Le Nord

Si le Sud brille par ses plages facilement accessibles et ses complexes reposants, le Nord du Mozambique se distingue par ses panoramas côtiers paradisiaques, ses grands espaces et son sens de l’aventure. Voilà l’un des ultimes territoires africains à explorer - sauvage, magnifique et indompté. Dans l’arrière-pays, des vastes étendues de brousse abritent assez de lions et d’éléphants pour alimenter les légendes locales. Quant à la côte, elle offre une succession quasi ininterrompue de plages immaculées et d’îles. Parmi ces dernières figure l’île de Mozambique, l’une des plus séduisantes destinations d’Afrique australe.
À bien des égards, le Nord (provinces de Nampula, Niassa et Cabo Delgado) a des allures de pays distinct. En effet, plusieurs cours d’eau majeurs, ainsi que des centaines de kilomètres de route, le séparent du reste du Mozambique. En outre, bien qu’il abrite un tiers de la population du pays, il ne représente qu’un cinquième du produit national brut. Il compte aussi le plus faible taux d’alphabétisation des adultes et semble souvent oublié par un gouvernement plus concerné par le Sud.
Sur le plan culturel, le nord du Mozambique fascine par ses nombreuses tribus matrilinéaires (contrairement au Sud, strictement patrilinéaire). Les influences islamiques y sont plus prononcées, en raison de liens séculaires avec les réseaux commerciaux swahilis. Le Nord est aussi le berceau de la lutte indépendantiste. C’est ici, dans la brousse locale, que les cadres du Frelimo (Front de libération du Mozambique) s’entraînaient autrefois, et que les premiers coups de feu du conflit furent tirés, dans le village de Chai.
Sur les sites principaux - Nampula, île de Mozambique, Pemba, archipel des Quirimbas et Lichinga - les infrastructures sont suffisantes pour voyager en tout confort. Ailleurs, les déplacements sont majoritairement pénibles.

Mis à jour le : 1 août 2014
Paramètres des cookies