Pakistan

  1. Accueil
  2. Asie
  3. Pakistan
  4. Généralités

Pakistan : Généralités

Il est possible de changer de l'argent dans tout le pays mais les commissions sur les chèques de voyage sont parfois élevées. A l'exception des hôtels de catégorie supérieure, la plupart des établissements n'acceptent pas les cartes de crédit mais vous pourrez toutefois les utiliser dans les agences des banques occidentales pour retirer des liquidités. Les cartes Visa sont généralement mieux acceptées que les MasterCard.
Il peut arriver que l'on vous refuse un billet abîmé et, dans certaines petites villes, le commerçant risque de ne pas avoir suffisamment de monnaie à vous rendre si vous lui tendez un billet de 1 000 ou de 500 Rs. Prévoyez donc d'avoir toujours des petites coupures sur vous.
Le bakchich fait partie intégrante de la culture pakistanaise et correspond plus à un pourboire qu'à un pot-de-vin. Il s'applique dans toutes sortes de situations et vous ouvrira de nombreuses portes, au sens propre comme au figuré. Que vous ayez besoin d'une signature sur un document ou de faire réparer un robinet qui fuit, il vous faudra donc y recourir. La plupart des hôtels de catégorie supérieure incluent automatiquement dans la note une taxe de service de 5 à 10 %. Le montant du pourboire ne dépend donc que de votre bon vouloir. Le pourboire pour les chauffeurs de taxi s'élève d'ordinaire à environ 10 % du prix de la course. Pour leur part, les porteurs dans les gares pratiquent le tarif officiel de 7 Rs. Seules les zones rurales échappent à cette pratique car le bakchich y est considéré contraire au devoir d'hospitalité imposé par l'Islam.
Tout autant pratiqué que le bakchich, le marchandage est quasi inévitable dans les bazars du Pakistan. Les négociations se déroulent la plupart du temps de la manière suivante : le vendeur invite tout d'abord le client à entrer prendre une tasse de thé puis, après un brin de conversation, le client manifeste son intérêt pour un article particulier. Le vendeur annonce alors un prix exagérément élevé auquel le client répond en roulant des yeux par une offre exagérément basse. Finalement, le marché se conclut par une poignée de main lorsque les deux parties estiment avoir atteint un prix satisfaisant. N'oubliez jamais que le marchandage doit se dérouler dans la bonne humeur. Gardez le sourire et ne vous obstinez pas à trop faire baisser le prix.

Mis à jour le : 11 novembre 2012

Articles récents