La Loire-Atlantique

Historique, culturelle, parfois façonnée par l’homme, sauvage en ses confins, la Loire-Atlantique permet de concilier les aspirations des contemplatifs autant que des sportifs, des adeptes du farniente et des noctambules autant que des amateurs d’art, d’histoire et d’architecture.

À ne pas manquer

  1. Marais salants Au cœur d’un triangle formé par Guérande, La Baule et Le Croisic s’étendent les marais salants les plus septentrionaux d’Europe : un univers magique de près de 2 000 ha, qui prend la forme d’une immense marqueterie de damiers liquides se confondant avec l’horizon. Depuis plus de 1 500 ans, les paludiers ont aménagé le milieu naturel pour en faire un marais saumâtre. Le spectacle de la récolte du sel, dans la lueur du soleil déclinant, est un sujet d’inspiration inépuisable pour les peintres et les photographes.
    Les paludiers produisent un sel haut de gamme : l’appellation “sel de Guérande” (gros sel et fleur de sel) a acquis une incontestable notoriété auprès des restaurateurs. Les salines forment en outre un site naturel et protégé, et un biotope privilégié pour de multiples espèces, notamment les oiseaux, et les plantes, comme la salicorne.
    L’accès aux salines est interdit, sauf dans le cadre de visites guidées. Vous pouvez opter pour une visite menée directement par un producteur, comme celles proposées par Philippe Constant (%02 40 15 64 28, 06 72 01 83 78 ; www.lemulondepenbron.com ; route de Pen-Bron, Guérande ; adulte/-18 ans 5/3 €, gratuit enfant -10 ans ; hjuil-août lun-sam visites à 11h, le reste de l’année sur rdv), ou bien vous adresser à Terre de Sel et la Maison des Paludiers, à Guérande, ou au musée des Marais salants, à Batz-sur-Mer.
    Pour une découverte des marais en calèche, adressez-vous à Olivier et Krystel Mouilleron, basés à Batz-sur-Mer, ou à l’Attelage breton en marais salants (%06 26 45 25 58 ; adulte/enfant 10/7 € ; hPâques à fin sept), à La Turballe.
Mis à jour le : 4 juillet 2017
Paramètres des cookies