Paraguay : Environnement

Géographie, faune et flore du Paraguay

Le pays est partagé en deux régions distinctes, à l’est et à l’ouest du Río Paraguay. La partie orientale était autrefois une mosaïque de forêt Atlantique et de savane cerrado avec, s’étendant à l’extrême sud du pays, les plaines marécageuses de ce qu’on appelle la Mésopotamie. Une partie de l’habitat originel a disparu au profit de l’agriculture, surtout dans les départements d’Itapúa et de l’Alto Paraná, mais ces environnements, bien que menacés, occupent encore de vastes régions. Dans l’ouest, on trouve le Gran Chaco qui se partage en deux zones : une luxuriante savane de palmiers dans sa partie sud (Chaco humide) et une forêt dense, sèche et épineuse plus au nord et à l’ouest (Chaco aride). Le nord-est du Chaco forme la partie orientale de l’immense zone humide du Pantanal.

Faune et flore

La faune et la flore sont d’une grande diversité, mais le développement de la population exerce une pression croissante sur les espèces sauvages de l’est du pays. Les mammifères sont particulièrement abondants et faciles à observer dans le Chaco, région en grande partie inhabitée : les fourmiliers, les tatous, les loups à crinière, les loutres géantes, les jaguars, les pumas, les pécaris et les daguets gris y sont encore relativement nombreux. Au milieu des années 1970, le pécari du Chaco, une espèce qu’on ne connaissait alors que par des restes fossilisés et qu’on considérait comme éteinte, a été découverte bien vivante dans la région du Chaco, où elle vivait depuis des siècles en ayant échappé à toute détection.
Le Paraguay abrite par ailleurs plus de 700 espèces d’oiseaux. L’oiseau national est le pájaro campana (“oiseau cloche”), ainsi appelé en raison de son chant évoquant le son d’une cloche, mais les passionnés d’ornithologie essaieront plutôt d’observer des espèces locales menacées, comme l’engoulevent à ailes blanches, le carouge safran, le petit tinamou, le pic casqué et la pénélope à front noir. Les reptiles, parmi lesquels le caïman et l’anaconda, sont également très répandus. L’amphibien que vous avez le plus de chance de rencontrer est le crapaud géant, un animal attiré par la lumière même dans les zones urbaines.

Parcs nationaux

Les parcs nationaux du Paraguay se trouvent souvent dans des régions très reculées et beaucoup sont insuffisamment protégés. La plupart ne proposent aucune infrastructure touristique. Le pays compte également quelques réserves privées bien gérées et très intéressantes.
L’organisme responsable de la gestion des parcs nationaux est le SEAM (021-61-5805 ; www.seam.gov.py ; Av Madame Lynch 3500, Asunción ; h7h-13h lun-ven). L’impressionnante réserve de biosphère Mbaracayú est administrée par la Fundación Moisés Bertoni, tandis que les réserves écologiques d’Itaipú, dans l’est du pays, sont placées sous la houlette d’Itaipú Binacional (061-599-8989 ; www.itaipu.gov.py ; Rodríguez 150, Ciudad del Este).

Écologie

La forêt Atlantique, dans l’est du Paraguay, disparaît à un rythme alarmant ; une grande partie a été abattue pour planter des cultures, en particulier du soja et du blé essentiellement au profit de gros exploitants prospères. La construction de la centrale hydroélectrique d’Itaipú a fait l’objet de controverses et un deuxième barrage à Yacyretá, près d’Ayolas, a exercé des conséquences écologiques irrémédiables sur la côte sud du pays.
Toutefois, le problème environnemental le plus urgent concerne aujourd’hui la déforestation rapide du Chaco, région restée jusqu’ici intacte. Avec une économie nationale en plein essor et des avancées techniques qui facilitent l’élevage du bétail dans cet environnement inhospitalier, les riches fermiers profitent du faible prix des terres pour établir de nouvelles estancias (ranchs), provoquant une déforestation dont les médias du monde entier se sont faits l’écho.

Mis à jour le : 12 novembre 2014

Articles récents

Guide de voyage

Qu’ils partent deux mois ou deux ans, ce guide est le compagnon indispensable des grands voyageurs.
 

Paramètres des cookies