Messène antique

L'avis de l'auteur Lonely Planet

site archéologique

Les vestiges de cette vaste cité antique sont au moins aussi importants que ceux d’Olympie ou d’Épidaure, sans attirer autant de touristes. Lovée au pied du mont Ithomi, autour de l’actuel village de Mavromati lui-même perché sur une colline, Messène fait encore l’objet de fouilles. Le site comprend un grand théâtre, une agora, l’asclépieion ou ensemble sacré consacré à Asclépios (Esculape) et le stade le mieux conservé et le plus impressionnant de Grèce antique.

Prenez le tournant qui descend, près du musée, à environ 300 m du nord-ouest de la place du village.

Le premier édifice rencontré est le vaste amphithéâtre, que l’on a reconstruit pour y donner des représentations, puis le sentier mène à la fontaine d’Arsinoé qui alimentait la cité en eau. Les importants vestiges de colonnes qui s’élèvent alentour marquent l’emplacement de l’agora (place publique) et du trésor, à son angle sud-ouest. C’est ici que les Messéniens emprisonnèrent en 183 av. J.-C. le général Philopœmen, chef de la Ligue achéenne, qui mourut vraisemblablement empoisonné.

Centre spirituel au cœur de la cité, le sanctuaire d’Asclépios s’organisant autour d’une cour rectangulaire encadrée de colonnes corinthiennes se trouve un peu plus loin. Au centre de cet important complexe, un temple dorique abritait autrefois la statue dorée d’Ithomi. Un auvent moderne à l’ouest du temple protège l’artémision, où des fragments d’une énorme statue d’Artémis Orthia ont été mis au jour. Parmi les structures à l’est de l’asclépéion citons l’ekklesiasterion qui, malgré sa ressemblance avec un petit amphithéâtre, servait de salle de réunion. Non loin de là se dressent les vestiges d’une villa romaine, dont les mosaïques sont protégées par un toit en acier.

Descendez jusqu’au stade entouré d’une forêt de colonnes. Les Romains ont condamné une partie de la piste d’athlétisme pour créer une arène destinée aux combats de gladiateurs. Sur la gauche, on remarque la qualité des premiers rangs réservés aux proèdres (hommes importants de la cité) : ces sièges honorifiques ont un dossier et des pieds en pattes de lion. Sur la droite, près de la porte intacte d’un grand gymnase, les dalles en pierre percées de trous marquent l’emplacement des toilettes publiques romaines installées au-dessus d’un petit ru aujourd’hui asséché.

À proximité, l’édifice en forme de cube est le tombeau d’une famille patricienne. Le temple dorique à l’extrémité du stade est le mausolée des Saithidae, une famille romaine influente.

27240 51201 ; www.ancientmessene.gr ; tarif plein/réduit 4/2 €, musée et site 5/3 € ; 8h-20h

Paramètres des cookies