SENEGAL

Portrait d'anonyme
Thiof
  • Hors ligne
  • Membre depuis :
  • 11 années 9 mois
  • Réponse(s) : 4

Le mer 08 sep 2010 à 17:28

'Manon des sources' a écrit:

qu'est-ce tu penses ki est le mieux ??? rien de défini encore , je surfe pour dékouvrir les bons coins !! et compte sur les internautes ki ont découvert ce pays !! c toujours mieux leurs expériences ke dédriff tour et compagnie ! lol

Ce qui est "le mieux" dépend des attendes de chacun. Et du temps dont on dispose.

Je ne sais pas répondre à cela.

Région de Saint-Louis : je connais pas. Il paraît que c'est une ville agréable. Ce sera pour un prochain séjour.

Région Sally : l'avantage des hotels, d'une infrastructure touristique. C'est là que se concentre la très grosse majorité des touristes qui se rendent au Sénégal. Pas mal de choses à voir dans les environs.

Inconvénient : un nombre incroyable d'emmerdeurs au mètre carré.

Les sénégalais disent que Sally ce n'est plus le Sénégal et c'est bien possible. Mais c'est un point de départ.

Dans ce coin , je privilégeriai La Somone. Près de Sally mais sans les nuisances de cette dernière. Très sympa La Somone.

La Casamance. Pour moi, la région la plus intéressante que j'ai vu au Sénégal.

inconvénient : la difficulté de s'y rendre. Peu d'avion. si on a du temps : bateau depuis Dakkar.

Une adresse :

http://www.villadespecheurs.com/

Au départ de ce point, vous pourrez sillonner la région. Le patron , jean-Pierre Chiche est probablement encore sur Paris début septembre

Portrait d'anonyme
Léna41
  • Hors ligne
  • Membre depuis :
  • 10 années 5 mois
  • Réponse(s) : 1

Le dim 26 sep 2010 à 21:59

Grande et Bonne idée que de choisir le Sénégal. C'est un très beau pays. Douceur de vivre,
beauté des sites, culture captivante, accueil chaleureux et hospitalier, soleil toute l’année... Je suis française et je vis au Sénégal, si je peux je répondre aux questions que vous vous posez, je le ferais avec plaisir. Pour mieux vous aider, il serait bon de savoir combien de temps vous partez ? le pays est quand même assez vaste. Donc si je vous conseille des endroits complètement opposés, et que vous n'avez qu'une semaine, cela ne servira à rien. Après, les goûts et les couleurs sont aussi dans la nature... mais de mon point de vue[=&quot], la région du Siné-Saloum et la Casamance sont à ne pas manquer. [/]Et puis tout dépend de ce que vous recherchez ?
Par exemple, la Petite Côte vous offrira plages, mer et sites TRES touristiques (TROP).
Le Siné Saloum, nature authenticité. Côté fleuve avec le charme de ses îles, côté brousse avec de vrais rencontres avec les villageois…
La Casamance, végétation luxuriante, forêts denses, villages atypiques « découpés » par ethnies, cases à étages…
St Louis et le delta du fleuve, plans d’eau, réserves et parcs nationaux…
Le Sénégal oriental, un dépaysement garanti, une sorte de bout du monde…
[=&quot]La Vallée du Fleuve et ses régions semi-désertiques… [/]
[=&quot]Pour de plus amples infos, vous pouvez me contactez sur . Quand souhaiteriez vous faire ce voyage ?[/]

Portrait d'anonyme
nasa
  • Hors ligne
  • Membre depuis :
  • 10 années 7 mois
  • Réponse(s) : 1

Le mar 28 sep 2010 à 19:02

Salut !

En fait le nombre de casse-c au Sénégal est proportionnel au nombre d'habitants au mètre carré !

On y va depuis dix ans, et on y a vécu 1 an, et c'est vrai que autant il y a des risques de se faire agresser le soir à dakar (dans certains quartiers) autant dans les villages de brousse, les gens te donneraient leur chemise.......

Nous avons découvert le Sénégal grace à un jeune guide de N'dangane, et depuis on fait tout le temps appel à ses services. Dernièrement au mois de mai, il nous a emmené à St louis et en casamance.

Il y a des régions comme ça où l'on tombe tout de suite amoureux des gens ....Pour nous c'est le sine-saloum et la casamance. La nature magnifique et encore sauvage, les gens droits et pas dévoyés par le tourisme et l'argent, bref c'est superbe !!

Prochain voyage, le niokolo, et le pays bassari toujours avec notre ami Sana.

Si cela vous dit, il a un site avec de merveilleuses photos sur la faune et la flore www.sana-guide-au-senegal.e-monsite.com

L'avantage, c'est qu'il vient nous chercher à l'aéroport et en fi de séjour nous y raccompagne, ce qui nous évite bien des complications et nous laisse que le meilleur en souvenir !

Aussi n'hésitez pas et même si des pays sont plus ceçi ou plus cela, il reste de bien beaux endroits et de belles personnes à rencontrer au Sénégal

Bon voyage !!

Portrait d'anonyme
CarolinePar
  • Hors ligne
  • Membre depuis :
  • 10 années 4 mois
  • Réponse(s) : 1

Le mer 13 oct 2010 à 14:14

mission Koukangoume à M'Lomp 50 km de Ziguinchor, Casamance, Sénégal

Si vous êtes dans la région de Ziguinchor au cœur de la Casamance, au Sénégal je recommande fortement que vous visitiez la mission catholique le « Collectif Koukangoume » à M’Lomp d’Oussouye (50 km de Ziguinchor). Tél : + (221) 77 575 99 45 ou + (221) 77 566 76 40 Sœur Juliette œuvre pour lutter contre l’exode des femmes vers la ville. Elle tient un restaurant-école et atelier (couture, broderie, patchwork, cuisine, hôtellerie, etc.) Elle vous accueille pour déjeuner ou vous héberger (3 chambres de 3 lits et un dortoir dans un minimum de confort, électricité solaire, eau du puits) Elle fait un travail remarquable et chaleureux. Pour moi c’était une grande expérience de l’avoir visité. http://centrekoukangoume.wifeo.com/association.php

Portrait d'anonyme
serere06
  • Hors ligne
  • Membre depuis :
  • 10 années 3 mois
  • Réponse(s) : 1

Le lun 22 nov 2010 à 19:31

Bonjour.Je suis né au Senegal,j'y retourne souvent, la derniere fois avec enfants et petits enfants,3 et 5 ans pas rencontré de problème c 'est vrai ils sont parfois un peu collant" EXPLIQUEZ ",vous obtiendrez de bons resultats .Evitez les endroits trop touristiques (Saly) allez en brousse le vrai Senegal est là .L'Afrique il faut apprendre à la connaitre pour l'apprecier .voir blog .Salutations .marcelo

Portrait d'anonyme
makafall
  • Hors ligne
  • Membre depuis :
  • 9 années 10 mois
  • Réponse(s) : 1

Le ven 29 avr 2011 à 22:00

salut a tous je vous invite à visiter Saint Louis pour avoir d'autre visions du Sénégal mon Association à Saint Louis reconnue par l'État du Sénégal travail avec des bénévoles stagiaires humanitaire qui serons logé et nourris, s'il veulent participé a nos différentes activités pour les jeunes soutien scolaire, Alphabétisation, encadrement des enfants dans l'école maternelle, on s'occupe aussi des enfants de la rue etc.... en dehors de la vie du centre le bénévole a largement le temps de visiter la ville de Saint Louis,
si vous êtes intéressé contacté nous ou envoyé vos CV au : centresocioeducatif@live.fr

Portrait d'anonyme
keke77
  • Hors ligne
  • Membre depuis :
  • 9 années 10 mois
  • Réponse(s) : 1

Le sam 07 mai 2011 à 00:07

Bonjour,

Né au Sénégal (mais Suisse), j'y suis retourné cette année, pour la 1ère fois depuis 32 ans.

Les gens que j'ai rencontré sont formidables, accueillants et chaleureux. Les vendeurs-collants, il y en a dans le monde entier. Il suffit de leur dire non, et ils vous harcèlent pas.

Le pays est magnifique et la culture très plaisante. Sans parler de la nourriture.

Je me fais juste un peu de soucis pour le développement anarchique et exponentiel de la zone touristique de Sally (et le long de la côte, 135 projets hôteliers selon un habitant de Joar...)

J'en suis enchanté et ne peux que recommander le Sénégal, mais 2e pays en quelque sorte!

Portrait d'anonyme
MAHOUS
  • Hors ligne
  • Membre depuis :
  • 10 années 3 mois
  • Réponse(s) : 1

Le sam 07 mai 2011 à 08:52

Perso, j'ai adoré avant de bien moins aimer...
Marre des "salut le sénégaulois...!!!"
Il arrivent encore à construire à la Somone?
Comment as-tu trouvé les "antiquaires"?

Portrait d'anonyme
Dawuda David
  • Hors ligne
  • Membre depuis :
  • 9 années 9 mois
  • Réponse(s) : 3

Le ven 20 mai 2011 à 14:43

[align=justify] " Se taire et écouter la voix de l'Afrique "

" Choisis la bonne piste ! Si tu choisis la brousse, ne te plains pas des épines "...

Ce proverbe Peul, teinté de réalisme, prend tout son sens dans le contexte de la région dont je vais vous parler maintenant.
Après quelques voyages sur le Continent Noir, la découverte des villes et des villages, j’ai rencontré le sourire des enfants, la beauté des femmes et la noblesse des hommes, la vie m'a emmené sur une piste (serait-ce la bonne ?) que je ne me lasse pas de parcourir malgré les épines qui la parsème. Mes pieds ont foulé le sol d'une Terre emprunt de mystères et de secrets, une Terre où dit-on, les sorcières, les génies, les maîtres des eaux et de la brousse, après avoir tant parcouru le monde à la recherche d'un lieu paisible, se sont finalement arrêtés. Et c'est parmi les Haal Pulaar "ceux qui parlent Pulaar" qu'ils décidèrent de faire Vivre leur magie.

Cette Terre, c'est le Foûta Tôro, appelée aussi Fouta Sénégalais. S'étendant de Dagana au Nord jusqu'à Bakel à l'Est, en passant par Podor et Matam, c'est toute l'Histoire et la Culture d'un Peuple fascinant qui nous fait face. Les yeux rivés vers l'horizon en direction du fleuve, et c'est la Mauritanie. Un peu plus bas, ce sera le Mali.
Le Foûta est un carrefour, un "carrefour des cultures" pour reprendre l'expression d'Oumar Bâ (c.f. Le Foûta Torô, au carrefour des cultures, éditions l'Harmattan) où cohabite une multitude de Peuples et de croyances. Mais attention, que l'on vienne empiéter sur son territoire, dénigrer sa culture et ses croyances, et ce Fouta noble et fière se lèvera tel un seul homme pour défendre ses valeurs.
Descendant de la haute noblesse Egyptienne, ces pasteurs Peuls, les Fulbés comme ils s'appellent eux-mêmes, ont migré à travers toute l'Afrique Subsaharienne au gré des vents et des pâturages, toujours fidèle à leurs troupeaux de vaches. Et c'est au Fouta Toro que leurs vaches trouvèrent les meilleurs pâturages. Bien plus tard, ils repartiront vers l'Est et cette fois ils n'oublieront pas de disséminer leur culture et leur langue à travers une 20aine de pays sur toute la bande Sahélienne. Ainsi, il n'y a pas que le Fouta Toro qui porte cet étrange nom de "Fouta", on trouve ses frères : le Fouta Jallon en Guinée et le Fouta Macina au Mali. Une origine mystérieuse donc, qui selon les traditions orales des Peuls nous renvoie au fabuleux pays de Heli et Yoyo où il y a très, très longtemps, avant leur dispersion à travers l'Afrique, les Peuls auraient vécu heureux, comblés de toutes les richesses et protégés de tout mal, même de la mort. Par la suite, leur mauvaise conduite et leur ingratitude auraient provoqué le courroux divin. Guéno (le Dieu suprême, l'Eternel) décida de les châtier et suscita à cet effet une terrible et maléfique créature, Njeddo Dewal la grande sorcière, dont les sortilèges feront tomber sur les malheureux habitants de Heli et Yoyo des calamités si épouvantables que, pour y échapper, ils devront fuir à travers le monde.

Mais revenons au territoire qui nous intéresse. Le Sénégal est l'un des premiers pays en Afrique à s'être ouvert au tourisme, les plages de la Petite Côte, la Casamance, le Siné-Saloum ou plus au Nord la tranquillité de la ville de Saint-Louis, sont connus de la plupart des toubabs (blancs). Mais celui qui s'aventure sur la route de la Vallée du Fleuve Sénégal après Saint-Louis risque de découvrir un Sénégal dont il n'a jamais entendu parler.
Même les Sénégalais vous diront, l'air surpris et à la fois admiratif, " mais que vas-tu faire là-bas ? ".

Le Fouta, c'est le règne de l'authenticité, de la simplicité et de la spiritualité. De petits villages qui bordent le goudron ou des hameaux que vous apercevez au loin en vous demandant qui peut encore vivre là-bas. De magnifiques "Tibas" (habitations traditionnelles Peuls en banco et toit de paille) flirtant discrètement avec les maisons en ciment. Les bergers conduisant leurs immenses troupeaux de vaches et de moutons avec plus de facilité que vous ne conduisez votre voiture. Les enfants qui vous regardent l'air surpris, se demandant eux aussi qui peut venir leur rendre visite jusqu'ici.
C'est le quotidien d'un voyage sur la route du fleuve dans cette région aride et désertique durant la saison sèche mais dont la verdure renaît durant la saison des pluies, comme pour vous signifier que la vie n'est qu'un éternel recommencement.

Souvenez-vous, " ne te plains pas des épines ". Ici, ce n'est pas les maladies qui vous arrêteront, ni le manque d'eau ou de nourriture, non ! Les épines du Fouta ce sont ces routes à peine goudronnées si bien qu'il est préférable de rouler sur le bas-côté, ce sont aussi ces vaches, ces ânes et ces moutons qui traversent et s'immobilisent au milieu de la route vous obligeant à utiliser votre klaxon, que dire encore de la monotonie de son paysage qui vous donnera l'envie de faire un petit somme en attendant d'arriver à destination. Mais, c'est aussi et surtout son soleil écrasant. Un soleil si Puissant que vous ne remercierez jamais assez les quelques vendeurs de glaces venant du Mali pour amener la fraîcheur dans les petits villages du Fouta. Tout le monde est le bienvenu au Fouta, sauf celui qui ne supporte pas la chaleur... et ce soleil saura vous rendre le voyage difficile histoire de tester vos facultés d'adaptation. Lorsque vous rencontrerez tous ces éléments au Sénégal, c'est signe que vous êtes allés plus loin que le simple touriste et que vous êtes arrivés au Fouta.

Ne vous attendez pas à voir une Afrique que les clichés ont dénaturé. Ici, c'est bel et bien la brousse, mais ce sont les Baobabs qui en sont les propriétaires et qui vous transmettront leur savoir ancestral à l'occasion. Enracinés dans une terre qu'ils connaissent depuis des millénaires, ces arbres courageux sont les rois de la brousse. Qu'il pleuve ou qu'il vente, que le soleil les étouffe ou qu'une tempête s'abatte sur eux, ils ne cillent point et affrontent la vie avec sérénité, de grandes leçons pour les hommes que nous sommes. Le véritable maître de la brousse (JomLadde en Pulaar), le lion, est parti vers d'autres contrées laissant place à quelques rares hyènes et chacals, même si les anciens du Fouta se souviennent dans leur jeunesse en avoir vu quelques spécimens ...
Ne vous attendez pas non plus à voir l'Afrique télévisée. Ici, pas de tam-tams, ni de masques, ni de danses euphoriques à la limite de la transe. C'est la Vie dans sa plus pure simplicité qui a pris possession de la région.
Ne vous attendez pas ... d'ailleurs, ne vous attendez à rien de particulier, vous pourrez passer dans cette région et ne rien voir du tout car en vérité, et il faut le dire, il n'y a rien à voir ni à faire. A l'image de ce que Martin Luther King disait " Tout ce que nous voyons n'est qu'une ombre projetée par les choses que nous ne voyons pas ". Ce Fouta recèle des mystères insondables aux Hommes, aussi bien que les voies de Dieu sont impénétrables. C'est au Fouta que des questions ne trouvent pas de réponses, et que des réponses n'ont pas de questions. Les Foutankobé (habitants du Fouta) vous le disent, des forces invisibles existent et agissent, des forces que même l'oeil ne peut nommer mais que l'Homme peut découvrir et s'approprier s'il est attentif. Le vent, les tempêtes de sable, la pluie, le soleil, un arbre, un animal, un enfant. Tout est signes et langages et communiquent à chaque instant.

" Se taire et écouter la voix de l'Afrique " me répétait un Griot Haal Pulaar, " Ramène ça chez toi, l'occident en a besoin" ... " Se taire et écouter la voix de l'Afrique ".

Le Fouta, terre des marabouts, est un haut lieu spirituel et ses habitants de fervents religieux. En longeant la route du fleuve, vous serez surpris par le nombre incalculable de mosquées, parfois deux par villages, les anciennes en banco côtoyant les plus modernes aux couleurs de l'Arabie Saoudite. Ceux qui connaissent le Mali sont peut-être déjà allés à Djenné visiter sa grande mosquée en banco, la plus ancienne d'Afrique de l'Ouest. Mais qui sait que c'est au Fouta, dans le petit village de Séno Palel, que se trouve la deuxième plus ancienne mosquée, fièrement gardée par la noble famille DAFF ?

En effet, c'est au Fouta Toro que l'Islam Noir est né. Les Peuls et les Toucouleurs sont les premiers à se convertir à l'Islam à partir du XIème siècle et à propager la Foi Musulmane dans toute l'Afrique de l'Ouest. C'est un Islam pur et saint. Ici, on ne connait pas les Mourides ni les Baye Fall, et on ne boit pas le célèbre café Touba cher aux Mourides. Non, ici, c'est la confrérie Tidjane qui a déposé ses marques, représentée par le grand chef religieux et conquérant El Hadj Omar Tall.

Ndioum, Podor, Matam, Kanel, Bakel. Tant de villes qui ne laissent pas leurs visiteurs indifférents. Vestiges de grands royaumes Peuls, témoins de l'arrivée des troupes coloniales et fomenteuses de révoltes contre les envahisseurs étrangers, ces villes résistent inlassablement aux aléas du temps. Serait-ce cette histoire d'Amour avec ce fleuve qui les a vu naître qui les fait rester immobile et indifférente face à la conquête de la modernité ? Possible.. Tiraillée entre deux rives, deux pays, c'est finalement vers le Sénégal, dont il a pris le nom, que son Coeur a chaviré. Les thioubalos (les pêcheurs) l'affirment, le maître des eaux (JomMaayo) est ici chez lui, et personne n'a jamais réussi à le dompter. Il donne la boisson et la nourriture et à la nuit tombée, lors des veillées, on le remercie en chantant le Pekan à sa gloire.

Mais c'est au fin fond du Fouta, pratiquement à sa frontière la plus au Sud, à une 20aine de kilomètres de Bakel, qu'un petit village a conquis mon Coeur ....

Par Dawud – David Dupuy

La suite ici :

www.senegalfouta.canalblog.com

Portrait d'anonyme
ELFEAILLEURS
  • Hors ligne
  • France
  • Membre depuis :
  • 15 années 10 mois
  • Réponse(s) : 2

Le ven 20 mai 2011 à 14:55

??
Que de blablabla!...
En résumé, tu veux parler de quoi?

Paramètres des cookies