George Sterling Park

L'avis de l'auteur Lonely Planet

parc

Admirer le coucher du soleil sur le Golden Gate Bridge depuis ce parc perché en haut d’une colline permet de mieux comprendre les poèmes un brin larmoyants de George Sterling. Écrivant sur tout ce que San Francisco avait à offrir, Sterling était souvent fauché. Heureusement, c’était aussi la star du Bohemian Club, cercle secret de la haute société qui tolérait les excentricités du poète, lequel transportait sur lui une dose mortelle de cyanure évoquant le caractère éphémère de la vie. Brisé par le suicide de son ex-femme et la perte de son meilleur ami, le romancier Jack London, il aurait ingéré la dose fatale en 1926 dans son appartement du club. Plus tard, ses amis influents nommèrent ce parc (avec ses allées tortueuses et son saisissant panorama très “Sterling”) en son honneur.

Le court de tennis public Alice Marble attenant doit son nom à la championne de tennis des années 1930 à la vie incroyable : elle fut victime d’un enlèvement adolescente, vainquit la tuberculose, remporta Wimbledon, travailla en tant qu’agent secret américain auprès des nazis, et lutta contre la ségrégation raciale dans le sport.

www.sfparksalliance.org ; angle Greenwich St et Hyde St ; 19, 41, 45, Powell-Hyde

Paramètres des cookies