Ancienne Pinacothèque

L'avis de l'auteur Lonely Planet

musée d’art

Ce sanctuaire des arts est riche des œuvres de bon nombre de peintres majeurs ayant vécu entre le XIVe et le XVIIIe siècle. Son écrin, un temple néoclassique conçu entre 1826 et 1836 par Leo von Klenze, est un régal pour les yeux. ­­ La collection doit une renommée mondiale à certains travaux exceptionnels, notamment de maîtres allemands.

Les œuvres les plus anciennes sont des retables, parmi lesquels se distinguent les Quatre Pères de l’Église de Michael Pacher et la Crucifixion (1503) de Lucas Cranach l’Ancien, évocation poignante de la souffrance de Jésus.

À l’étage, dans la Dürersaal, on peut voir de très nombreuses œuvres d’Albrecht ­Dürer, dont le célèbre Autoportrait (1500), aux ­allures de Christ, et sa dernière œuvre ­majeure, Les Quatre Apôtres, représente Jean, Pierre, Paul et Marc comme des hommes assez modestes, conformément aux idéaux de l’après-Réforme.

Plusieurs créations de maîtres flamands sont exposées : le retable L’Adoration des mages de Rogier van der Weyden, ainsi que Les Sept Joies de Marie de Hans Memling, Danaé de Jan Gossaert (dit Mabuse) et Le Pays de Cocagne de Pieter Bruegel l’Ancien. L’impressionnant Jugement dernier de Rubens était si grand (6 m de haut) que Klenze dut concevoir sur mesure la salle qui l’abrite. Ne manquez pas le portrait d’Hélène Fourment (1631), beauté juvénile qui fut la deuxième femme d’un Rubens vieillissant.

Du côté des Italiens sont représentés Botticelli, Raphaël, Titien et bien d’autres, tandis que la collection française comprend des œuvres de Nicolas Poussin, Claude Lorrain et François Boucher. Chez les Espagnols, on trouve des maîtres comme Murillo, Velázquez ou Le Greco.

Alte Pinakothek ; 089-23-805-16 ; www.pinakothek.de ; Barer Strasse 27 ; 10h-20h mar, 10h-18h mer-dim ; Pinakotheken, Pinakotheken

Paramètres des cookies