Palais Rohan

L'avis de l'auteur Lonely Planet

architecture classique

Après le rattachement de Strasbourg à la France en 1681, on construisit des édifices célébrant le classicisme à la française – d’où la ressemblance avec un grand hôtel particulier parisien. Une fois franchi un portail monumental, on découvre une façade sur cour aux lignes sobres et classiques. Admirez le fronton, surmonté des figures de la Force et de la Prudence. Le palais abrite aujourd’hui 3 musées.

  • Musée archéologiqueCe superbe musée consacré à l’archéologie régionale est installé dans les sous-sols du palais. La préhistoire et la protohistoire sont particulièrement bien mises en valeur. Sont également exposées de belles pièces remontant à l’âge du fer, dont un vase en céramique en forme d’oiseau. Attardez-vous sur la reconstitution du char funéraire d’un prince celte (salle 6). La vie à Strasbourg à l’époque gallo-romaine est illustrée à travers un ensemble de stèles funéraires et d’objets de la vie quotidienne. De la période mérovingienne, on retiendra des pièces d’armement dont un magnifique casque d’apparat (VIe siècle).
  • Musée des Arts décoratifsAu rez-de-chaussée, ce musée se compose de deux sections : les appartements du roi et des princes-évêques de Rohan – superbes témoignages de l’art de vivre princier sous la monarchie –, et les collections d’arts décoratifs strasbourgeois, de 1681 au milieu du XIXe siècle. Ne manquez pas les céramiques Hannong, famille de manufacturiers du XVIIIe siècle.
  • Musée des Beaux-ArtsUn beau panorama de la peinture occidentale, du Moyen Âge au XIXe siècle, dont un ensemble remarquable de natures mortes, de toutes les écoles et de toutes les époques, notamment Vanité de Simon Renard de Saint-André (1613-1677) et Les Cinq Sens au paysage de Jacques Linard (1597-1645). La peinture italienne est aussi bien représentée, des primitifs au XVIIIe siècle. Judith et la Servante du Corrège (vers 1510) est à voir absolument. Les peintres français sont peu présents, mais ne manquez pas La Belle Strasbourgeoise (1703) de Nicolas de Largillière.

03 68 98 50 00 ; musees.strasbourg.eu ; 2 pl. du Château

Paramètres des cookies