Tadjikistan

  1. Accueil
  2. Asie
  3. Tadjikistan
  4. Comment s'y rendre

Tadjikistan : Comment s'y rendre

Depuis/vers le Tadjikistan

Mal desservi par le réseau aérien et n'ayant aucune voie terrestre internationale, le Tadjikistan est assez difficile d'accès.

Voie aérienne

Tajik Air (www.tajikair.tj) et Somon Air (www.somonair.com) sont les principales compagnies nationales. La dernière propose un vol direct Douchanbé-Francfort. Il plus populaire de rallier le Tadjikistan par la Turkish (www.thy.com) via İstanbul, par FlyDubai via Dubai et par Aeroflot via Moscou. Des vols vers différentes villes russes partent de Douchanbé, de Khodjent  et de Kouliab.
Côté liaisons régionales, il y a 4 vols hebdomadaires au départ de Douchanbé pour Bichkek (Kirghizstan) et Almaty (Kazakhstan).

Voie terrestre

Si vous arrivez au volant de votre voiture au Tadjikistan, les documents d’entrée du véhicule ne sont valables que 14 jours, un cauchemar bureaucratique !

Depuis/vers l’Afghanistan

Koundouz ATTENTION. La frontière de Panj-e-Payon à Koundouz est apparemment ouverte mais visiter la zone de Koundouz est vivement déconseillé pour raisons de sécurité.
Wakhan Le Wakhan afghan était calme au moment de nos recherches. Malheureusement, le poste-frontière le plus pratique (Langar) pour traverser la frontière vers le Petit Pamir n’est pas ouvert aux étrangers, il faut passer par le poste d’Ichkachim (ouvert de 8h à 12h et de 13h à 16h, du lundi au samedi). Il faut produire un visa à entrée double au Tadjikistan et un permis GBAO, car continuer vers l’Afghanistan par la route de Faizabad serait dangereux. Un taxi jusqu’au village afghan d’Echkashim (6 km) coûte la somme exorbitante de 20 $US depuis le pont à la frontière. Voir l’encadré p. 362 avant d’entreprendre ce voyage.
Khorog À Khorog, un pont au-dessus de la Pyanj relie les parties afghane et tadjike du Badakhchan (horaires limités, fermé le dimanche) et permet aux 4x4 d’accéder au lac Shiva mais vous devrez avoir précommandé un moyen de transport du côté afghan. La région est sous la neige d’octobre à juin et les routes souvent détrempées au début de l’été.

Depuis/vers la Chine

Le col de Qolma (4 762 m) doit ouvrir.
Il relie Mourgab à la route du Karakoram au Xinjiang, au nord de Tachkourgan, offrant des vues splendides sur le mont Murtagh-Ata enneigé qui se dresse face à vous quand vous arrivez de l’ouest par des routes extrêmement dégradées. Ouverte aux Chinois et aux Tadjiks depuis des années, la frontière devait laisser passer les étrangers à partir de mai 2013, mais il semble que personne n’en ait averti les gardes-frontières chinois. Comme les postes sur la frontière entre le Kirghizstan et la Chine, il est fermé le week-end et il vous faudra trouver le moyen de franchir les 7 km de no man’s land qui séparent les postes de contrôle. À certains moments, la frontière n’ouvre que 15 jours par mois. Renseignez-vous sur la situation même après l’ouverture aux étrangers.

Depuis/vers le Kirghizstan

La route du Pamir (Och-Mourgab). Des 4x4 collectifs bondés (150 TJS la place) sont au départ au moins une fois par jour, avant l’aube. En direction du nord, vous pouvez descendre à Sary Tach, puis continuer en marshroutka. Vers le sud, faire halte en route est difficile vu que les véhicules transfrontaliers circulent toujours pleins. Il n’est pas raisonnable de faire du stop sans tente ni vêtements chauds : vous risquez de rester en rade pour la nuit et il n’y a pas d’hébergement au poste-frontière. Louer un véhicule de Mourgab à Och est plus facile et meilleur marché que dans le sens inverse, car les habitants de Mourgab s’approvisionnent en denrées et en essence moins chères au Kirghizstan alors que pour les conducteurs d’Och voient peu d’avantages à venir au Tadjikistan et n’ont pas forcément les documents leur permettant de le faire. Donc, d’Och, cherchez une voiture immatriculée au Tadjikistan.
Karamyk (Sary Tach-Garm) Frontière FERMÉE. La meilleure route et la plus directe d’Och à Douchanbé est curieusement fermée aux étrangers. Brièvement ouverte pendant les troubles dans le GBAO à l’été 2012, elle fut complètement fermée à nouveau aux étrangers en 2013. Son ouverture dans le futur est possible mais rien ne le garantit.
Batken-Isfara (Och-Khodjent). Des taxis circulent entre Isfara et Batken et 3 marshroutki quotidiennes passent sans difficulté la frontière, très calme. De Batken à Och, une nouvelle route évite les enclaves ouzbèkes, mais une portion de 10 km passe tout de même en Ouzbékistan près de Kadamjai.
Isfana-Khodjent La frontière est officiellement ouverte mais peu pratique pour la plupart des voyageurs.

Depuis/vers l’Ouzbékistan

La plupart des voyageurs qui veulent rejoindre directement Douchanbé depuis Tachkent vont par voie de terre jusqu’à Khodjent (Khojand), où ils prennent un vol intérieur ou la route (65/100 $US).
Samarcande-Pendjikent FRONTIÈRE FERMÉE. Cette route prenait moins de 2 heures en combinant minibus et taxis mais la frontière est fermée depuis 2010. Une grande route jusqu’à la frontière est en construction et les gens du coin espèrent que la circulation reprendra en 2015.
Douchanbé-Denaou 55 km à l’ouest de Douchanbé, près de Toursouzadé/Regar. Des taxis collectifs depuis le bazar Zarnisar de Douchanbé rallient la frontière (8 TJS la place, 1 heure 30), d’où des minibus continuent jusqu’à Denaou. Là, des taxis collectifs rejoignent directement Samarcande.
Khodjent-Tachkent La frontière à Bekobod est fermée aux étrangers mais le poste d’Oïbek est (habituellement) ouvert. Des taxis collectifs rallient directement Oïbek depuis le terminal Abrechim à Khodjent . La frontière franchie, marchez sur une courte distance jusqu’au carrefour principal où vous trouverez un marshroutka pour Tachkent. Les bus pour Bekobod au départ du bazar Kuyluk à Tachkent passent par Oïbek.
Kokand et la vallée de Fergana Du terminal Isfara à Khodjent , prenez un minibus pour Kanibodom, d’où la frontière est à 9 km. Traversez à pied, puis prenez un taxi pour Kokand ou un marshroutka via Besh Aryk (Beshariq).

Mis à jour le : 16 février 2015

Articles récents

Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour découvrir l'Asie Centrale

Paramètres des cookies