laisseront explorer seul la capitale. Prévoyez si possible une semaine pour vous acclimater, visiter les sites et flâner dans les petites rues avant de vous aventurer plus loin dans la région autonome.

À ne pas manquer

  1. Le circuit du Barkhor (p. 45), un chemin de pèlerinage ancestral où se pressent moines et pèlerins
  2. Les sanctuaires étincelants du Jokhang (p. 47), le temple le plus sacré du Tibet
  3. Les peintures murales et les chortens (monuments bouddhiques) dans le palais rouge du Potala (p. 54), l’imposante citadelle des dalaï-lamas
  4. Une réunion de prière ou un débat entre moines au Sera (p. 80) ou au Drepung (p. 75), véritables cités monastiques
  5. Le monastère de Ganden (p. 85) et son kora (chemin de pèlerinage)
  6. L’architecture, les maisons de thé et les ateliers d’artisans du vieux Lhassa en suivant l’itinéraire de notre promenade (p. 52)
  7. La découverte de temples et monastères méconnus, comme le Meru Nyingba (p. 45)
Mis à jour le : 16 décembre 2016
Paramètres des cookies