Hôtels et hébergements en Corée du Nord

Se loger en Corée du Nord

Pyongyang

Comme la plupart des bâtiments de la capitale, les hôtels de Pyongyang ont été construits pour impressionner, avec des façades souvent plus majestueuses que les intérieurs. L’immense pyramide du Ryugyong Hotel domine la ligne d’horizon. Il fut conçu pour être le plus grand hôtel de luxe au monde dans les années 1980 ; sa construction fut abandonnée lors de l’effondrement économique des années 1990 et a repris récemment en 2011.

  • Yanggakdo Hotel (381 2134 ; fax 381 2930/1). La plupart des groupes séjournent dans cette énorme tour datant du milieu des années 1990, qui occupe son propre îlot au centre de Pyongyang. Les chambres accusent déjà leur âge, mais restent spacieuses et confortables, avec une belle vue sur la ville. Outre une piscine et un sauna, l’hôtel compte plusieurs restaurants, un bowling, un parcours de golf, trois tables de billard, un salon de karaoké, diverses boutiques, un casino et une discothèque réservée aux étrangers. La possibilité de se promener sans guide à l’extérieur (à condition de ne pas franchir le pont) constitue le principal avantage du Yanggakdo.
  • Koryo Hotel (381 4397 ; fax 318 4422). Autre établissement haut de gamme, cet hôtel bronze orangé de 1985 est le préféré des fonctionnaires de l’ONU, des hommes d’affaires et de quelques groupes de touristes. Chacune des deux tours comprend un restaurant tournant au sommet, mais un seul est accessible ; l’autre surplombe la mystérieuse “cité interdite”. Le Koryo se situe dans Changgwang St, une rue relativement animée à une courte distance de la gare ferroviaire.
  • Potonggang Hotel (381 2229 ; fax 381 4428). Seul hôtel du pays à capter CNN, le Potonggang appartient au révérend Moon, le chef de l’Église de l’Unification. Doté des chambres les plus plaisantes de Pyongyang, il accueille rarement des groupes. À 4 km du centre-ville le long du Potong, il possède de bons restaurants, un bar, un billard, un karaoké et un golf couvert.
  • Haebangsan Hotel (Sungri St). Central, le Haebangsan dispose de chambres correctes, d’une boutique, de tables de billard et d’une agence qui vend des billets de train internationaux.
  • Pyongyang Hotel (Sungri St). Prisé des résidents étrangers pour son excellent restaurant, l’Arirang, le Pyongyang est plutôt sommaire. Toutefois, un étage récemment rénové offre un bon standard.
  • Chongnyon Hotel (Chongchun St). L’hôtel de la “Jeunesse” se tient dans l’étrange quartier sportif de Chongchun St et est agrémenté d’une piscine en plein air et d’un karaoké aux couleurs criardes. Les chambres se révèlent humides et mornes.
  • Sosan Hotel (Chongchun St). Également dans le quartier sportif de Chongchun St, le Sosan est géré par la Golden Cup, la société nord-coréenne de tourisme sportif. Un practice de golf fait partie des équipements.

Myohyangsan

Les touristes logent habituellement au Hyangsan Hotel, un bâtiment de 15 étages en forme de pyramide, avec fausse cascade et biche en plastique à la réception. Délabré mais correct, l’hôtel possède un restaurant tournant au dernier étage, avec des rideaux aux fenêtres et aucune vue en soirée en raison de son emplacement isolé dans la montagne.

Paekdusan

Parmi les hébergements de la région, le Pegaebong Hotel, à la lisière de Samjiyon, propose des chambres modernes avec eau chaude dans l’aile la plus récente. Plus loin, dans la ville de Hyesan, se tient le Hyesan Hotel, un établissement de seconde classe.

Rajin-Sonbong

L’Emperor Hotel, tenu par des Chinois et le seul cinq étoiles de Corée du Nord, est sans doute le meilleur hôtel du pays. Son casino, la principale attraction pour de nombreux Chinois, a fermé, privant l’hôtel d’une bonne partie de sa clientèle. Rajin-Sonbong possède ce qui peut être le pire zoo du monde : lors de notre visite, il renfermait trois canards, une dinde énorme, quelques renards (invisibles), une photo de singe, trois ours (dont un manchot) et une vache attachée à une barrière. Malgré l’absence de curiosités, Rajin-Sonbong possède une beauté unique, avec ses falaises rocheuses, ses lacs et sa côte sablonneuse. L’agglomération a des allures de bout du monde et peu de touristes s’y aventurent. Deux pensions accueillent ceux qui ne logent pas à l’Emperor.

Mis à jour le : 19 janvier 2017
Paramètres des cookies