Creative commons Aux Folies, Belleville.

Les villes les plus fêtardes de France

Publié le 17 Décembre 2013, dans France

Sélection des meilleurs quartiers et des meilleures villes pour faire la fête durant ses vacances.

1. Marseille : COURS JULIEN

À Marseille, le cours Julien, la Plaine – de son vrai nom, la place Jean-Jaurès – et la place Notre-Dame-du-Mont forment un triangle idéal (de perdition ?) pour les noctambules. La soirée peut commencer sur l'une des spacieuses terrasses des cafés de la place Notre-Dame-du-Mont, se poursuivre dans un restaurant du cours Julien où toutes les tendances culinaires sont représentées, continuer en musique pour un concert, avant de s'achever avec un dernier verre ! Un cocktail détonnant qui mettra hors du lit même les plus casaniers.

Les deux principales salles de concerts du quartier sont l'Espace Julien (www.espace-julien.com) et le Poste à Galène (www.leposteagalene.com).

2. Montpellier : Centre historique 

De la place de la Comédie où trône le théâtre municipal à celle de la Canourgue, vous découvrirez le quartier piéton de l'Écusson, qui tire son nom de la forme de ses remparts, en empruntant d'étroites ruelles. Un quartier dont la réputation n'est plus à faire ; il est connu pour ses petites places agréables parfaites pour une pause-déjeuner, et ses ruelles animées remplies de bars et cafés qui vivent au rythme d'une population estudiantine, très nombreuse à Montpellier, qui en a fait son QG.

L'office du tourisme de Montpellier propose des visites guidées du centre historique (www.ot-montpellier.fr)

Place Saint-Anne, Montpellier, France.Creative commons

3. Bordeaux : Place de la victoire 

Tous les jeudis soir, les étudiants bordelais prennent d'assaut la place de la Victoire. La ville, jadis appelée la « belle endormie », s'est mise à l'heure espagnole. Sa géographie nocturne et festive s'étend le long des quais, dans les vieux quartiers Saint-Michel, Saint-Paul et Saint-Pierre, truffés de restaurants, bistrots, caves, pubs, cafés-bars blues et jazz. La scène rock joue complet sur la rive droite, à la Rock School Barbey. Un bémol : à 2h du matin, on ferme ! Pour un after, migrez vers le marché des Capucins. Les boîtes de nuit, elles, sont situées vers Mérignac ou Baccalan, et ça peut craindre alentour.

Fin juin, alternance (année paire/impaire) des fêtes du Vin et du Fleuve sur les quais. La ville a la tête dans les étoiles. Quatre jours de bacchanales, un demi-million de visiteurs !

Bordeaux, France.Creative commons

4. Rennes : Rue de la Soif 

Au cœur du vieux Rennes, la très belle rue Saint-Michel ne doit pourtant pas sa célébrité aux splendides maisons à colombages qui la parsèment. Le contenu prenant le pas sur le contenant, les bars qui la jalonnent lui ont valu d'être rebaptisée rue de la Soif. Si, en définitive, elle n'abrite plus les meilleurs bars de la capitale bretonne, son ambiance festive et les grandes tablées qui investissent ses pavés irréguliers en toute saison méritent qu'on s'y attarde les soirs de week-end. Le samedi matin, jour du marché, l'ambiance y est bon enfant.

Passé une certaine heure, la rue devient beaucoup plus incertaine.

Rue Saint-Michel, Rennes, France.Creative commons

5. Clermont-Ferrand 

Morne, sombre et terne, la cité Michelin ? Élue capitale du rock français lors du festival Indétendance de 2009, Clermont-Ferrand est peuplée de joyeux étudiants – qu'elle fête tous les ans lors des journées d'accueil, en octobre, d'un festival unique en son genre. Le jeudi, le vendredi et le samedi, l'avenue Trudaine est le repaire des fêtards clermontois. Les soirées débordent sur le trottoir, et les musiques rock, punk, électro et hip-hop, au niveau sonore trop élevé comme il se doit, font onduler une faune variée et bon enfant.

« Clermont fête ses étudiants » se déroule durant 6 jours en octobre ; de nombreuses manifestations ont lieu durant cette semaine.

6. Amiens : Quartier Saint-Leu

Que ce soit pour dîner ou pour prendre un verre, il y en a pour tous les goûts. Restaurants traditionnels, crêperies, kebabs, cafés lounge, bars alternatifs, pubs avec happy hour… sans restriction d'horaires sur présentation de la carte d'étudiant. À quelques encablures des différentes facultés de l'université de Picardie, Saint-Leu est le quartier branché, lieu incontournable des nuits blanches entre Lille et Paris. En journée, le relais est assuré par les boutiques de créateurs, les brocanteurs et les bouquinistes. Parmi eux, la librairie du Labyrinthe, qui ferme à 23h30 !

Depuis 1987, La Lune des Pirates, salle de référence en musiques actuelles, continue d'animer avec brio les nuit de Saint-Leu. Programmation sur www.lalune.net

7. Nancy 

Avec ses 50 000 étudiants et beaucoup d'universités et d'écoles dans le centre-ville, Nancy est une cité jeune et qui bouge. Vous ne serez donc pas en manque de bars ou de discothèques pour passer tout ou partie de la nuit. Deux grands événements rythment aussi l'année : la « Nocturne étudiante » qui a lieu à l'automne, avec l'ouverture gratuite des musées jusqu'à 22h–23h ainsi que de nombreux concerts et animations dans toute la ville, et les « 24 heures de Stan », course de chars autour de la célèbre place Stanislas durant 24h, qui a lieu tous les deux ans (les années paires) depuis 30 ans !

Les années impaires est organisé le festival étudiant Aquacité, avec des animations diverses jusqu'au bout de la nuit !

8. Saint-Tropez 

Saint-Tropez « by night », c'est « no limit », à condition d'en avoir les moyens ! En été, quand la saison bat son plein, rien n'égale la sulfureuse : jéroboams de champagne, filles ultrasexy et garçons musclés… Le spectacle de la nuit est un déversement de luxe, d'alcool et de paillettes. Pour les initiés, direction le Nikki Beach, les Caves du Roy ou le désormais incontournable VIP Room, qui porte bien son nom. Pour les autres, la fièvre de la fête se répand jusqu'au port, où créatures scintillantes et noceurs invétérés défilent devant les yachts éclairés !

Tenue de soirée obligatoire pour espérer entrer dans les temples de la nuit tropézienne.

9. Paris : Belleville

Terre d'accueil des communautés chinoise et d'Afrique du Nord, rejointes par des artistes qui y ont ouvert des ateliers, le vieux quartier populaire de Belleville passerait presque inaperçu de jour. Pourtant, quand vient la nuit, la jeunesse branchée parisienne vient courtiser ses terrasses, profiter des bas tarifs de ses bars pur jus, régaler ses papilles de mets asiatiques, flatter ses oreilles de concerts pop-rock, ou se déhancher sur des mix de DJ. À deux stations de métro, Ménilmontant, autre quartier prisé des artistes et des bobos arty, offre tout autant de plaisirs nocturnes.

Où « terrasser » : Café Chéri(e) (http://cafecherie.blogspot.com) ; Aux Folies (8 rue de Belleville) ; La Mer à boire (1–3 rue des Envierges). Où onduler : La Bellevilloise (www.labellevilloise.com) ; Café des Sports (www.myspace.com/lecafedessports

Café Chéri(e), Belleville, Paris, France.Creative commons

10. Toulouse : QUARTIER SAINT-PIERRE 

Toulouse, troisième ville étudiante de France, s'anime chaque soir dans divers quartiers bien nantis en bars, bodegas et restaurants en tout genre. Mais c'est sans nul doute au cœur du quartier Saint-Pierre que les jeunes se déchaînent le plus, avec une enfilade de bars répartis autour de la place elle-même. L'un d'eux sert même des verres d'alcool au mètre, tandis que d'autres accueillent concerts et DJ. Les lieux festifs de la Colombette, de la rue Gambetta ou encore des boulevards sont autant d'endroits pour faire aussi la fête jusque tard dans la nuit!

Les bars les plus réputés de la place Saint-Pierre : Chez Tonton Pastis, Ô Maître ; Le Saint des Seins ; La Couleur de la Culotte ; Le Bar Basque.

Best of 2013

Les meilleurs lieux à visiter en France dans 1000 idées de vacances en France publié chez Lonely Planet. 

 


Trouvez un vol pas cher avec Liligo

1 jour, 1 lieu

  • 27 juin
À vélo d’un bout à l’autre
Quoi: 
L’été est la saison idéale pour le cyclisme, et le mois de juin offre des routes peu fréquentées
Où: 
De Land’s End à John O’Groats
Quand: 
Juin à début juillet