Taj Mahal

L'avis de l'auteur Lonely Planet

édifice historique

Pour le poète Rabindranath Tagore, il était comme “une larme sur le visage de l’éternité” ; Rudyard Kipling y voyait “l’incarnation de la pureté” ; son créateur, l’empereur Shah Jahan, disait qu’il “faisait verser des larmes au Soleil et à la Lune”. Chaque année, des touristes deux fois plus nombreux que la population d’Agra franchissent les portes du Taj et repartent éblouis par ce monument, considéré comme l’un des joyaux du monde.

Le Taj Mahal fut édifié par Shah Jahan pour recevoir le corps de sa troisième épouse, Mumtaz Mahal, morte en mettant au monde leur 14e enfant en 1631. Son trépas brisa le cœur de l’empereur, dont les cheveux seraient devenus gris en une nuit. La construction du Taj, entreprise l’année suivante, ne s’acheva qu’en 1653 ; celle du bâtiment principal aurait demandé huit ans. Peu après, Shah Jahan fut renversé par son fils Aurangzeb et emprisonné au fort d’Agra, d’où il ne put qu’apercevoir sa création à travers une fenêtre le restant de sa vie. À sa mort, en 1666, il fut inhumé aux côtés de sa bien-aimée Mumtaz.

Au total, 20 000 ouvriers et artisans d’Inde et d’Asie centrale participèrent à la construction. Des spécialistes furent amenés d’Europe pour concevoir les délicats treillis de marbre et les panneaux en pietra dura, faits de milliers de pierres semi-précieuses incrustées dans le marbre.

Inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco en 1983, le Taj Mahal semble aussi immaculé aujourd’hui qu’à l’époque de son édification. Il a fait l’objet d’une restauration majeure au début du XXe siècle.

aube-crépuscule sam-jeu

Paramètres des cookies