Vestiges de Mystra

L'avis de l'auteur Lonely Planet

site byzantin

S’étirant sur les flancs escarpés et verdoyants des monts Taygètes, l’ancienne capitale de l’Empire byzantin forme un ensemble médiéval unique en Grèce. Au beau milieu des oliviers et des orangers, cette cité fortifiée dont on vient fouler les vénérables pavés sur les traces d’un éminent passé est peut-être une ville fantôme, mais les ruines des palais, monastères et églises construits ici sur deux siècles (entre 1271 et 1460 pour la plupart) nous parlent.

Au départ de l’entrée du haut (billetterie) se dessine sur la droite un chemin (fléché “Kastro”) grimpant (10 minutes) à la forteresse édifiée par les Francs, puis agrandie par les Turcs. Le spectacle de la plaine de la Laconie s’étendant à ses pieds donne une idée de sa puissance fantastique. Toujours en partant de la billetterie du haut, on peut partir sur la gauche en direction d’Agia Sofia, église palatiale où furent inhumées plusieurs impératrices byzantines et dont une chapelle latérale a conservé de belles fresques. Un escalier descend jusqu’à une intersection en T.

De là, un chemin sur la gauche mène à la porte de Nauplie, non loin de laquelle s’étend l’immense palais du Despote largement restauré (et fermé lors de notre visite). On doit la construction des premiers bâtiments aux Francs, relayés dans cet œuvre gigantesque par les Byzantins. Divers édifices virent le jour entre 1250 et 1450. Le palais lui-même fut édifié entre 1350 et 1400.

Le chemin de droite descend jusqu’à la porte de Monemvassia, entrée de la ville basse. Arès l’avoir franchie, tournez à droite pour atteindre le couvent de la Pantanassa (XIVe siècle) reconnaissable à sa superbe façade de pierre ouvragée et toujours habité par des nonnes, les seules habitantes de Mystra hormis les chats errants. Outre ses proportions parfaites, l’ensemble monastique a conservé de superbes fresques du XVe siècle, à la riche palette. C’est l’un des plus beaux témoignages de l’art byzantin tardif. Derrière la grande icône de la Vierge, toute une kyrielle de petits ex-voto en métal argenté ou doré représentant yeux, oreilles, jambes, bras, seins, bébés, hommes ou femmes selon le sujet de l’imploration divine faite par le dépositaire. Si vous êtes jambes nues, les nonnes vous prêteront une tenue adéquate.

Le chemin descend ensuite jusqu’au monastère de la Péribleptos taillé dans la roche et dissimulé par les pins. Il a conservé à l’intérieur des fresques du XIVe siècle d’une fraîcheur étonnante, lesquelles n’ont rien à envier à celles de la Pantanassa. Au sommet de la coupole coiffant l’église est représenté le Christ Pantocrator (universel et tout-puissant, selon le rite byzantin), entouré des apôtres et de la Vierge accompagnée de deux anges.

En continuant à descendre vers la Métropole (Mitropolis), on passe devant Agios Georgios, l’une des nombreuses chapelles privées de Mystra. Plus loin, au-dessus du chemin de gauche, se dresse la maison Laskaris, construction typiquement byzantine.

Ensemble de bâtiments ceints par un très haut mur, la Métropole (cathédrale Agios Dimitrios) se dresse au milieu d’une agréable cour entourée de portiques et de balcons. Consacré au tout début du XIIIe siècle, le sanctuaire d’origine a été considérablement remanié dès le XVe siècle. Parmi le mobilier et les objets sacrés, vous remarquerez une iconostase en marbre, un trône en bois finement sculpté ainsi qu’une plaque de marbre dans le sol représentant un aigle à deux têtes (le symbole de Byzance), matérialisant l’emplacement précis du couronnement de l’empereur Constantin XI. L’église a conservé également de ravissantes fresques. À l’étage, un petit musée moderne rassemble différents objets trouvés sur le site, autant de témoins de la vie quotidienne des habitants de Mystra (boutons, bijoux, vêtements…).

Un peu après la métropole, le monastère du Brontochion fut en son temps le plus riche de Mystra, accueillant de nombreuses activités culturelles et les sépultures des despotes. De ses deux églises, Agios Teodoros et Aphentiko, la seconde vous impressionnera le plus par ses superbes fresques.

23315 25363 ; tarif plein/réduit 5/3 € ; 8h-20h

Paramètres des cookies